AN AUTUMN FOR CRIPPLED CHILDREN

Try Not to Destroy Everything You Love

AN AUTUMN FOR CRIPPLED CHILDREN continue gentiment son bonhomme de chemin de une année, un album, sans vraiment changer de recette. En cette année 2013, ils nous sortent pourtant un 4e album qui constitue sans aucun doute le plus « innovant » de leur discographie, si je peux utiliser pleinement un terme malgré tout galvaudé dans l'absolu. Certes, on a cette fois-ci un Black Metal lorgnant fortement sur les influences shoegaze, mais cela reste toujours du Black Metal atmosphérique...

En effet, le style du groupe est aisément reconnaissable : des structures étalées avec une dose importante de claviers qui mènent la danse. Toujours cette batterie au son on ne peut plus mécanique et la voix profonde qui se distille progressivement dans chaque morceau. 48 minutes pour 10 morceaux de musique très atmosphérique avec une construction simple et efficace dotée de quelques passages plus calmes et de breaks, des mélodies suaves (certains diront peut-être un peu trop), et un sens de la composition très intéressant sans jamais pourtant réussir à développer des mélodies très prenantes. Mais l'effet shoegaze vient logiquement s'ajouter à cet ensemble en rajoutant encore de la sensualité et sans arriver malgré tout à compenser les quelques longueurs qui, comme sur chaque album du groupe, finissent par s'installer sur certains morceaux. L'alliance était inévitable et on ne s'en plaindra pas à moins de clairement rejeter ce style. Cette petite évolution à rajouter un plus agréable et à accentuer l'émotion qui se dégage de cet album. C'est bien fichu, toujours très introspectif et immersif. Les fans apprécieront !

Reste que le visuel choquera les plus indulgents d'entre vous, c'est-à-dire ceux qui n'ont pas encore quitté la page après avoir lu l'introduction. Remarquez, le dernier DEAFHEAVEN, pourtant un excellent album en soi musicalement parlant, a fait pire, mais AN AUTUMN FOR CRIPPLED CHILDREN n'a pas grand-chose à lui envier si vous me passez l'ironie ! Non content de nous sortir un simple digipack en triptyque avec lequel vous aurez beaucoup de chance s'il ne vous arrive pas à moitié abimé, au moins dans les coins, le visuel est très... « spécial » ! Il ne s'agit de rien d'autre que de la pochette généralisée à l'ensemble des trois panneaux. Donc, non seulement la thématique est plus que contestable pour le style, mais de surcroît il n'y a aucun travail infographique à l'intérieur. Heureusement, l'ambiance est très bonne (toujours si vous n'êtes pas allergique au style et que vous appréciez comme moi les ambiances éthérées qui vous transportent sans souci les yeux fermés) : la mélancolie, la torpeur même, vous envahit très rapidement et je ne pourrai que trop vous conseiller d'écouter cela la nuit, notamment dans votre lit avec les écouteurs.

Le meilleur album du groupe ? Peut-être pas, mais ce n'est certainement pas le moins bon. L'ambiance est sans nul doute le point fort de cet album et je pense que l'on peut dire sans trop s'avancer que le groupe a trouvé son point d'équilibre musical qui lui permet d'exploiter le filon de l'ambiance sans souci...

par Baalberith, le 07/01/2014

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

AFSKY - SorgONIRISM - The Well of StarsLOTH - ApocrypheLUMNOS - Ancient Shadows of SaturnSUNKEN - DepartureSADNESS - LeaveULG - WindarkRUNESPELL - Unhallowed Blood OathPURE WRATH - Ascetic EventideASTRAL PATH - An Oath to the VoidSOLBRUD - VemodSOLBRUD - Jaertegn

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

VIOLET COLD - Sommermorgen (Pt. I to III)TRNA - EarthcultTRNA - Lose Yourself to Find PeaceSADNESS - LeaveMARUNATA - RéminiscenceVIOLET COLD - AnomieSALE FREUX - VindilisVIOLET COLD - Magic NightGRAVSANG - La dine taarer livet begraveURFAUST - EinsiedlerGERM - EscapeANCIENT - Svartalvheim

Autres chroniques