ASHBRINGER

Yügen

Second album pour les états-uniens d’ASHBRINGER, qui ont pour l’occasion signé sur le célèbre label italien Avantgarde. Le groupe, qui avait moyennement brillé sur le précédent album, est cette fois-ci dans une meilleure forme, nous offrant un album d’une petite heure qui mérite vraiment d’être écouté.

Le style est clairement délimité : du Black atmosphérique, teinté d’influences shoegaze. Les mélodies (très présentes) se déroulent dans une approche subtile et aérée, où les riffs de guitare électrique s’accompagnent volontiers de guitare sèche ou de mandoline, le tout sur un rythme posé. La construction musicale est intelligente, plutôt variée, jouant sur de nombreux (mais légers) breaks et sur des rebondissements agréables.

Il s’ensuit donc des structures fluides, justifiant que les morceaux s’allongent souvent sur plus de six minutes, avec un véritable travail formel. La présence des claviers est ici utilisée avec parcimonie, jamais gratuitement, pour accentuer le rendu général. La voix Black est de qualité, la voix claire et les choeurs un peu moins mais peu gênante de toute façon. La richesse instrumentale frôle presque avec du Mike Oldfield période Ommadawn sur l'instrumentale du septième morceau.

Le résultat est donc au rendez-vous, avec une inspiration générale très appréciable, même s’il n’existe pas de "grand moment". C’est d’ailleurs un peu le défaut d’un tel album, qui a tout pour plaire mais qui, sans être stérile, ne parvient pas à développer de mélodies vraiment accrocheuses. On se rapproche par moments d'un The Mantle d'AGALLOCH, le côté "percussions" en moins, ou d'un The Last Bewitchment de PENUMBRA avec les voix féminines, mais sans jamais parvenir au niveau de ces deux groupes.

Ce digipack présente un visuel homogène, dans des tons certes un peu "flashy" en jaune, bleu et violet, mais qui respecte un travail infographique général crédible et sérieux  générant un effet peinture sur l’ensemble du digipack et du livret. Les pages des paroles, comme celles des photos des membres du groupe sont travaillées de cette manière, sans surenchère. On devine sans effort le concept Nature de l’album, qui finalement se ressent bien en raison de la dimension très subtile et éthérée qui s’en dégage, mais qui aurait pu être accentué par quelques samples.

Un bon album, riche et intéressant, pour les amateurs de Black Metal "ouvert" (donc pas trop Black), mais le manque d’inspiration est un peu préjudiciable. Difficile alors de grimper dans la notation.


par Baalberith, le 16/04/2018

D'autres albums de Black Metal naturaliste recommandés

WOLVES IN THE THRONE ROOM - Two HuntersOCTOBER FALLS - The Womb of Primordial NatureENISUM - Samoht Nara

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritTHROES OF DAWN - Quicksilver CloudsCATAMENIA - Location : ColdMOONSORROW - VerisäkeetMOONSORROW - Jumalten aikaBURZUM - Hvis Lyset Tar OssDISMAL EUPHONY - Autumn Leaves: The Rebellion of TidesTHY SERPENT - Forests Of WitcheryAGALLOCH - The MantleNARGAROTH - Jahreszeiten

Autres chroniques