ABIGAIL WILLIAMS

Becoming

Après un 1er album très dimmu-borgiesque et un deuxième totalement raté ou presque et bien stérile, il relève presque du poncif d'avouer que j'attendais le pire pour les Etats-Uniens d'ABIGAIL WILLIAMS. Je fus heureux de constater qu'il n'en était rien ! Certes nous n'avons pas le droit à l'album du siècle, mais il faut avouer qu'ils ont redressé la barre, de surcroît en innovant encore une fois...

En effet, rien de commun sur les trois albums d'un point de vue musical, peut-être est-ce dû en partie à l'arrivée de trois membres sur 5 dans le groupe. Sur ce troisième opus, on sentirait presque un peu quelque chose à la TOTALSELFHATRED voire quelques passages qui flirtent avec du WOLVES IN THE THRONE ROOM, avec ces nappes de claviers envahissantes et cette rage bien distillée dans une musique compacte et efficace. C'est devenu en effet une recette qui n'est pas encore une mode, mais qui rend bien des services : lorsque l'on n'a pas trop de bons riffs à mettre en avant, on plonge le tout dans une densité musicale bien établie et on gonfle l'ambiance. Enfin, quelques passages rappellent carrément du Black Metal naturaliste. Si la symbiose de tous ces éléments est bien faite, et c'est globalement le cas ici, le résultat peut être tout à fait positif, car l'auditeur est plongé agréablement dans l'univers du groupe. Voilà donc un album assez long (plus de 55 minutes), varié dans ses structures et dans son organisation (2 morceaux de plus de 10 minutes, un de plus de 17 minutes, et trois inférieurs à 8 minutes voire moins de 3 minutes), qui offre également une ambiance propice à l'imagination. Ca prouve la bonne volonté du groupe à proposer quelque chose de nouveau et de bien fait.

Certes, l'album n'est pas sans défaut, loin s'en faut : il manque ici de belles mélodies et de riffs accrocheurs. Ils existent, mais pas de manière suffisante et homogène. Le côté un peu mollasson de certains morceaux ou passages tend à perdre l'auditeur dans les méandres d'une musique qui glisse parfois, alors, dans la bouillabaisse. Car dans l'ensemble, il faut reconnaître aussi à cet album un certain manque d'efficacité dans le rendu des compos ; la voix pourtant de qualité et puissante n'est pas assez utilisée. A côté de cela, certains passages et morceaux (par exemple le long dernier morceau) confèrent à la musique du groupe une plus grande richesse tout en proposant un aspect formel (sur le plan de la mélodie comme de la construction musicale), plus intéressant et crédible. L'ajout de violons est d'ailleurs carrément pertinent. Un exemple, à mon humble avis, à suivre dans le futur, parce qu'il témoigne d'une plus grande personnalité de la part du groupe tout en insistant sur une efficacité mélodique bien établie !

Loin d'avoir créé ici l'évènement, ABIGAIL WILLIAMS a eu le mérite (important) d'offrir un album nouveau dans sa discographie et faire (presque) de plus oublier la déconfiture du précédent. Il manque maintenant à générer des mélodies plus prenantes !

par Baalberith, le 24/11/2011

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

SUMMONING - Oath BoundEMPEROR - In The Nightside EclipseBURZUM - Hvis Lyset Tar OssSUMMONING - Let Mortal Heroes Sing Your FameDRAPSNATT - Hymner Till UndergångenSUMMONING - Old Mornings DawnLYRINX / ELYSIAN BLAZE / D.O.R - Universal AbsenceWOODS OF DESOLATION - Torn Beyond ReasonBLUT AUS NORD - Memoria Vetusta I: Fathers of the Icy AgeSATYRICON - The ShadowthroneHECATE ENTHRONED - The Slaughter Of Innocence - A Requiem...HECATE ENTHRONED - Dark Requiems And Unsilent Massacre

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

OSCULUM INFAME - Dor-Nu-FauglithMOTHER DARKNESS - One Hundred Years of EmptinessAUSTERE / ISOLATION - BleakBATHORY - BathoryENTHRONED - Prophecies of Pagan FireTWILIGHT (USA) - Monument to Time EndSETHERIAL - NordDRAKHIAN - High Zephyr PointDUNKELHEIT - Mors AeternaHARAKIRI FOR THE SKY - Harakiri for the SkyDARK FUNERAL - Where Shadows Forever ReignSIELUNVIHOLLINEN - Syvyydestä

Autres chroniques