ARKONA (RUS)

Ot Serdca K Nebu

Fort de 14 années d’existence et de 7 albums complets en cette année 2016, ARKONA n’est plus à présenter. Ce qui fait encore débat aujourd'hui est la manière dont on peut appréhender la qualité de leur carrière : pour les uns, le groupe est toujours en forme et produit des morceaux encore de grande qualité, pour d’autres, dont je fais partie, le groupe est mort justement avec ce 4e album, sorti en 2007. A mon avis en effet, depuis cette date et la signature chez la major Napalm, ARKONA n’est plus que l’ombre de lui-même et s’est enfoncé dans les méandres d’un Black commercial sans âme ni rendu, où l’aspect folklorique tombe, comme les riffs, à l’eau. Cet album représente même peut-être leur meilleur album !

En effet, après quelques albums et années d’expérimentation, les Russes ont réussi à maîtriser leur musique tout en parvenant à affirmer leur son et leur maîtrise instrumentale pour la mettre intelligemment en avant. Avant, il manquait de qualité formelle, mais pas d’âme, après c’est l’inverse (ce qui est pire !). La musique d’ARKONA est, vous l’aurez compris, un subtile mélange entre Black Metal (assez Metal il est vrai mais pas pour autant Heavy ou Death) et ajouts folkloriques (sur ce plan on est servi entre flûte, accordéon, mandoline, etc...). La symbiose est bien réalisée, avouons-le, c'est-à-dire que les parties folkloriques sont bien placées, inspirées, en osmose avec les parties Metal, sans surenchère. Des instrumentales font carrément ambiance médiéval (ex : 6e morceau), d’autres font clairement penser au travail de MOONSORROW. Si techniquement il n’y a aucune réelle force, les structures sont travaillées, sans jamais multiplier les breaks pour perdre l’auditeur dans un dédale d’expérimentations niaiseuses. D’ailleurs, les morceaux sont de longueur variée, parfois moins de 4 minutes, parfois plus de 6 minutes, voire un final à plus de dix minutes. Bref, tout est à sa place et maîtrisé, comme on était en droit de l’attendre pour un tel album. Le jeu des voix Black et claire est également bien fichu, et ajoute à l’ambiance slave sans saouler l’auditeur. Encore un point pas évident à assumer. Comme l’inspiration est également au rendez-vous, le résultat est donc à la hauteur du boulot entrepris et c’est tant mieux, car nous avons le droit à un peu plus de 62 minutes de musique.

D’un point de vue du visuel, le groupe nous offre un livret 28 pages (!) entièrement baigné de couleurs vert/jaune agréables. Certes la pochette est un brin naïve, mais l’ensemble est homogène et efficace, avec des dessins crayonnés qui touchent justes et ce qu’il faut de travail infographique pour que ça rende bien. Le concept slave est donc mis à l’honneur et, qui plus est, très bien rendu dans la musique. C’est donc du bon boulot de ce côté aussi.

Le meilleur album du groupe à mon sens, s’il faut en connaître un, c’est celui-ci !

par Baalberith, le 16/02/2016

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraWINDIR - ArntorWINDIR - 1184WINDIR - LikferdGRAVEWORM - When Daylight's GoneCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornDAWN - Slaughtersun - Crown of the TriarchyALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeNEGATOR - Old BlackTHE CALL - The Call

D'autres albums d'ambiance Slave recommandés

NOKTURNAL MORTUM - The Voice of SteelDUB BUK - Idu Na WyNOKTURNAL MORTUM - WeltanschauungNOKTURNAL MORTUM - NeChristZGARD - ContemplationSVARGA - Spirit of the LandVSPOLOKH - Sorrow of the PastWĘDRUJĄCY WIATR - O turniach, jeziorach i nocnych szlakachASMUND - Песнь кровиTEMNOZOR - Horizons...GNIEU - In the Vortexes of Existence AwarenessBAGATUR - Skazanie Za Drevnobulgarskoto Velichie

Autres chroniques