ALDAARON

Suprême Silence

Après la forte impression que m'avait laissé Nous Reviendrons Immortels, à l'annonce d'un nouvel album des Grenoblois, je ne pouvais que m'interroger sur le niveau de celui-ci : confirmerait-il la place d'ALDAARON dans un registre black-pagan prompte à concurrencer BELENOS et NYDVIND ?
Malgré une intro à la guitare folk sur une ambiance nature, les premiers riffs annoncent clairement quelque chose de plus brutal. ALDAARON lorgne désormais nettement plus du côté du black brutal à la suédoise que du pagan, tout en gardant certains passages atmosphériques, ce qui me ferait rapprocher ce Suprême silence du très fameux Nord de SETHERIAL. Cette alternance de passages très rapides, parfois aux accents épiques, et de parties aux claviers éthérés n' y est évidemment pas pour rien. On aurait également facilement imaginé cet album à côté d'un LORD BELIAL ou d'un DARK FUNERAL à la fin des années 90. (Enfin rien d'étonnant pour ma part, j'avais déjà noté cette saine influence suédoise sur la démo).
Qu'en est il des compos? Le précédent album nous avait noyé sous une avalanche de riffs tueurs, mais, même si Suprême Silence se défend tout à fait honorablement sur ce plan-là, il n'arrive pas au même niveau de qualité de composition. Chose qui me semble également lié au choix d'un style plus rapide et brutal (collant mieux aux prestations scéniques ?). On a quand même le droit à quelques moments de félicité, avec des montées en puissance épiques, des riffs qui prennent au tripes sur des passages apaisés, mais malgré tout je trouve l'ensemble un peu moins convaincant que sur le précédent album. La prod est impeccable (même pour ce style exigeant) : rien d'inhabituel chez ALDAARON depuis même la demo ! A noter également la presence d'un batteur redoutable : s'il blaste aussi rapidement sur scène que sur cet album, il y a des cervicales qui ne vont pas s'en remettre ! Par contre cette même batterie est plutôt mise en avant sur le mixage, et le jeu de cymbales avec une "china" omniprésente pourra agacer certains auditeurs... Les vocaux de Ioldar sont toujours aussi convaincants, avec cette tonalité assez grave pour du chant black.
Côté concept, il est à noter que c'est Baalberith qui s'est chargé d'une bonne partie des textes, et même si j'ai toujours autant de mal à comprendre comment on peut déléguer cette partie qui me semble trop intime au groupe, force est de constater que ces textes sont réussis, et, sans chercher à trancher avec l'atmosphère habituelle du groupe (où souvent la montagne pure et puissante remet justement l'homme à sa place), Baalberith a su encore se mettre à part des clichés du black, avec des poèmes sonnant justes. L'atmosphère trouve parfaitement son prolongement via l'artwork, (qui cette fois-ci ne sera pas la faiblesse de l'album) completé d'un livret correctement garni des textes et de photos de paysages montagnards enneigés.
Pour répondre à la question initiale de cette chronique, un album sans doute un peu en dessous du précédent, dans un style plus brutal et moins pagan, mais dont ALDAARON n'a pour autant nullement à rougir tant la barre avait été placée haute !

par Necrowarrior, le 09/06/2012

D'autres albums de Black Metal brutal recommandés

TSJUDER - Desert Northern HellOV HELL - The Underworld RegimeSETHERIAL - NordDARK FUNERAL - Where Shadows Forever ReignHAGL - IrminsulCORPUS DIAVOLIS - RevoluciaAMNION - The Return Of Total DesolationENSLAVED - BlodhemnAD HOMINEM - Dictator - A Monument Of GloryMARDUK - FrontschweinAOSOTH - IV - Arrow in HeartOCCULTUS - Inthial

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritDISMAL EUPHONY - Autumn Leaves: The Rebellion of TidesAGALLOCH - The MantleTHY SERPENT - Forests Of WitcheryTHROES OF DAWN - Quicksilver CloudsCEREMONIAL EMBRACE - OblivionCATAMENIA - Location : ColdFINSTERFORST - Wiege der FinsternisWOLVES IN THE THRONE ROOM - Two HuntersFINSTERFORST - ...Zum Tode Hin

Autres chroniques