AASKEREIA

Dort, wo das alte Böse ruht

Dans le domaine de l'UG de qualité, AASKEREIA a réussi à se faire un nom depuis maintenant quelques années, grâce à un premier album et un EP d'une qualité tout à fait indéniable. Cela faisait bien sept longues années que nous n'avions pas eu de nouvelles du combo allemand, pour cause il n'est guère productif, mais voilà qu'il revient avec un nouvel album de près de 55 minutes, très discret dans les médias spécialisés.

Celui-ci devrait plaire aux habituels du groupe car les ingrédients qui ont fait le succès des précédents opi sont toujours là. Le rythme est normal, ni trop lent, ni trop rapide, mais avec des extrêmes de part et d'autres. Les riffs sont incisifs et parfois entraînants (ex : 5e morceau). Les structures musicales sont simples mais très bien maîtrisées, agrémentées de bons breaks et d'un peu de violon, avec cette construction musicale si caractéristique du Black Metal qui insiste sur une utilisation mélodique et cyclique de la rythmique des guitares. Et la particularité du groupe, c'est bien sûr l'utilisation d'un guitariste à poste unique, dont les interventions se distillent agréablement tout au long de l'album. On aurait pu attendre malgré tout un peu plus de subtilité de sa part, mais il s'agit d'un exemple à mon avis à suivre. Côté compositions, le niveau est de qualité, mais améliorable. Comme d'habitude, le potentiel est là, mais AASKEREIA semble avoir quelques difficultés à pondre des morceaux vraiment inspirés, tel le beau « Im Schattenlicht, zwischen den Welten » du précédent EP. Evidemment il y a de très bons passages (ex: dans le 7e morceau) et on ne s'ennuie pas une seconde, mais cela reste je crois inférieur au potentiel réel de ce groupe. Heureusement, le concept est bien rendu dans la musique. Ce n'est pas grâce à la pochette, c'est évident, alors que l'intérieur du livret est vraiment très beau (grande sobriété mais très efficace), mais entre l'utilisation très pagan des guitares, la présence de la guitare sèche, et les quelques samples de vent utilisés, on navigue sans problème dans leur univers tout entier dédié à la Nature et au paganisme.

Bref, encore une fois un album qui mérite d'être acheté et à l'écoute duquel on ne voit pas le temps passer. A noter à ce propos que le groupe pratique une distribution bien mauvaise de cet album produit par leurs soins et non-labélisé. Comme ils pratiquent des exigences assez difficiles à satisfaire par les distributeurs et qu'ils rechignent explicitement sur toute aide promotionnelle (j'en sais quelque chose!), vous risquez d'avoir des difficultés à vous procurer cet album. Le mieux est à mon avis de le commander vous-mêmes auprès du groupe ici : http://www.hofa-bandshops.de/aaskereia/. La page étant uniquement en allemand (encore une belle preuve de leur volonté de promouvoir leur produit), si comme moi vous n'êtes pas un connaisseur de la langue de Goethe, contactez-les simplement en anglais ici : https://hofa-bandshops.de/aaskereia/index.php?page=content&coID=6&xc95da=0j5gpio4aegtduqrmhk652g02ptpbm7n

par Baalberith, le 10/03/2011

D'autres albums de Black Metal pagan recommandés

BILSKIRNIR - WotansvolkNACHTFALKE - Wotan's ReturnHIMINBJORG - Where Ravens FlyHEIMDALLS WACHT - Westfälischer SchlachtenlärmHEIMDALLS WACHT - Ut de graute olle Tied - Deel Twee (Land der Nebel)HEIMDALLS WACHT - Ut de graute olle Tied - Deel IWINTERFYLLETH - The Threnody of TriumphYE OLDE RELIC - The SeasonsWINTERFYLLETH - The Mercian Sphere AGALLOCH - The MantleDARKESTRAH - The Great Silk RoadWINTERFYLLETH - The Divination of Antiquity

D'autres albums d'ambiance Païenne recommandés

GARLEBEN - HammoniaSELVANS - LupercaliaDOWNFALL OF NUR - Umbras de BarbagiaHEIMDALLS WACHT - Westfälischer SchlachtenlärmWINTERFYLLETH - The Mercian Sphere WINTERFYLLETH - The Divination of Antiquity FINNTROLL - NattfödFINNTROLL - BlodsveptHEIMDALLS WACHT - Der Untergang der alten Welt HEIMDALLS WACHT - Ut de graute olle Tied - Deel IFOLGE DEM WIND - Inhale The Sacred PoisonBILSKIRNIR - Wotan Redivivus

Autres chroniques