ARS MORIENDI

Du tréfonds d'un être

 Pour en savoir plus sur ARS MORIENDI, je renvoie avant tout à ma précédente chronique. J’y expliquais la difficulté de cerner ce one man’s band français de qualité, et ce nouvel album ne change rien à la donne ! Inutile de tenter d’étiquetter son black metal. On pourrait le mettre en progressif, en avant-gardiste ou même en atmosphérique selon le titre et même le passage qu’on écoute. Il ne reste qu’à le mettre en « Indéfinissable » bien que j’aurais bien créé une nouvelle appellation « BM mais pas que ! ». Un style qui conviendrait car dès qu’on a l’impression de pouvoir définir ARS MORIENDI par des mots ou de trouver des groupes similaires, un changement vient souffler toutes nos convictions.
 Tout au long des 50 minutes de l’album, nous sommes invités à un voyage dans les différentes sphères du black avec 5 titres, 3 de 12 minutes et 2 qui font chacun la moitié. Ils offrent un condensé de tout ce que le black a proposé jusqu’à maintenant et qui a forcément influencé le compositeur. Celui-ci intègre bien des éléments classiques avec une touche française mélodique, mais aussi des tendances plus actuelles.
 L’une des influences probables est LUNAR AURORA. On retrouve le goût pour les surprises et les nombreux apports (hurlements, samples, passages ambiant). Et c’est peut-être un hasard, mais on se souvient que ce groupe a justement sorti un album du nom de Ars Moriendi ! Cependant, il n'y a que l'approche qui est similaire, les ambiances sont encore différentes, avec des clins d’oeil à des styles plus récents comme le dépressif et même du post-rock.
 Mais attention ! Malgré tous ces apports et les passages planants, l’album garde de l’agressivité, et parvient à instaurer le malaise et la torture. Et le mélange des styles se fait le plus naturellement du monde, sans offusquer un seul instant nos oreilles. Du Tréfond d’un être coule de source d’un bout à l’autre. Il n’y a pas la prétention (légitime ou non, ce n’est pas la question) d’un PENSEES NOCTURNES. ARS MORIENDI est plus poli, plus léger, plus humble.
 Finalement, il rappelle LOVE LIES BLEEDING dans l’approche. Cet autre Français qui officiait il y a 10 ans s’amusait lui aussi à mixer ses influences, passant de passages agressifs à d’autres symphoniques, gothiques et électroniques.
 Ce nouvel album d’ARS MORIENDI fait le même effort de synthèse et est plus varié que son prédécesseur. Cela peut devenir un de ses défauts puisque plus il y a de variété, et plus il y a de risques pour que des passages ne nous parlent pas. Personnellement, j’ai aussi du mal avec certains d’entre eux, mais c’est un problème de goût plus que de composition. Par contre, on pourra regretter quelques longueurs, justifiées par le souci de fluidité mais qui font aussi perdre l’attention à quelques reprises.
Quoi qu’il en soit, ARS MORIENDI propose encore un album riche et personnel, avec des textes en français qui font plaisir à saisir. Il est chaudement recommandé à tous ceux qui aiment les différents styles de black et le travail bien fait.
http://arsmoriendi.free.fr/

par Sakrifiss, le 22/09/2011

D'autres albums de Black Metal recommandés

KESTREL - Weather EyeDIAPSIQUIR - A.N.T.I.NEKROS MANTEIA - Deus OtiosusMURMUÜRE - MurmuüreNUIT NOIRE - Lunar DeflagrationDUX - VintrasKERMANIA - AhnenwerkNUIT NOIRE - Infantile EspiegleryM8L8TH - Nepokolebimaja VeraIMMORTAL - Diabolical Fullmoon MysticismSHINING - V - HalmstadENSLAVED - Eld

D'autres albums d'ambiance Psychologique recommandés

LURKER OF CHALICE - Lurker Of ChaliceLEVIATHAN (USA) - The Tenth Sublevel Of SuicideWÜRM - Demo '04ONDSKAPT - Draco Sit Mihi DuxABSOLUTUS - Pugnare In Iis Quae Obtinere Non PossisPURITAS VIRGINUM - Décennie de SouffranceLES CHANTS DE NIHIL - ArmorCLANDESTINE BLAZE - Harmony of StruggleLUDICRA - The TenantTHE SKADEN - You Will Hope I Had DiedANTAEUS - Cut Your Flesh And Worship SatanANTAEUS / AOSOTH - Wrath Of The Evangelikum

Autres chroniques