ANGMAR

Metamorphosis

Premier album d'un des groupes français les plus prometteurs du moment (en 2011), ce Metamorphosis d'ANGMAR se révèle être un bon prélude au très bon Zurück in die Unterwelt. Rageur, mélodique et plutôt abouti, il nous offre près de trois quarts d'heure d'une musique à tous points de vue intéressante.

Le rythme général est en effet relativement soutenu, du début à la fin de l'album, avec une bonne dose de riffs prenants et une mélodie qui n'a rien d'exhibée et de dominante. Cette belle osmose entre brutalité et mélodies pertinentes à peine étouffées dans des structures assez denses, qui est la marque du groupe, se trouve donc déjà présente sur ce premier album, et ce pour notre plus grand plaisir. Nous ne sommes, encore une fois, pas dans un Black Metal vraiment complexe, mais ça en a la saveur. Quelques breaks viennent intelligemment couper la musique, sauf peut-être celui intervenant dans le dernier tiers du 6e morceau, au piano, qui aurait pu être vraiment plus crédible. A noter également que les voix claires et les chœurs, heureusement peu présents, ne sont pas très bien réussis. Un peu dommage. Les compos sont dans l'ensemble agréables, avec des hauts et des bas, mais aucun passage véritablement accrocheur hormis la mélodie directrice sur le dernier morceau, qui est d'ailleurs reprise et exploitée bien plus efficacement sur l'album qui suit. Peut-être est-ce volontaire ? On serait en droit de le penser car, au-delà de la volonté du groupe en la reprenant d'exploiter un excellent filon mélodique, elle constitue une sorte de prolongation naturelle entre les deux albums. Ce morceau se nomme « In Die Unterwelt » et le 1er morceau du 2e album : « Zurück in die Unterwelt ». Quoi qu'il en soit, dans l'ensemble, on ne voit pas le temps passer à l'écoute de cet album, et ce n'est pas parce qu'il couvre le bruit ambiant et vous fait oublier les aboiements du chien du voisin !

Par contre du côté du concept et de l'ambiance, le travail manque. L'artwork n'a rien de très fameux et la pochette aurait pu être bien plus belle en gardant la même approche. Un meilleur travail sur les couleurs et les tons sur des peintures à la C. D. Friedrich par exemple, aurait été vraiment bien vu ! De même pour le concept, ma foi assez difficile à distinguer : à première vue, quelque chose entre la Nature, le Sombre et quelque chose de plus psychologique.

Voilà un album tout à fait recommandable pour ceux qui ont apprécié Zurück in die Unterwelt. Vous serez inévitablement en terrain conquis avec, évidemment, une moindre qualité...

par Baalberith, le 28/03/2011

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraWINDIR - ArntorWINDIR - 1184WINDIR - LikferdGRAVEWORM - When Daylight's GoneCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornCATAMENIA - Winternight TragediesCATAMENIA - Location : ColdARCKANUM - HelvítismyrkrDAWN - Slaughtersun - Crown of the TriarchyALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed Sanity

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

AFSKY - SorgMIST OF MISERY - Shackles of LifePESTNACHT - Nosophoros, of Blackness and MisanthropyRUNESPELL - Unhallowed Blood OathRIENAUS - AamutähdelleSLAEGT - IldsvangerTHE WANDERER... - Aura NocturnalDUNKELHEIT - Mors AeternaNEKROKRIST SS - Der TodeskingNORMAN SHORES - Le tombeau de brumePESTILENTIAL SHADOWS - DepthsDARK SONORITY - Kaosrekviem

Autres chroniques