ABIGAIL WILLIAMS

In the Shadow of a Thousand Suns

Ecouter ABIGAIL WILLIAMS, c'est inévitablement penser à DIMMU BORGIR, surtout en ce qui concerne le clavier ! Alors à partir de là, ceux qui sentent les vomissements venir à la simple écoute d'un morceau de DIMMU BORGIR nouvelle génération peuvent déjà considérer cet album avec une certaine suspicion. Bon, ce serait quand même dommage, car ABIGAIL WILLIAMS possède un certain talent...

...à commencer par les orchestrations clavier, c'est certain, qui offrent quelques envolées qui sonnent parfois comme un pompage quasi-limite de DIMMU BORGIR, mais bon, fermons les yeux. Pourtant les guitares ne sont pas du tout abandonnées, loin s'en faut, et tant qu'on est dans la comparaison avec les Norvégiens précédemment cités, les structures musicales sont un peu plus variées et originales que dans la musique de ceux-ci. C'est d'autant plus remarquable que les morceaux ne sont dans l'ensemble pas très longs, donc l'effort est appréciable. Pour les guitares, on remarque encore cette fois quelques ressemblances, cette fois-ci avec OLD MAN'S CHILD (ex: morceau 6). Là-dessus ajoutons une voix bien Black qui offre quelques (mauvaises ?) surprises : par exemple, la voix claire au début du 4e morceau fait penser à s'y méprendre à celle de...Vortex, vous savez, l'illustre inconnu d'un groupe de Black Metal tout aussi inconnu issu de Norvège ! Il faut l'écouter pour le croire, c'est franchement frappant !

Des points négatifs ? Bien, en dehors de la trop grande ressemblance (même si cela est bien fait), avec DIMMU BORGIR notamment (même la son et le jeu de batterie sur le 8e morceau y fait penser, je vous assure que je ne suis pas parano !), je dirais que si les compos sont plutôt bien inspirées (rien que pour le 9e morceau), elles restent perfectibles en tout point. De plus, le visuel d'album est très contaminée par la puérilité, version LIMBONIC ART (les amateurs apprécieront !), et le concept n'est absolument pas respecté ou plutôt très imprécis (entre les étoiles, le nom du groupe très empreint de sorcellerie et le côté un peu épique, c'est un peu du grand n'importe quoi !).

Ah oui, j'allais oublier un dernier point qui m'horripile énormément : la discrimination de fans. En gros, si vous êtes Japonais ou que vous habitez au Japon, vous aurez le droit à l'EP précédent sur le même album. Un grand merci à ABIGAIL WILLIAMS (à leur label ?) donc pour cet abandon totalement légitime des fans Européens et des autres continents/pays !

Un album qui doit absolument se démarquer de DIMMU BORGIR et se trouver un bon concept pour offrir plus de personnalité à ses auditeurs. Ils auront au moins eu le mérite de nous apprendre qu'à New York aussi on fait du Black Metal !

par Baalberith, le 28/03/2009

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

ANOREXIA NERVOSA - Redemption ProcessPENUMBRA - EmanatePENUMBRA - The Last BewitchmentGRAVEWORM - As The Angels Reach The BeautyGRAVEWORM - Scourge Of MaliceGRAVEWORM - Engraved In BlackTVANGESTE - Damnation Of RegiomontumENSLAVEMENT OF BEAUTY - MegalomaniaMOONSORROW - Suden UniMOONSORROW - Voiamasta Ja KumiastraMOONSORROW - KivenkantajaMOONSORROW - V: Hävitetty

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

PENUMBRA - EmanateNAGELFAR - SrontgorrthCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornOLD MAN'S CHILD - Revelation 666 - The Curse Of DamnationDIMMU BORGIR - Enthrone Darkness TriumphantDIMMU BORGIR - Spiritual Black DimensionsDIMMU BORGIR - Puritanical Euphoric MisanthropiaALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityKHORS - ColdGERM - WishGERM - Loss

Autres chroniques