ARTHEMESIA

a.O.a.

Au bas mot huit années d'absence et de doutes, de promesses et de silences, pour finalement accoucher dans la douleur ! On ne pourra pas dire que cet album n'était pas attendu par les fans, on n'y croyait pour ainsi dire plus, mais pourtant ils reviennent sur le devant de la scène, de surcroît sur un label plutôt important...

Une première chose à dire : bien malins ceux qui reconnaîtront là ARTHEMESIA, tant que le groupe a complètement changé, ou presque. Finis les riffs incisifs, les structures et la musique très teintés d'école mélodique finlandaise, ces rythmes rapides sur des passages complexes. Les Finlandais ont adopté une musique plus simple à tous les niveaux, privilégiant les morceaux longs aux courts, les structures à rallonge avec riffs redondants aux variations. Les mélodies se mêlent aux ambiances et à une relative douceur qui fleure bon le Black Metal naturaliste à la AGALLOCH et OCTOBER FALLS, guitare sèche à part, et quelques classiques du genre de MOONSORROW. De nombreux passages très calmes viennent ponctuer une construction musicale plutôt réussie sur le fond comme sur la forme (ex : 3e morceau ou le dernier), aidés par quelques légers chœurs masculins. Parfois y voit-on même l'ajout de saxo (ex : dernier morceau) ou quelques arpèges intéressants. Dans tout cela quelques efforts de bourrinage peuvent poindre leur nez, comme sur le dernier morceau, mais ils restent assez rares au regard de l'ensemble de l'album.

Alors concrètement, quel résultat ? Ma foi assez hétérogène. Plutôt bon dans la première moitié de l'album, bien que déroutant pour un fan du premier album comme moi. Certains reprocheront un ensemble un peu trop mou et longuet, mais force est de constater que la maîtrise générale est là. Le problème provient surtout du manque d'inspiration dès le quatrième morceau dans des compos un peu moins bien fichues que dans les trois premiers morceaux. Les mélodies sont parfois un peu faciles sans être efficaces, donc c'est gênant.

Un album à écouter pour tous ceux qui sont suffisamment larges d'esprit, sans espérer y trouver l'absolu. C'est bien dommage, car le potentiel et les efforts sont là, reste à trouver la flamme comme on dit...

par Baalberith, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Metal naturaliste recommandés

OCTOBER FALLS - The Womb of Primordial NatureWOLVES IN THE THRONE ROOM - Two HuntersENISUM - Samoht Nara

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

GERM - WishKESTREL - Weather EyeJANVS - VegaTHE RUINS OF BEVERAST - Unlock The ShrineSOL SISTERE - Unfading Incorporeal VacuumFURZE - UTDMISOGI - Tofotukami WemitamafeALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityALGHAZANTH - The Three-Faced PilgrimSOLEFALD - The Linear ScaffoldNUIT NOIRE - The Gigantic HideoutSEELENTOD - The Ageless Dynasty

Autres chroniques