4e sous-période (depuis 2007/2008) : vers l'éclatement du Black Metal ?

Depuis la fin des années 2000, la tendance est clairement à la multiplication des genres, mais en gardant une certaine prédilection pour les ambiances et les rythmes mid-tempo...

En effet, malgré la précédente réaction païenne ou orthodoxe, qui continue avec plus de vigueur que jamais, l'ouverture musicale au sein du Black Metal se poursuit. Plusieurs groupes s'essaient à des influences exogènes au point de s'enfoncer parfois dans une sorte de fuite en avant, ce qui représente une évolution certainement naturelle dans un sens, mais dangereuse pour ceux qui recherchent dans le Black Metal des critères particuliers (et traditionnels dans cette musique), à commencer par la mélodie inspirée et les ambiances. La tendance alors est à la déstructuration, c'est-à-dire à renier les canons du genre Black Metal pour innover dans son approche et ses structures musicales.

Ce phénomène déjà entamé lors de la deuxième période New School, à la transition des XXe et XXIe siècles, prend plus d'ampleur dès la fin des années 2000. Le phénomène n'est certes pas généralisable, mais le fait que certains groupes phares s'adonnent à ce genre d'opérations, donne du crédit au phénomène et donne l'impression qu'une certaine lassitude s'est installée au sein du Black Metal à l'égard de son identité musicale voire conceptuelle. 

Au sein de cette ouverture, un courant en particulier tend à se développer fortement, dans une sorte d'hybridation entre le Black Metal et le Rock, représenté par des groupes comme le Français ALCEST. L'utilisation de voix claires peut être importante au point de reléguer le chant Black Metal traditionnel presque au rang d'une figuration musicale. Dans ce courant, l'originalité est non seulement musicale, mais aussi conceptuelle, car celui-ci aborde des thématiques souvent centrées sur la mélancolie voire la sensualité, parfois même le monde moderne et ses conséquences. Ce dernier concept est d'ailleurs facilement utilisé par des groupes musicalement plus classiques ou au contraire bien plus originaux (citons par exemple le groupe français PESTE NOIRE). Il se développe aussi des concepts plus personnels ou philosophiques de la part de groupes revendiquant clairement une identité propre, s'il le faut en contrindication totale avec celle du Black Metal. Enfin, le concept de la Nature est aussi très en vogue, dans le but de mettre en avant une certaine sensualité et un aspect éthérée qui ne se trouvait pas chez les groupes qui utilisaient ce concept quelques années auparavant, ou plus classiquement pour fuir les méandres de la société moderne.

Il peut cependant naître de cette évolution des nouveaux courants à la fois intègres, respectueux des concepts et de la musique Black Metal traditionnels, tout en apportant une certaine touche personnelle.

C'est le cas surtout de tous ces groupes surfant sur ce que l'on appelle par métonymie le Black Metal dépressif. Musicalement souvent atmosphérique, parfois plutôt mélodique, ils jouent sur les contrastes d'une musique assez posée, calme, maîtrisée par une voix souvent tranchée et vive, voire hurlée. C'est dire si depuis la fin des années 2000, le style atmosphérique est revenu en force au sein du Black Metal.

Les groupes symphoniques n'ont pas disparu, certes, mais l'utilisation des claviers est davantage confiné à la création d'atmosphères, à part (comme chez les Etats-Uniens d'AGALLOCH) ou en symbiose totale avec les guitares (comme chez leurs compatriotes de WOLVES IN THE THRONE ROOM qui n'hésitent pas dans ce dernier cas à lier ce style à une violence musicale affichée).

Aujourd'hui, on peut affirmer sans aucun doute que musicalement et conceptuellement, le Black Metal présente une grande richesse et regroupe tous types d'influences. C'est devenu aujourd'hui, pour que l'on accepte une appellation large, le seul style de musique à intégrer dans son approche musicale autant de diversité, à la fois au niveau des instruments et du point de vue des influences. Vous pouvez absolument trouver tous les types d'instruments et d'influences, musicales comme conceptuelles, dans le Black Metal.

Ces dernières, bien que mineures par rapport aux canons du genre, possèdent leur mot (important) à dire sur certains albums. Certains parleront d'art Black Metal complet, mais c'est inévitablement au détriment d'un mouvement Black Metal finalement de moins en moins homogène, qui perd beaucoup de son identité et de sa personnalité.

Malgré tout, en fonction de la scène nationale abordée, on peut retrouver quelques spécificités. 

En Norvège par exemple, où la majorité des groupes de Metal sont des groupes de Black Metal, les courants occultes et sataniques ont laissé depuis pas mal d'années la place à ceux abordant le paganisme nordique ou la Nature, dans des musiques rechignant rarement à l'utilisation de synthés, peu ou prou. Tout cela s'explique par le pittoresque de ce pays, aussi bien à travers son Histoire qu'à travers ses paysages, qui favorise la fierté nationale et identitaire des groupes norvégiens.

Dans les pays slaves, la situation est encore plus marquée. L'un des traits les plus marquants de la Russie et des pays de l'Europe de l'Est et Centrale est le l'identitarisme et le paganisme slave, exacerbé je l'ai dit par la récente présence de l'empire soviétique. Ces peuples éprouvent donc le besoin de réaffirmer leurs valeurs et de remettre à jour leur identité. Leurs groupes de Black Metal se font évidemment un plaisir de jouer les ambassadeurs de cette affirmation traditionaliste. Des groupes comme NOKTURNAL MORTUM ou GRAVELAND sont des exemples frappants, mais ne représentent qu'une petite partie d'une scène très vaste. Pour beaucoup de fans, les pays slaves représentent l'un des plus solides espoirs de l'underground actuel.

