BABA YAGA

Sorrow. Neglect. Pestilence.

Craché dans la douleur des entrailles de la brumeuse Albion vient s'accrocher désespérement à nos tympans BABA YAGA, la triste progéniture des angoisses du mystérieux Kai. Sortie en 2008, la démo Sorrow. Neglect. Pestilence., nous propose quatre titres d'un Black Metal virulent et déprimant, dont une reprise du classique "The Eternal", de JOY DIVISION. L'auditeur aura droit à son lot de riffs inspirés et de hurlements amers et saturés, ces derniers n'étant pas très loin du style pratiqué sur le monumental Filosofem de BURZUM. Si les riffs restent assez simples, la structure des morceaux est elle plutôt progressive, et quelques soli mélodiques viennent apporter une certaine vitalité à l'ensemble sans nuire à la continuité de l'oeuvre, à l'image d'un PESTE NOIRE. Les influences semblent assez axées Rock, la musique proposée par BABA YAGA, si d'humeur maussade, ne perdant jamais son dynamisme rafraîchissant.

Cette démo n'est néanmoins pas exempte de défauts, la fin abrupte du troisième titre "A Pestilence" et la boîte-à-rythme parfois agaçante, si acceptablement programmée, venant nous rappeller qu'il s'agit là d'une oeuvre purement artisanale. Elle n'en demeure pas moins une réussite, d'un cafardeux dont beaucoup de ces clones incomplets de BURZUM et autres mièvreries dépressives sous-développées devraient prendre de la graine.

par W.Whateley, le 01/11/2010

D'autres albums de Black Metal progressif recommandés

ENSLAVED - RIITIIRSOLSTAFIR - KöldTHE WOLVES OF AVALON - Carrion Crows Over CamlanTWILIGHT (USA) - Monument to Time EndNOKTURNAL MORTUM - The Voice of SteelARS MORIENDI - L'Oppression du RienFARSOT. - IIIITHE RUINS OF BEVERAST - Unlock The Shrine

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

WOLFSHADE - TroubleVEIL - SombreCOLDWORLD - Melancholie²DRAPSNATT - Hymner Till UndergångenDRAPSNATT - I Denna SkogFEAR OF ETERNITY - Toward the CastleDRAPSNATT - SkelephtFROSTSEELE - PrækΩsmiumSVARTI LOGHIN - Drifting Through the VoidDEAFHEAVEN - SunbatherGERM - GriefHYPOMANIE - Calm Down, You Weren't Set on Fire

Autres chroniques