BLACKDEATH

Vortex

Tout le monde a déjà ressenti de l’angoisse ou de la peur en écoutant du BM, mais combien en ont ressenti juste avec le visuel d’un album ? Personnellement, ce ne sont pas les mises en scène de ARKHON INFAUSTUS ou PORTAL, les tenues excentriques d'ANOREXIA NERVOSA, les poses ridicules de SONS OF NORTH ou les maquillages de KHOLD qui m’auront déstabilisé. Je n’ai plus peur des monstres en caoutchouc depuis bien longtemps. Alors vous imaginez le choc que j’ai eu en ouvrant le livret de BLACKDEATH, groupe que je connaissais pourtant déjà. Une photo avec les frères Popov en plein concert. Mais pas de maquillage, pas de cheveux longs, pas de vêtements noirs tout baveux, pas d’artifices. Tout le contraire à vrai dire : simplicité. C'est vrai que ce ne sont plus des gamins de toute façon. Après 10 ans à nous faire souffrir, ils savent bien que ce sont les actes plus que les apparences qui parlent. Ils dégagent une maturité sans équivoque, sincères et respectables. Et c’est la même chose pour la musique.

J’avais pourtant trouvé les deux derniers albums, Bottomless Armageddon et Satan Macht Frei, très très vides et inutiles. Du raw black metal un peu trop direct et méchant. Ah, c’est resté tout aussi direct et méchant, mais ils ont ajouté l’adjectif efficace à leur vocabulaire ! La faute à des riffs beaucoup plus accrocheurs et faciles d’accès qui me rappellent par moment BLODSRIT, et surtout des vocaux monstrueux. Ceux-ci, chantés en allemand malgré l’origine russe du groupe, sont raclés, dérangeants et parfois proches de la complainte. Ils portent les morceaux à bout de cordes vocales en déversant une agressivité rare qui, sur la longueur, en devient harassante. Le but de cet album n’est de toute façon pas de nous caresser dans le sens du poil, mais de nous en mettre plein la gueule, alors c’est réussi. Si on survit, c’est grâce à des morceaux assez courts (moyenne de 4mn30), un instrumental et une voix plus conventionnelle sur le début de « Vortex, Der Steuereinnehmer ». Par contre, grosse surprise sur  « Inferno » : le groupe nous montre qu’il a des références classiques en reprenant le thème de « Hall of the Mountain King » de EDVARD GRIEG. Non seulement cela couillemollise le morceau plus qu’autre chose, mais deux autres choses me gênent. D’abord il avait déjà été utilisé par APOCALYPTICA et par le groupe de BM symphonique MALEVOLENTIA sur "Les Chérubins du Sang". Ensuite, ces quelques notes retirées de l’ensemble sont très proches du générique de l’Inspecteur Gadget… Cela fiche un coup certain à l’efficacité.

Finalement j’applaudis cet album. Une surprise qui a bien plus d’intérêt que les précédentes réalisations, mais les anciens fans risquent au contraire d’être déçus de cette orientation et devraient écouter avant d’acheter.

par Sakrifiss, le 20/04/2009

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

ARMAGEDDA - Only True BelieversARMAGEDDA - Ond Spiritism - Djefvulens SkalderSACRIFICIA MORTUORUM - Damnatorium FerrumHETROERTZEN - Flying Across The Misty GardensONE MASTER - Forsaking A Dead WorldZERVM - Nihil Morte CertivmCHADENN - ChadennARMAGGEDON - I.N.R.I. (I, Nazarene, Recognize My Impurity)ORTHANC - L'Âge de RaisonASGEIRR - Diktat AllianzTORTURIUM - Misanthropic Angels Burning WindsBATHORY - Under the Sign of the Black Mark

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

ANGELSCOURGE - Seraph ImpalerFÖRGJORD - UhripuuPHLEGEIN - From the Land of DeathFALLAKR - LVCLUCIFERIAN RITES - When the Light DiesRIENAUS - SaatanalleAEGRUS - Devotion for the DevilTHROMOS - HauresRITUALS OF A BLASPHEMER - Mors Inumbratus Supra SpiritusSARKRISTA / SIELUNVIHOLLINEN - SplitCAEDES CRUENTA - Skies DaimononSARKRISTA - The Evil Incarnate

Autres chroniques