ABYSMAL

The Pillorian Age

Tout le monde peut se tromper.

C'est ce que m'inspire ce The Pillorian Age des norvégiens d'ABYSMAL, sorti en 1994. Le label Avantgarde Music s'était démarqué au début des années '90 avec la sortie de deux disques considérés comme des monuments du doom extrême, Stream From The Heavens de THERGOTHON et The Second Ring Of Power de UNHOLY, mais aussi grâce aux fameux Live In Leipzig des norvégiens de MAYHEM et A Journey In Darkness des suédois d'OPHTALAMIA. Mais l'écurie italienne n'a pas sorti que des classiques, loin s'en faut, et elle s'est bel et bien planté avec cet album des norvégiens d'ABYSMAL aujourd'hui oublié, à raison. L'album a pourtant, en théorie, tout pour plaire : une pochette magnifique et mystérieuse, une étiquette black/doom alléchante et un concept plutôt original et prometteur. Mais attention, l'expérience nous le prouve encore une fois, la théorie est bien loin de la pratique.

ABYSMAL joue en effet un black bien lent aux relents doom. Certes. Mais surtout, ABYSMAL le joue mal. Commençons par un des plus grands défauts de ce Pillorian Age : la prod. Je n'ai rien contre les productions crades, à petit budget etc. Mais ces guitares totalement en retrait et sans aucune puissance, cette voix avec un delay pourrave (certainement pour masquer un manque de capacités vocales), cette batterie dont la pédale change de volume tout le temps, ce grondement de basse à la fois inaudible et envahissant... C'est insupportable et nuit totalement à cet essai des norvégiens.

Mais ce n'est pas l'unique cause du mauvais arrière goût que laisse cet album. Les riffs sont pour la plupart bateaux, sans queue ni tête et surtout sans aucune émotion. Le groupe prend bien soin de ne jamais faire durer un bon riff (Cf. « Velvet Pilloria », un passage sympa commence, et la chanson se coupe net). Aucune accélération pour donner un bon coup de jus au tout. Le groupe passe totalement à côté de l'ambiance qu'il aurait pu instaurer, et au final, on s'emmerde. Si « Temptation And Undoing » éveille un certain intérêt au début, les capacités de cette composition ne sont pas du tout exploitées, et mises à l'eau par la prod pourrie évoquée plus tôt. Les riffs les plus doom sonnent comme une pâle copie du premier album de UNHOLY, en version spéciale « feeling : 0 ». Les leads plutôt mélodiques et épiques pourraient limite faire penser à du vieux TAAKE, en sous-mixé, mal exécuté et à moitié composé.

Si habituellement, certains groupes casent leurs morceaux remplissage au milieu de l'album, ce qui a pour conséquence qu'on les remarque moins, ABYSMAL a intelligemment abordé le problème dans le sens inverse. Les deux premières chansons, « The Pillorian Age » et « Velvet Pilloria » sont totalement inutiles, et l'auditeur part dès le début avec un a priori très mauvais. Et ce n'est pas le moyen « Four Ravens Flew », avec quelques passages pas trop mal sentis, qui nous réveillerait de notre semi-coma. En fait, la qualité de l'album est plutôt ascendante (pas compliqué me direz-vous, vu le départ désastreux), et les meilleurs chansons sont plutôt à situer à la fin. « Thunder In The Gallow » est franchement un bon morceau. Le doom/death du début laisse vite place à des riffs de black mélodique aux guitares doublées, toujours empreints de ce feeling doom. Le tout couplé à  une prod énergique aurait été une réelle réussite, le potentiel de cette chanson est assez énorme, et les guitares me rappellent celle de l'excellent Witchcraftd'OBTAINED ENSLAVEMENT. « Out Of My Flesh » est également assez bon ; une intro très réussie, arpèges de guitare et de basse, clavier puis petit passage à la guitare acoustique. La suite est un black lent, lancinant et mélancolique ; l'outro quant-à elle est franchement dérangeante et bien malsaine. Quelques passages sont à revoir, mais ça reste bien au dessus de tout le début de l'album.

The Pillorian Age laisse une sale impression ; si le groupe avait exploité le black joué sur les deux dernières chansons, cet album aurait été une réussite, et même je pense, un classique. Cet album est une belle représentation d'un potentiel inexploité et mis de côté, qui donne lieu à un album finalement décevant.

par Jankowitch, le 14/10/2010

D'autres albums de Black Doom Metal recommandés

FORGOTTEN TOMB - Songs To LeaveMORTUALIA - MortualiaNOCTURNAL DEPRESSION - Four Seasons to a DepressionBETHLEHEM - Bethlehem

D'autres albums d'ambiance Historique recommandés

SACRIFICIA MORTUORUM - Damnatorium FerrumBORGIA - Promo MMVIITHE MEADS OF ASPHODEL - The Murder of Jesus The Jew NAER MATARON - PraetoriansN.K.V.D. - VlastINFERNAL NECROMANCY - Infernal NecromancyQUINTESSENCE - Le Bourreau de Tiffauges

Autres chroniques