ASTARTE

Quod Superius, Sicut Inferius

Un titre latin pour un groupe grec ? Ma foi pourquoi pas. On ne va pas s'arrêter à si peu pour considérer un 3e album dont la qualité est bien là, qui plus est sur plus d'une heure et 6 minutes de musique !

En effet, la musique du groupe a évolué, mais n'a rien perdu de sa qualité générale. La technique est toujours simple, agrémentée de riffs bien Black et d'une voix écorchée agréable, au sein de structures musicales plutôt fouillées, à la fois variées et pertinentes, même si quelques légères formes de linéarités viennent nuancer mes propos sur certains morceaux. Enfin quelques voix féminines posées et des passages avec celle du chanteur de SEPTIC FLESH (qui est plus là pour le fun que pour autre chose, son intervention n'ayant pas vraiment d'intérêt), se joignent à la danse. Le jeu de clavier reste également de qualité avec une présence très dosée mais qui sait conforter le style finalement toujours atmosphérique (et mélodique) du groupe. Pourtant, les claviers sont exécutés par une personne extérieure, tout comme depuis le début la batterie, ce qui me fait penser que c'est un peu facile de parler de groupe entièrement féminin ! Bref, il y a un certain côté plus moderne sur cet album, servi par un travail formel toujours juste, mais également toujours efficace. Enfin, l'inspiration est au rendez-vous : les compositions sont toujours belles, subtiles et enivrantes, menées à la fois par les guitares et les claviers. C'est à n'en point douter le point fort de cet album.

Question visuel, le niveau est bon. Moins que sur le précédent album, mais malgré une pochette un peu naïve et quelques poses un peu trop « cuir » à mon goût, elles ont gardé leur féminité et collent au concept et à l'ambiance. Cette dernière est là, sans être trop expressive. L'univers épique n'est pas aussi bien mis en avant que sur le précédent album, mais on y croit suffisamment.

Un beau testament pour ASTARTE : les Amazones se séparent, la Belle Tristessa désirant orienter son groupe vers des cieux plus « pros », elle se retrouve seul aux commandes. Pour pas longtemps cependant, mais ASTARTE ne sera (plus jamais ?) ASTARTE...

par Baalberith, le 15/11/2013

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

EMPEROR - In The Nightside EclipseTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritSETH - Les Blessures de L'AmeSETH - By Fire, Power Shall Be...ASTARTE - Rise From WithinVORDVEN - Towards The Frozen StreamsTHYRFING - Valdr GalgaMORGUL - Lost In The Shadows GreyMORGUL - Parody Of The MassLUNAR AURORA - Ars MoriendiMISTELTEIN - Rape In Rapture

D'autres albums d'ambiance Epique/Fantasy recommandés

RAATE - Demo IESCHATON - UnshakenBAL-SAGOTH - The Chthonic ChroniclesBAL-SAGOTH - Starfire Burning Upon the Ice-Veiled Throne of Ultima ThuleNECROFEAST - SoulwindsMACABRE OMEN - Gods of War - At WarMACABRE OMEN - The Ancient ReturnsHIMINBJORG - WyrdFHOI MYORE / WYRMS - Les Limbes Pourpres / Mehxôhorr - Les IV Dimensions CosmogoniquesTRIUMPHANT - Herald the UnsungERED WETHRIN - Tides of WarETERNUM - Summoning the Wolven Spirit

Autres chroniques