BILSKIRNIR

Wotan Redivivus

Pour peu qu'on suive la discographie du projet, une chose vient rapidement à l'esprit à l'écoute de ce nouvel opus : oui, BILSKIRNIR a changé depuis ses débuts. Et puis au fur et à mesure des écoutes, une autre chose vient à l'esprit : non, BILSKIRNIR n'a pas changé depuis ses débuts.

Je grossis volontairement le trait mais c'est un ressenti assez juste puisque ce BILSKIRNIR cuvée 2013 continue le renouvellement amorcé par Wotansvolk tout en restant profondément intègre et identifiable. Un juste équilibre pas toujours facile à obtenir mais que Widar a su trouver au fil du temps, enrichissant sans cesse sa manière de composer sans s'égarer outre mesure. Une "cuvée 2013" à nuancer cependant car la composition des titres s'étale sur toute la période 2002-2011, ce qui explique certainement cette constance observée. Le changement de poids se situe en revanche toujours au niveau de l'abandon de l'enregistrement "4 pistes", mais force est de reconnaître que cette production bien plus propre n'entache en rien les compositions, au contraire.

On retrouve donc tout le talent de Widar pour nous réaliser des morceaux d'une grande simplicité mais chargés d'énormément d'émotions. Un ou deux riffs suffisent pour poser une ambiance, parfois pesante parfois entrainante, puis la voix caractéristique du bonhomme, hurlant à l'agonie, viens hanter l'ensemble du morceau et forger son identité. On retrouve aussi cette aura païenne, renforcée par des instrumentaux tout en arpèges, un lot de titres très énergiques, presque tubesque comme "Never Dying Light" ou "Blood And Spirit" ainsi que des titres plus lents et contemplatifs. Si les riffs marquants s'imposent peut-être moins que sur Wotansvolk, ils sont en réalité toujours là et rentrent encore plus sournoisement en tête.

Les influences sont toujours aussi palpables, prenez un morceau comme "Vorväter", tout en mid-tempo, avec ses hurlements encore plus plaintif que sur les autres titres, il fait sans conteste écho au BURZUM des débuts, sans compter l'instrumental "Muspellheimr", reprise à peine cachée de "The Crying Orc". Non, BILSKIRNIR n'a pas changé. Les riffs sont toujours aussi poignants, les hurlements toujours aussi déchirants et l'inspiration ne montre aucun signe de faiblesse.

Voilà un retour qui mérite d'être salué ! Une sortie à ne certainement pas manquer cette année.

par Blaise, le 23/10/2013

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

ARMAGEDDA - Only True BelieversARMAGEDDA - Ond Spiritism - Djefvulens SkalderSACRIFICIA MORTUORUM - Damnatorium FerrumHETROERTZEN - Flying Across The Misty GardensONE MASTER - Forsaking A Dead WorldZERVM - Nihil Morte CertivmCHADENN - ChadennARMAGGEDON - I.N.R.I. (I, Nazarene, Recognize My Impurity)ORTHANC - L'Âge de RaisonASGEIRR - Diktat AllianzTORTURIUM - Misanthropic Angels Burning WindsBATHORY - Under the Sign of the Black Mark

D'autres albums d'ambiance Païenne recommandés

TVANGESTE - Damnation Of RegiomontumFINNTROLL - Midnattens WidunderFINNTROLL - Jaktens TidNOKTURNAL MORTUM - Goat HornsARCKANUM - KostogherLUCIFUGUM - On The Sortilage Of ChristianityFINNTROLL - NattfödFINNTROLL - Ur Jordens DjupFINSTERFORST - WeltenkraftKROMLEK - Strange Rumours... Distant TremorsCOR SCORPII - MonumentWINTERFYLLETH - The Mercian Sphere

Autres chroniques