ALCEST

Écailles de lune

Cela faisait déjà quelques temps que chroniquer du ALCEST me trottait dans la tête... ALCEST est le projet solo (ou presque) de Neige, connu par exemple pour avoir officié dans le "presque déjà célèbre" PESTE NOIRE. Ici, nous sommes bien loin du concept et de l'esprit d'un PESTE NOIRE, ALCEST joue sur un plan définitivement posé, mélodique, triste et presque sensuel, de quoi donner des frissons à plus d'un « true evil blackist » ! Mais comme le bm est pour moi un art dont les tentacules, à la fois longs et agrippants,  se promènent sur la scène musicale généraliste, toujours en respectant certains principes de base, si je n'ai pas chroniqué le premier album qui n'était pas du bm je ne vois aucune objection particulière à chroniquer cet album d'ALCEST, n'en déplaise à certains...

Le rythme de l'album est évidemment tout à fait calme et posé, les voix claires l'emportent sur la totalité de l'album, mais les voix black ne sont pas absentes. L'ensemble tourne autour de structures dans lesquelles les arpèges prédominent et offrent une certaine mélancolie à l'ensemble. Le bm, au lieu de se distiller dans cet ensemble, oscillent d'un morceau à l'autre de manière assez marqué, d'autant plus que les autres morceaux sont très calmes, ce qui accentue une certaine dualité dispensable (vous me passerez la litote) sur l'ensemble de l'oeuvre. Le monde d'ALCEST reste au final une vision très personnelle de Neige, de l'aveu même de ce dernier, et présente donc une musique qui pourrait déconcerter plus d'un, malgré les qualités qu'elle recèle. Il est vrai qu'à écouter une ou plusieurs fois l'album, l'impression reste la même : une sorte de produit un peu trop mièvre et mollasson. On aimerait qu'un peu d'intensité sorte de cet univers si personnel, qu'à la tristesse succède parfois un peu de rage et de haine, que ces doux nuages blancs soient parfois brisés par de la foudre et de l'orage. Certes c'est parfois le cas, en tout bien davantage que sur le premier album, mais ces passages cantonnés dans des morceaux entiers restent peu inspirés. Un peu trop sage tout ça, un peu trop « passe-partout ». C'est dommage, car Neige a des qualités musicales qui ne sont plus à prouver.

Assez agréable, fluide, subtile, mélancolique, beaucoup d'adjectifs iraient à ravir à la musique d'ALCEST, ce qui est certainement un compliment. Mais derrière tout ça il manque de puissance et de profondeur, ce que nous autres blackists aimons par-dessus tout, et aussi de l'inspiration, pour en faire un vrai bon album ! Un peu dommage...

par Baalberith, le 21/05/2010

D'autres albums de Black Rock Metal recommandés

IN LUNA - Forgotten LivesDEAFHEAVEN - New BermudaFALAISE - My Endless ImmensitySVARTI LOGHIN - Drifting Through the VoidLANTLOS - LantlôsMARUNATA - RéminiscenceLIFELOVER - PulverTRNA - EarthcultTRNA - Lose Yourself to Find PeaceDEADWOOD - Picturing a Sense of Loss

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

WOODS OF INFINITY - HamptjärnCELESTIA - Frigidiis Apotheosia: Abstinencia GenesiisWOLFSHADE - TroubleNOCTURNAL DEPRESSION - Four Seasons to a DepressionDODSFERD - Cursing Your Will to LiveBLODSRIT - HelvetshymnerVEIL - SombreSUI CAEDERE - ThrèneCOLDWORLD - Melancholie²PENSEES NOCTURNES - GrotesqueHYADNINGAR - Imminent Useless SoulDRAPSNATT - Hymner Till Undergången

Autres chroniques