ARCKANUM

Helvítismyrkr

ARCKANUM revient déjà, mais on n’en est plus surpris puisque 4 albums sont sortis en 4 ans. Et du coup Shamaatae dépasse le nombre d’albums proposés dans les années 90. Alors cette vitesse de croisière et la rapidité de composition, on peut être sceptique sur la qualité et la légitimité de chaque album, mais il faut se rappeler qu’en leur temps BURZUM, GORGOROTH ou DARKTHRONE ont également enchainé les albums cultes ! Et comme dit l’adage : « Il faut battre le fer tant qu’il est chaud ».


Bon, on peut rétorquer que dans les années 90, on avait moins de sorties à gérer et plus de temps à consacrer à une galette. Mais ça, ce n’est pas le problème du groupe si désormais beaucoup jugent trop vite une musique qu’ils ne digèrent pas et passent trop rapidement à autre chose. Alors malgré la qualité toujours au rendez-vous, ça va trop vite pour le public et on a pu voir des commentaires négatifs sur cet album dès sa sortie, voire même avant puisqu’il a été proposé entièrement en streaming.
Et j’ai du mal à saisir ces critiques car au delà des différences de goût, n’importe quelle personne parvenant à réfléchir de manière objective devrait se rendre compte que cet album a de grosses qualités. Bien évidemment on peut reprocher au premier abord une certaine linéarité et trop peu de variations entre les morceaux. Quelques titres sont un peu trop passe partout / déjà entendus, et il y a encore des parties instrumentales trop longues pour quelqu’un comme moi qui perd son attention (« In Svarta », « Outro ») mais hormis ces deux légers points noirs, cet album est encore une fois très efficace et avec quelques parties excellentes.
Parmi celles-ci, le premier titre, « Helvit », met tout de suite dans l’ambiance avec ce martellement si typique, et ces vocaux infernaux qui n’ont pas perdus en intensité. On aimerait parfois que le timbre change pour retrouver des effets d'anciens albums, mais on ne peut pas dire qu’ils sont ratés. La grosse claque de ce morceau vient de ses accélérations et décélérations bien senties, intenses.

Suit le deuxième titre, le meilleur des 9 présents : « Myrkrin Vinna Hefnt ». Ce qu’il a de différent ? Un riff tueur qui revient quand ça fait mal, et une fin avec des choeurs en retrait. Ces choeurs viennent prendre au coeur (sic) pour se transformer en l’un de ces miracles musicaux qui marquent les mémoires.
Parmi les autres passages mémorables, il faut citer « Svartr ok Þursligr », avec là encore un riff accrocheur, une tendance thrash qui n’en fait pas trop, et surtout une dernière minute où un violon(celle) (?) vient rappeler les meilleurs moments d’ANGANTYR.
Ensuite, les autres titres ont tous la patte ARCKANUM, mais comme je le disais, on peut leur reprocher une certaine similitude. Les riffs sont bons et l’énergie est ininterrompue, il manque jsute un petit artifice pour se démarquer.

S’il fallait faire un classement des albums depuis le « retour » du groupe, Helvitimyrkr serait loin devant Antikosmos, devant Sviga Lae qui était trop court - 37 minutes, mais avec du remplissage contre 42 ici, 49 avec les 7 minutes de silence final - mais légèrement derrière ÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞ, surtout pour ce manque de renouvellement.

par Sakrifiss, le 17/10/2011

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

ANGMAR - Zurück in die Unterwelt CATAMENIA - Winternight TragediesFRIGORIS - WindASMUND - WillFINSTERFORST - Wiege der FinsternisTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeGRAVEWORM - When Daylight's GoneFINSTERFORST - WeltenkraftORDER OF THE WHITE HAND - Veren muistoGOATMOON - VarjotVALLENDUSK - VallenduskELDRIG - Urlagarne

D'autres albums d'ambiance Cosmique recommandés

GRIEVANCE - The Phantom NovelsPLANETSHINE - Way to NowhereBLUT AUS NORD - Memoria Vetusta III: Saturnian PoetryBLÅKULLA  - Darkened by an Occult WisdomCOSMIC CHURCH - YlistysLEVIATHAN (USA) - True Traitor, True WhoreBLOOD OF KINGU - Sun in the House of the ScorpionTRANSCENDING BIZARRE? - The serpent's manifoldORANSSI PAZUZU - ValonieluONIRISM - The Well of StarsNUMENOREAN  - HomeFALAISE - My Endless Immensity

Autres chroniques