ARKHETH

IX & I: The Quintessence of Algaresh

Y'a des groupes qui multiplient les albums courts en rechignant de dépasser les 35 minutes, parfois la simple demi-heure, et il y'en d'autres au contraire qui ont tellement de choses à dire qu'ils nous pondent un véritable pavé. C'est le cas de ce deuxième album des Australiens d'ARKHETH : pas moins de 1h53 au compteur ! Inutile de dire qu'il faut au moins deux CDs pour contenir toute cette musique qui ne compte pourtant, aucune reprise ou autre bonus « bouche-trou ». Mais bon, la quantité ne fait pas la qualité,. Oui, mais là justement, on n'a pas affaire à un sous-produit de base dans lequel la majorité de la "musique" proposée se résumerait à de vagues passages ambiant ou des blocs monolithiques de riffs simplistes sans odeur nin saveur.

Pour simplifier la chronique et appréhender l'oeuvre dans sa globalité, je considérerais les deux disques et leurs morceaux respectifs dans un seul et unique produit musical allant des morceaux 1 à 10 (en réalité les cinq premiers morceaux appartiennent au disque 1 et les cinq autres, au second). De toute façon il n'existe pas de réelle différence de fond et de forme entre les deux CDs, à part peut-être une tendance à un style mélodique plus prononcé sur ce dernier...

Musicalement, ce jeune combo australien nous offre un produit à mi-chemin entre le bm atmo et mélodique, qui parfois flirte avec le bm naturaliste d'un AGALLOCH ou surtout d'un WOLVES IN THE THRONE ROOM (la violence et l'intensité en moins). Les structures musicales sont à la fois bien faites et plutôt bien travaillées, ce qui est d'autant plus à porter à leur crédit qu'ils ont près de deux heures de musique à assumer. Au sein de celle-ci, il est difficile de savoir si ce sont les claviers ou les guitares qui l'emportent, il existe une certaine osmose réussie à ce niveau, avec des passages plus spécifiquement consacrées à l'activité des uns ou des autres. On peut seulement avouer que le but, quel que soit le type d'instrument privilégié, est plutôt de générer un atmosphère que de présenter une musique mélodique pour elle-même.

Revenons à la construction musicale. Les breaks sont nombreux, le rythme varie même s'il reste assez calme dans l'ensemble, suivant la logique du style, et si les morceaux sont globalement longs (encore une fois, logique !), ils varient cependant de près de 5 minutes à plus de 17. Quelques voix féminines pas franchement essentielles si vous me pardonnez la litote (exception faite sur le 8e morceau), un peu de chant et de narration masculines, quelques choeurs, et on a fait le tour des éléments un peu "originaux" que l'on peut trouver dans cet album. Le résultat est pourtant probant. Les compos sont certes d'une qualité inégale, mais le groupe sait nous offrir quelques bons passages voire de bons morceaux (le 1er est ainsi d'une belle qualité ; on peut également, entre nombreux autres, évoquer le dernier tiers du 6e morceau). Au final, le problème vient peut-être principalement de la longueur du produit qui n'est pas forcément un avantage pour l'album. Certains auditeurs pourraient je pense avoir tendance à décrocher un peu au cours du deuxième CD car malgré une évidente qualité, les compositions ne sont en effet pas encore suffisamment marquantes pour justifier cette durée.

Les ambiances ici jouent à la fois avec la mélancolie et la Nature, à laquelle l'opus est d'ailleurs tout entier dédié. Il est difficile de le croire à la lecture de ce titre énigmatique qui n'est absolument pas explicité dans le livret, ni textuellement (il n'y a pas de paroles ou d'explications), ni avec le visuel, qui reste assez vague, peu pertinent et pas très bien fichu. Malgré tout il se dégage une émotion tangible.

Bref, voilà un bon album avec un nombre certain de bons morceaux et passages, qui a le mérite de surcroit de ne pas voler l'auditeur sur le temps. Si vous aimez ce style, je ne peux que vous conseiller de vous le procurer !

par Baalberith, le 10/03/2011

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

RAATE - Demo IPAYSAGE D'HIVER - Paysage d'HiverSTERBEND - Dwelling LifelessMAKE A CHANGE... KILL YOURSELF - Make a change...kill yourselfDESOLATION TRIUMPHALIS - Forever Bound To NothingnessSUN OF THE BLIND - SkullreaderEMPEROR / ENSLAVED - Emperor / Hordanes LandBURZUM - Hvis Lyset Tar OssBURZUM - Det Som Engang VarENTHRONED - Prophecies of Pagan FireANCIENT - SvartalvheimPURITAS VIRGINUM - Décennie de Souffrance

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

ANGMAR - Zurück in die Unterwelt NACHTFALKE - Wotan's ReturnFINSTERFORST - Wiege der FinsternisMOONSORROW - VerisäkeetSOLBRUD - VemodVALLENDUSK - VallenduskDRAUTRAN - Unter dem Banner der NordwindeSKYFOREST - UnityWOLVES IN THE THRONE ROOM - Two HuntersORAKLE - Tourments & PerditionOCTOBER FALLS - The Womb of Primordial NatureODELEGGER - The Titan's Tomb

Autres chroniques