Au contraire, les groupes de Black Metal britanniques ne sont pas beaucoup tournés vers le paganisme et les traditions ancestrales de leur peuple, simplement parce qu'elles n'ont jamais été mises en avant dans la récente Histoire de cette Nation. Mais conformément à son passé national littéraire, le Black Metal britannique est fortement marqué par les valeurs du sombre et du romantisme. Les concepts comme celui du vampirisme et des ambiances gothiques sont très prisés. En fait, c'est un pays qui dans l'ensemble prend vraiment le Black Metal au sens conceptuel du mouvement (c'est-à-dire s'attachent surtout à l'ambiance et l'imagination, comme dans des livres ou des films d'horreur) et non comme le vecteur d'un mode de vie ou d'une manière de penser particuliers.

La Suède, contrairement à la Norvège, possède des racines Metal anciennes et profondes. Trois particularités la caractérisent : l'adoration très répandue du concept épique (viking notamment), que l'on retrouve également en Norvège ; la tendance à incruster dans son black de la technique instrumentale héritée du Death ou Heavy Metal ; ce qui amène le troisième et dernier point : son attachement au style black brutal (SETHERIAL, MARDUK et DARK FUNERAL sont tous les trois suédois, comme beaucoup de groupes de Black Metal brutal). La production des groupes de Black Metal suédois est souvent claire, à l'image des studios réputés qu'elle possède (l'Abyss studio par exemple).

La Finlande, quant à elle, connaît depuis les années 1990 une vague Metal impressionnante (cf. le Metal progressif), dont une (de plus en plus importante) de Black Metal. Malgré des idées préconçues, la Finlande a toujours été à l'écart historiquement de la Suède et de la Norvège, je veux dire au moins depuis trois ou quatre siècles, davantage influencée par la culture slave à l'Est. L'influence du Metal progressif dans ce pays a marqué les groupes plus extrêmes qui ont repris chez lui la technique musicale des guitares et la mélodie des claviers, ainsi que l'amour de la Nature. Des groupes comme THROES OF DAWN et CATAMENIA illustrent parfaitement cette réalité. La nouvelle vague de Black Metal des années 2000 voit naître en Finlande au contraire, je l'ai expliqué, beaucoup de groupes, qui s'intéressent au contraire à des types différents : les Black Metal orthodoxe ou païen. Bref, le pays est devenu l'une des nations de Black Metal les plus prometteuses pour le futur !

Les pays latins et plus globalement méditerranéens font dans cette liste non-exhaustive un peu figure de mauvais élèves. Non pas parce que le Black Metal est né en Scandinavie et a donc que tardivement touché ces pays, mais parce que ce style musical naturellement froid et sombre convient assez mal à la mentalité méditerranéenne traditionnelle. Quelques groupes ont percé et percent encore, mais dans une importance moindre.

De même en Extrême-Orient, si des pays comme le Japon, Singapour ou la Corée (déjà occidentalisés par leur rapport avec l'Europe et leur statut de NPI), se sont familiarisés avec le Metal, la plupart des groupes sont davantage attirés par le Heavy Metal et le Rock que par le Black Metal. Quelques groupes ont cependant tenté des approches plus personnelles ou identitaires (comme SAD LEGEND, ZURIAAKE ou le célèbre SIGH) et depuis la fin des années 2000, beaucoup de groupes chinois underground se lancent dans le Black Metal atmosphérique ou Black Rock à tendance mélancolique ou suicidaire.

Il en va tout autrement de pays comme la France et l'Allemagne. De par leur population nombreuse, ces pays offrent logiquement un panel de groupes de Black Metal important et, surtout l'Allemagne, possèdent un passé metalleux pertinent. Il existe une grande diversité de styles et de types de Black Metal. Du coup, il est difficile de trouver dans ces scènes nationales de véritable personnalité, peut-être davantage en France dans certaines régions à l'identité locale marquée, et encore. Ces pays se contentent de reprendre des styles déjà inventés ailleurs, avec plus ou moins de talent. Parfois, avec beaucoup ! De nombreux groupes français et surtout allemands maîtrisent en effet leur style musical avec une remarquable efficacité : NYKTALGIA, ANOREXIA NERVOSA, LUNAR AURORA ou FINSTERFORST, pour n'en citer que quelques-uns. De plus, et cela montre l'intérêt de ces pays pour le Metal en général et le Black Metal en particulier, une grande partie des gros labels sont originaires de ces pays : Century Media, Nuclear Blast, Season of Mist ou Osmose, par exemple. Plus particulièrement pour la France, fidèle à son innovation traditionnelle en matière d'Arts, le pays a offert et offre toujours un nombre de groupes originaux et avant-gardistes assez important, par exemple PESTE NOIRE, ANOREXIA NERVOSA ou PENSEES NOCTURNES

De quelques spécificités à un éclatement du Black Metal, les groupes cherchent de plus en plus une voie personnelle en tirant des acquis du Black Metal ce qui leur semble le plus pertinent et intéressant. On peut se demander si après avoir tenté vainement d'afficher une homogénéité musicale et conceptuelle, le Black metal n'a pas été finalement victime de sa propre popularité ?

Entre l'intégrité un peu trop terne musicalement des débuts et l'ouverture progressive voire abusive de ces dernières années, il existe un juste milieu que le Black Metal n'a pas réussi à trouver dans son ensemble, mais que nombre de groupes exploitent. Espérons simplement qu'il existera toujours des groupes de cette trempe capables de tenir le flambeau !