BATHORY

Bathory

Un monde fleurant le soufre, la noirceur et surtout les enfers. Voici ce que représente ce tout premier album de Black Metal. Pourtant, cette première visite dans le Tartare d'Hadès n'a rien d'une véritable recherche esthétique. Non, l'art de Quorthon, tête pensante de BATHORY, se veut plutôt un exutoire. A une époque où la violence musicale la plus pure était jouée par des groupes comme VENOM ou MOTÖRHEAD, BATHORY apparaîtra en 1983, en Suède, pour repousser les limites de la violence, de la rapidité et des atmosphères sombres. En distribuant des tracts dans tout Stockholm pour former son groupe, BATHORY passera, par la suite, dans la compilation Scandinavian Metal Attack.

De cette compilation, les gens retiendront surtout les morceaux de BATHORY. C'est dans ce contexte que le projet sortira, en 1984, son premier album éponyme. Produit par un certain "Boss", nous retrouverons sur ce disque, comme dans ceux qui suivront, l'étiquette "Produced by Boss and Quorthon". Cela rajoutera à l'aura de mystère qui plane désormais sur BATHORY. Certaines rumeurs raconteraient que ce "Boss" serait le père de Quorthon. Cet album sera enregistré dans un studio de Stockholm tellement petit qu'il n'y eut pas assez de place pour faire rentrer la batterie en entier. Le temps d'enregistrement aura été de 56 heures seulement. L'effet qui en suivra sera un véritable effet d'urgence, comme dans le bon vieux Punk HxC de l'époque.

La durée de l'album ne dépasse pas les 27 minutes. Mais en tant que catharsis de l'énigmatique Quorthon, on aurait difficilement imaginé une durée plus longue. Aussi, chaque morceau se ressemble. Je fais une exception pour "Raise the Dead", un mid-tempo novateur à l'époque pour son côté purement Black Metal. Sans doute le premier morceau que Quorthon écrira dans cette veine. Bien que plus reposant car moins rapide que le reste, le riffing, ici, n'a rien à voir avec les autres titres. On sent déjà la fibre de "Call from the Grave" qui paraîtra sur Under the Sign of the Black Mark. Alors que le reste de l'album s'apparente à du Heavy Metal hybride, style MOTÖRHEAD, sur des paysages infernaux, "Raise the Dead" pose déjà les deux pieds dans le Black Metal. Il suffit d'écouter attentivement sa mélodie envenimée, répétitive mais hypnotique. Nous avons ici du bon Black Metal de la première vague historique, nous permettant un voyage encore inédit aux enfers.

Pour le reste de l'album, ça a donc déjà été présenté par MOTÖRHEAD ou VENOM (groupe que Quorthon ne connaissait soi-disant pas à l'époque). Nous avons donc la vitesse de l'un et l'aura sulfureuse de l'autre. Le résultat nous fait ressentir l'odeur méphitique des enfers, comme un malaise lié à nos cinq sens. L'introduction de l'album nous y amène. Et lorsque le titre "Hades" déboule chez les auditeurs de l'époque, le niveau de violence atteint était encore inédit. Seul l'EP de SODOM, In the Sign of Evil pouvait rivaliser. Encore que pour SODOM, il ne s'agissait que d'un EP. Les riffs sont simples mais prenants. Ils donnent envie de headbanger. La batterie est monotone mais le son ne fait pas tâche dans l'album. La production, bien que crasseuse, n'est pas nécro comme pourront l'être celles de MAYHEM ou DARKTHRONE dix ans plus tard. De plus, ce genre de production, à l'époque, était davantage une nécessité qu'un véritable but. Ce qui innove réellement sur cet album, c'est le chant rauque et raclé de Quorthon. Ce chant atypique, semblable à un démon des enfers, deviendra une source d'influence pour le Métal Extrême, en particulier le Black Metal. Le tout donne une impression de VENOM ou HELLHAMMER en encore plus sombre.

Pour la légende, mais pas seulement, cet album est incontournable, car il a grandement contribué au Black Metal qui allait naître dans les années à venir. Bathory agira comme le laboratoire du style Black Metal là où l'album suivant, The Return..., sera le premier album réellement Black Metal de BATHORY. Même si vous préférez les tueries qui suivront cet album, Bathory reste indispensable pour les inconditionnels du Black Metal. Un des premiers chapitres de l'histoire de notre sous-genre musical.

par Gul Le Ricanant, le 02/08/2016

D'autres albums de Black Metal primitif recommandés

BATHORY - The Return...

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

EMPEROR - Anthems To The Welkin At DuskEMPEROR - In The Nightside EclipseTAAKE - Nattestid Ser Porten VidTAAKE - ...DoedskvadMARDUK - WarschauIMMORTAL - Sons of Northern DarknessKHOLD - Mörke Gravers KammerLUNAR AURORA - Ars MoriendiLUNAR AURORA - Elixir Of SorrowCATAMENIA - Winternight TragediesDARK FUNERAL - Where Shadows Forever ReignENTHRONED - Prophecies of Pagan Fire

Autres chroniques