ANOREXIA NERVOSA

New Obscurandis Order

Un deuxième opus qui n'est pas vraiment à la hauteur du précédent, mais était-ce seulement possible ? La barre avait en effet été placée bien haut !

Je suis tout d'abord déçu par la production (enfin surtout le mixage) qui est plus plat(e) et le clavier trop en retrait à mon avis, ce qui rend la musique plus fade, moins puissante, dommage... Seul le batteur a vraiment progressé. Les guitares sont toujours excellentes, mais le clavier, bien que toujours de grande qualité, est moins impressionnant pour du ANOREXIA NERVOSA. Par exemple on était en droit d'attendre un peu plus de virtuosité et de complexité dans le 7e morceau qui lui est entièrement consacré : la reprise classique est bonne, mais de l'orchestration en plus aurait été judicieux ! La musique est certes toujours riche et dense, mais bien en-dessous de Drudenhaus. En tout cas ça reste violent et peut-être un peu plus rapide. Mais voilà, ANNO a voulu faire plus brutal en mettant les claviers en retrait et en faisant ressortir les guitares et cela a constitué une grosse entrave à la complexité musicale et donc à l'’intensité et l’'émotion de l’'opus entier…. La construction musicale, quant à elle, reste plus que correcte, mais souffre d'un manque de bons breaks et de bonnes transitions et surtout, de bons rebondissements. Quant à la voix, les parties sont un peu trop linéaires et les paroles bien moins intéressantes.

Par contre le visuel est sublime ! Une superbe pochette très révélatrice et qui touche juste. La fillette, incarnant la candeur, livrée au mal qui peut être incarnée par le spectateur...! Ca en dit long sur la thématique assez compliqué développé par cet album. L'homogénéité du design est bien présente avec un beau livret qui rend dignement hommage à l'ambiance. Cette dernière reste bonne, rompant un peu avec le gothique baroque et grandiloquent pour adopter un style plus psychologique, mais toujours dans la même veine. Voix claire, chœoeurs, voix féminine et piano, viennent agrémenter la musique de façon correcte dans l'ensemble.

Pour les compos, il y a quelques très bons passages et quelques bons morceaux, mais globalement le rendu touche bien moins l'auditeur que sur l'album précédent : il manque quelques interventions agréables de synthé et surtout quelques bons riffs éternels comme notamment sur les premier ou le quatrième morceaux de Drudenhaus. Enfin ça reste bien agréable, c'est sûr !

En conclusion, vous l'aurez compris, cet album est une déception par rapport à Drudenhaus, mais c'était presque inévitable tant cet album était un chef-d'œoeuvre. ANOREXIA NERVOSA reprend ici sa musique habituelle en la rendant plus subtile sans perdre trop à l'échange, mais le rendu et quelques éléments sont à regretter ; pourtant l'ajout de chœoeurs et de voix féminine est un très bon investissement. Il reste juste à retrouver de nouveau les compos qui touchent justes, mais on leur fait confiance, car ils restent toujours l’un des meilleurs groupes français à mon humble avis !

par Baalberith, le 28/04/2012

D'autres albums de Black Metal complexe recommandés

HÄMYS - AlkemiaPETRYCHOR - Effigies and EpitaphsC.Y.T - Configuration of a Yearned TwilightSHINING - VII: Född FörlorareLUDICRA - The TenantWOE - Quietly, UndramaticallySIGH - Scenes from HellDEATHSPELL OMEGA / S.V.E.S.T. - SplitGAUNTLET'S SWORD - TheosophyFANISK - NoontideDEATHSPELL OMEGA - KénôseLIMBONIC ART - Ad Noctum - Dynasty Of Death

D'autres albums d'ambiance Gothique/Romantique recommandés

ANOREXIA NERVOSA - DrudenhausPENUMBRA - The Last BewitchmentGRAVEWORM - When Daylight's GoneGRAVEWORM - As The Angels Reach The BeautyGRAVEWORM - Scourge Of MaliceGRAVEWORM - Engraved In BlackENSLAVEMENT OF BEAUTY - MegalomaniaTARTAROS - The Grand Psychotic CastleVAMPIRIA - Among MortalsCRADLE OF FILTH - The Principle Of Evil Made FleshCRADLE OF FILTH - Vempire (Or Dark Faerytales In Phallustein)CRADLE OF FILTH - Dusk And Her Embrace

Autres chroniques