AURVANDIL

Thrones

3e album pour le groupe normand, sur un rythme plus qu'acceptable de presqu'un album par an. Un troisième album qui conserve les bases habituelles en y ajoutant quelques nouveautés, à commencer par l'arrivée d'un batteur bien connu dans la scène française (cf. ANGMAR) : Fog. Le résultat est au final assez mitigé...

Tout d'abord, sur le plan formel des structures musicales, on remarquera que ce nouvel album se base sur des morceaux longs, élaborés surplus de 12 voire plus de 18 minutes. Cela laisse le champ libre pour construire une musique digne de ce nom et c'est ma foi dans l'esprit d'AURVANDIL que de prendre son temps, on l'avait déjà compris. Les claviers se marient toujours bien avec les guitares qui ensemble permettent de dérouler des mélodies peut marquantes d'un point de vue du rendu mais centrales dans les structures musicales, pour chacun des morceaux. Malgré la longueur de ces derniers, on ne rencontre pas de linéarité, ce qui est un très bon point, mais les breaks manquent cruellement. Encore une fois on relève quelques ajouts de guitare sèche, encore trop sous-exploitée. Pourtant, l'efficacité mélodique manque de panache. Les riffs ne se démarquent pas suffisamment et sont trop noyés dans la musique en raison d'un son trop raw, mais c'est surtout qu'ils manquent d'expressivité. Cela a pour effet de générer une musique trop opaque, trop indigeste, de laquelle certains auditeurs auront de la difficulté à apprécier toutes les qualités, d'autant que la voix très moyenne n'y aide pas. Car malgré ses défauts, il faut reconnaître le potentiel du groupe et ses qualités intrinsèques quand il s'agit de construire une œuvre Black Metal honnête et personnelle. L'arrivée d'un excellent batteur en la présence de Fog conforte inévitablement ce jugement et offre la puissance qu'il manquait à ce one-man-band.

On passe par la case visuel, comme d'habitude, pour constater que sans parler de prouesses, l'ensemble reste bien cohérent et sympathique, assez proche du dessin d'artiste crayonné qui sied bien à ceux qui savent l'exploiter (les fans reconnaîtront un petit quelque chose de Dark Medieval Times). Tout en noir et argenté, le livret un patchwork d'images, de photos et de symboles, qui mettent en valeur le concept nordique et épique du groupe. L'ambiance, quant à elle, n'a rien d'exceptionnelle mais encore une fois suffisamment crédible pour proposer un produit complet.

Voilà un album qui plaira sans doute aux fans du genre, mais à qui il manque de qualités mélodiques pour aller au-delà. Il ne se démarque pas tant que ça du précédent, mais manque un peu plus de « flamme » !

par Baalberith, le 20/05/2014

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

EMPEROR - In The Nightside EclipseTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritTHROES OF DAWN - Quicksilver CloudsNAGELFAR - Hünengrab im HerbstKVIST - For Kunsten Maa Vi Evig VikeLUNAR AURORA - Ars MoriendiLUNAR AURORA - Elixir Of SorrowLUNAR AURORA - AndachtSUMMONING - Minas MorgulSUMMONING - Dol GuldurSUMMONING - Nightshade Forests

D'autres albums d'ambiance Epique/Fantasy recommandés

RAATE - Demo IESCHATON - UnshakenBAL-SAGOTH - The Chthonic ChroniclesBAL-SAGOTH - Starfire Burning Upon the Ice-Veiled Throne of Ultima ThuleNECROFEAST - SoulwindsMACABRE OMEN - Gods of War - At WarMACABRE OMEN - The Ancient ReturnsHIMINBJORG - WyrdFHOI MYORE / WYRMS - Les Limbes Pourpres / Mehxôhorr - Les IV Dimensions CosmogoniquesTRIUMPHANT - Herald the UnsungERED WETHRIN - Tides of WarETERNUM - Summoning the Wolven Spirit

Autres chroniques