APNEA

Ethereal Solitude

Les groupes néo-zélandais ne courent pas les rues dans le milieu du Black Metal, ce qui est étrange, sachant que la scène australienne est proche, et que l'anglo-saxonne se développe quand à elle particulièrement depuis plusieurs années. Parmi les cinq membres de ce combo, beaucoup ont un passif assez lourd question Metal, mais pas dans le Black (hormis le chanteur), ce qui laisse à penser que c’est un groupe de plus qui surfe aujourd’hui sur la vague Post-BM un peu à la mode.

Après, cela n’est pas forcément le signe d’un mauvais album, au contraire, surtout quand on a pris le temps de travailler un peu l’approche, ce qu’a fait APNEA avec un premier EP en 2012. A première vue, APNEA n’a rien à voir avec les poncifs du genre post-Black : plus violent, plus puissant, les premiers morceaux en particulier démontrent un talent pour le "bourrinage". L’album offre néanmoins de bons breaks et des rebondissements intelligents. Les influences post-bm, voire shoegaze, se distillent assez bien dans cet ensemble et s’expriment plus nettement dans les breaks, parfois longuement (cf. le dernier morceau).

A la frontière entre Black atmosphérique et mélodique, l’album des néo-zélandais se dévoile finalement dans une musique bien construite, sans technicité évidente, mais avec un effort de maîtrise instrumental évident. Dans tout cela, le rendu est appréciable : pas de grands morceaux en perspective, mais un ensemble de qualité, d’où quelques courts et rares passages seulement s’avèrent décevants. La voix est assez puissante pour ne pas dénoter face à l’intensité musicale générale, et pour participer au contraste entre les différents passages (calmes / rapides) de l’album.

Question visuel, rien à se mettre sous la dent : la pochette consiste en un simple ciel nuageux vu d’avion, repris sur tout l’ensemble de l’artwork, et l’intérieur du livret quatre pages n’offre rien de plus que les paroles. D’un point de vue de l’ambiance en revanche, le niveau est largement meilleur. Entre la force dégagée par les parties rapides et la mélancolie qui s’échappe des parties calmes, nous avons le droit à un contraste efficace. Le dernier morceau, clairement plus shoegaze est de toute beauté côté ambiance et encourage au voyage éthéré. Un bon album, bien fichu et agréable, qui a le gros défaut dans un style comme celui-ci, d'à peine dépasser les 35 minutes. Attendons la suite...

par Baalberith, le 02/10/2017

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

RAATE - Demo IPAYSAGE D'HIVER - Paysage d'HiverSTERBEND - Dwelling LifelessMAKE A CHANGE... KILL YOURSELF - Make a change...kill yourselfDESOLATION TRIUMPHALIS - Forever Bound To NothingnessSUN OF THE BLIND - SkullreaderEMPEROR / ENSLAVED - Emperor / Hordanes LandBURZUM - Hvis Lyset Tar OssBURZUM - Det Som Engang VarENTHRONED - Prophecies of Pagan FireANCIENT - SvartalvheimPURITAS VIRGINUM - Décennie de Souffrance

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

BLODSRIT - HelvetshymnerHELLSAW - TristANCIENT - SvartalvheimSALE FREUX - VindilisPESTE NOIRE - La Chaise-DyableSALE FREUX - Adieu, vat !ASTHENIE - Oraison funèbre par le sang et la maladieMORTIS MUTILATI - Mélopée FunèbreBAISE MA HACHE - Le Grand SuicideMORTIFERA - IV: Sanctii tristhessBLOOD STRONGHOLD - From Sepulchral Remains...OWL'S BLOOD - Cold Night of Meditation

Autres chroniques