VINTAGE FLESH

The Eyes That Glared at My Agonies

On voit chaque année des tonnes d'albums sans intérêt sortir. La recrudescence du nombre de labels fait presque de la signature d'un groupe une simple question de formalité, quelque médiocre que soit la musique présentée. Malgré ça, certains groupes en sont encore à sortir des albums en autoproduction, du fait du manque d'intérêt de certains labels pour une musique un tant soit peu osée. C'est certainement le cas de VINTAGE FLESH.

Sorti des méandres de la scène américaine, le groupe a pourtant l'audace de sortir un album de black intéressant et s'éloignant des carcans. On a donc droit à une musique dépressive et envoûtante, caractérisée par des arpèges aériens à foison, que l'on retrouve spécialement dans des chansons atmosphériques comme « Malleus Malificarium », « For the spirit that walks in shadow » et « Corpse as my cabin II », et qui rappellent irrémédiablement le black dépressif. S'y ajoutent des riffs plus classiques, bien que variés, en général assez faibles malheureusement, et des claviers se manifestant en général sous la forme d'un orgue ou d'un violon/violoncelle bien intégrés et ajoutant à l'ambiance hantée de ce disque. On retrouve également quelques solos par-ci par-là, un bon point pour le groupe.

Mais la principale caractéristique de The eyes that glared at my agonies est le travail de voix. Assuré par le talentueux Raypissed, le chant est très spécifique, consistant en un mélange entre une voix black dépressif et de nombreuses incursions en voix claire, dans une veine très théâtrale et donnant volontiers dans le pittoresque. C'est certainement cet aspect de VINTAGE FLESH qui me fait le plus aimer ce groupe. On pourrait limite penser au travail de voix mené par les dingos autrichiens d'ANGIZIA, en bien moins poussé.

Malheureusement, on peut aussi reprocher à VINTAGE FLESH un certain nombre de choses. Tout d'abord, l'absence d'une basse est vraiment regrettable sur cet album, qui paraît du coup un peu fade et sans relief. Surtout que sur une musique comme celle-là, un bassiste pourrait se faire plaisir ! Il y a aussi bien entendu le manque de travail sur les riffs qui est un des gros problèmes de ce disque. Les guitares black de Reverend John Hex sont peu recherchées, se baladant tour à tour du côté de la seconde vague, du black'n'roll voire black punk, ou bien également du pagan, mais toujours de façon peu transcendante. Aucun riff ne m'a réellement transporté, et sans le travail de voix, cet opus paraîtrait bien fade. Cet aspect nuit particulièrement à l'ambiance que cherche à installer VINTAGE FLESH, et qu'on retrouve finalement uniquement dans les arpèges en son clair, qui atteignent leur objectif malgré leur simplicité. Un seul morceau se démarque vraiment de l'album, c'est le très bon « Waiting for a body », basé principalement sur un arpège, mais relié avec quelques riffs plus réussis, un solo appréciable et des voix plus dingues que jamais.

Ces défauts sont bien regrettables, car The eyes that glared at my agonies aurait pu être un bien meilleur album avec un travail plus poussé. De plus, la séparation du groupe annoncée récemment rend difficile une amélioration de ces facteurs, même si certains membres du groupe vont se retrouver dans un autre projet.

par Jankowitch
Le 08/02/2011

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

RAATE - Demo IPAYSAGE D'HIVER - Paysage d'HiverSTERBEND - Dwelling LifelessMAKE A CHANGE... KILL YOURSELF - Make a change...kill yourselfDESOLATION TRIUMPHALIS - Forever Bound To NothingnessSUN OF THE BLIND - SkullreaderEMPEROR / ENSLAVED - Emperor / Hordanes LandBURZUM - Hvis Lyset Tar OssBURZUM - Det Som Engang VarENTHRONED - Prophecies of Pagan FireANCIENT - SvartalvheimPURITAS VIRGINUM - Décennie de Souffrance

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

ULG - WindarkRUNESPELL - Unhallowed Blood OathBELLICISTE - SceadugengaDEADWOOD - Picturing a Sense of LossWHITE DEATH - White DeathDARK SONORITY - KaosrekviemMOPOK - And I Walk Among the Shadows...AU CHAMP DES MORTS - Dans la joieEMPEROR / ENSLAVED - Emperor / Hordanes LandARKONA (POL) - LunarisURFAUST - Der Freiwillige BettlerURFAUST - Trúbadóirí Ólta an Diabhail

Partager cette chronique

Autres chroniques