VIOLET COLD

Anomie

Après avoir multiplié les singles pendant presque deux ans, Emin Guliyev, l’homme-orchestre de VIOLET COLD, semble à présent enclin à se concentrer sur des sorties en format album, ce qui est forcément une bonne chose (à quand une compilation des titres éparpillés ?). Malheureusement, si Pest Productions avait choisi d’éditer son premier album, ce troisième album (je n’ai jamais compris ce qu’était vraiment Neuronaut !), comme le précédent, doit se contenter d’un format digital…

Musicalement, le one-man-band n’a pas changé ses habitudes : une base symphonique et atmosphérique, mais également quelques touches avant-gardistes. Ne nous y trompons pas, dans l’ensemble des 53 minutes de cet album, l’aspect mélodique et atmosphérique "sage" l’emporte aisément sur les innovations musicales ! Alors que Desperate Dreams était clairement orienté Black atmo boosté et "électronisant" et que Magic Night oubliait les voix pour se concentrer sur une approche plus atmosphérique-classique et un peu post-Black, Anomie reprend un peu des deux précédents pour offrir un ensemble plus varié.

C’est ainsi que le (très bon) premier morceau passe d’un début rapide et symphonique à une deuxième partie plus atmosphérique, plus ou moins calme, coupé au milieu par un break orientalisant. A chaque fois, le travail est fourni : les orchestrations sont naturellement au cœur de ce boulot et les structures bénéficient d’une construction musicale tout à fait maîtrisée et d’un son à la hauteur, sans être trop stérile. Bon travail.

De tout cela, il en ressort un rendu vraiment à la hauteur, avec pas mal de passages bien rythmés et des atmosphères omniprésentes. Les approches parfois un peu alambiquées qui auraient pu rebuter certains sont très légères au regard des 53 minutes de musique qui passent finalement très bien !

L’ambiance générale reste la même que d’habitude, dans le sens où les atmosphères très présentes sont vraiment prenantes, mais qu’il est difficile d’établir un concept. Il existe malgré tout ici un degré de mélancolie particulièrement prononcé et réussi, au sein d’une ambiance orientalisante ponctuelle (les paroles semblent être en turc). A chacun d’y trouver ce qu’il veut…

Encore un bien bon album pour un groupe qui ne finit pas de m’étonner, en bien !


par Baalberith
Le 18/05/2017

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Le 25/05/2017 à 21:05:45

Un album excellent, qui procure beaucoup d'émotions. Un sans faute pour ma part, et qui prouve qu'on peut faire du black intègre tout en ouvrant la musique à divers horizons.

Le 26/05/2017 à 10:05:21

Tout à fait. J'ai une préférence pour Magic Night, dommage qu'il n'y ait pas de voix sur ce dernier...



Au passage, pour toi et ceux que ça intéresse, le groupe vient de sortir une compilation de ces morceaux disparates...mais toujours en format digital! :pendu:



A côté de ça, on a pléthore de groupes à 2 balles qui trouve un label. Cherchez l'erreur!



Edit: Hélas pour la compil, à part les quelques morceaux, le reste est pompé dans les albums...

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

SUMMONING - Oath BoundEMPEROR - In The Nightside EclipseBURZUM - Hvis Lyset Tar OssSUMMONING - Let Mortal Heroes Sing Your FameDRAPSNATT - Hymner Till UndergångenSUMMONING - Old Mornings DawnLYRINX / ELYSIAN BLAZE / D.O.R - Universal AbsenceWOODS OF DESOLATION - Torn Beyond ReasonBLUT AUS NORD - Memoria Vetusta I: Fathers of the Icy AgeSATYRICON - The ShadowthroneHECATE ENTHRONED - The Slaughter Of Innocence - A Requiem...HECATE ENTHRONED - Dark Requiems And Unsilent Massacre

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

WOODS OF INFINITY - HamptjärnCELESTIA - Frigidiis Apotheosia: Abstinencia GenesiisWOLFSHADE - TroubleNOCTURNAL DEPRESSION - Four Seasons to a DepressionDODSFERD - Cursing Your Will to LiveBLODSRIT - HelvetshymnerVEIL - SombreSUI CAEDERE - ThrèneCOLDWORLD - Melancholie²PENSEES NOCTURNES - GrotesqueHYADNINGAR - Imminent Useless SoulDRAPSNATT - Hymner Till Undergången

Partager cette chronique

Autres chroniques