VINTERGEIST

Nemossos

Souvent on aime bien commencer une chronique en balançant une généralité plus ou moins fondée : c'est fédérateur, parfois drôle, ça montre que le mec s'y connais... ou alors c'est complètement à côté de la plaque, comme ici, et le mieux reste encore de s'arrêter le plus vite possible.
VINTERGEIST donc, jeune groupe auvergnat devenu one-man-band il y a peu nous offre ici sa première sortie : pas super bien produite, avec une BàR bien cheap, sur un "pro-CDr" à la noix et avec un artwork rudimentaire, mais ô combien, oui je répète Ô combien inspirée et authentique ! A tel point que je me suis mis à l'écouter pour le plaisir. Dingue !

Car Nemossos, malgré ses défauts de jeunesse, surprend dans le bon sens. C'est avant tout un BM foncièrement mélodique, les guitares jouent le rôle principal et se détachent fortement des compos, elles servent de moteur à la plupart des titres (peut-être même un peu trop par moment), permettant une atmosphère aussi bien mélancolique que vindicative. Mais VINTERGEIST ne néglige pour autant pas les structures, riches en breaks et autres montées en puissance savamment placées (l'envolée sur "SPQR" par exemple, très réussies), soutenues par des vocaux très rauques, qui sans être particulièrement agressifs offrent une puissance certaine à l'ensemble. Ce qui fait que cette démo se démarque surtout, c'est l'âme qui se dégage des titres. Malgré une certaine redondance dans les mélodies et les problèmes inhérents au format, la plupart des titres révèlent une forte personnalité ("Un signe de Missio" et "Devotion" se détachent pas mal, "SPQR" donne envie de prendre les armes, etc.). Les mélodies touchent juste et élèvent vraiment le tout, chose assez rare sur un premier essai finalement.

Alors bien sûr, cette démo n'est pas parfaite j'ai déjà énoncé certains défauts plus haut, on peut rajouter quelques longueurs parfois, mais sur une durée de 55 minutes (dont 10 minutes de blanc sur le dernier titre pour cacher une reprise de  WOODS OF YPRES) ce n'est pas étonnant et cela reste vraiment secondaire. Ma déontologie m'empêche de mettre plus, d'autant que l'éthique PostChrétienne (fondamentalement Romaine comme chacun sait) pourrait presque se sentir insultée par un tel hommage au peuple Arverne, mais franchement, allez-y, cette sortie a de l'âme et mérite amplement l'écoute.

par Blaise
Le 11/02/2014

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraWINDIR - ArntorWINDIR - 1184WINDIR - LikferdGRAVEWORM - When Daylight's GoneCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornMEPHISTOPHELES - Songs Of The Desolate OnesDAWN - Slaughtersun - Crown of the TriarchyALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeNEGATOR - Old Black

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

CELESTIA - Frigidiis Apotheosia: Abstinencia GenesiisEPHELES - Je Suis AutrefoisMORTIFERA - IV: Sanctii tristhessAUGURE FUNEBRE - Au travers des forêts profondesSKYFOREST - AftermathVIOLET COLD - Magic NightVIOLET COLD - AnomieKVIST - For Kunsten Maa Vi Evig VikeCOLDWORLD - Melancholie²DYSTER - Le Cycle SénescentANCIENT - SvartalvheimDODSFERD - Cursing Your Will to Live

Partager cette chronique

Autres chroniques