VIETAH

Zorny Maroz

Le black dépressif ou mélancolique est devenu un genre de plus en plus prisé par les nouveaux groupes, qu'ils viennent de l'Est, d'Asie ou d'Europe occidentale et si certains se plantent lamentablement dans leur travail musical, d'autres au contraire réussissent, et parfois du premier coup, ce qui est le cas de VIETAH.

Dans la famille "j'aime BURZUM et je tiens à le montrer", le one-man-band biélorusse a pioché la bonne carte ! Il est en effet totalement impossible de ne pas remarquer dès les premières notes le rôle qu'à eu le Comte dans la musique de VIETAH : une musique assez redondante dans ses structures, ses riffs et ses ajouts de claviers, des guitares mises en en fond sonore et un clavier qui joue la mélodie en premier plan, une voix écorchée, plaintive et poussée, autant de caractéristiques, pour ne pas dire d'inventions, de BURZUM une bonne quinzaine d'années plus tôt. Jusqu'aux riffs (ex : fin du 1er morceau), la ressemblance est à ce point flagrante que certaines n'hésiteraient pas à crier au plagiat. Pour ma part, cela ne me dérange nullement : un bon plagiat n'est pas forcément facile et efficace (on se souvient de VENEFICIUM !) et sur ce plan, le Biélorusse maîtrise parfaitement son sujet, presque de A à Z. A peine le 3e morceau, basé sur un riff unique et une structure mièvre, hyper-répétitif, est à bannir (du moins à raccourcir de moitié), et le dernier morceau à revoir dans un effet redondant identique, le reste est très agréable et écoutable en boucle sans aucun problème.

Côté concept, c'est la nature qui est ici mise en avant : un visuel plutôt joli bien qu'un peu vide et une grisaille prononcée qui enveloppe l'auditeur dans une ambiance que reflète parfaitement la musique. Le côté simpliste et redondant de la musique, les mélodies simples et efficaces, les morceaux d'une longueur généralement importante, sont autant de tremplins pour propulser la musique de cet album là où son concepteur avait prévu de l'envoyer. Un pari qui est donc réussi ! Rien que le début du quatrième morceau prouve à quel point notre bienfaiteur slave a su exploiter son potentiel de composition.

Un bon album de black dépressif et inspiré qui mérite sans aucun doute d'être écouté et connu, en tout cas pour ceux qui aiment ce type de Black Metal.

par Baalberith
Le 28/03/2009

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Le 28/08/2016 à 18:08:19

Très bel album, à mi-chemin entre Black atmosphérique pour les claviers) et Black dépressif (pour les vocaux écorchés caractéristiques de toute la vague dépressive), le tout sur un black mid-tempo que ne renieraient pas les STERBEND, BURZUM, DRUDKH et consorts...

Les deux premiers titres, très longs, sont excellents. L'avant-dernier, l'est tout autant.

Malheureusement, entrecoupant ces titres, survient un interlude, un peu inutile, et un dernier titre dispensable, entièrement aux claviers.

Au total, on a donc trois titres vraiment excellents (pour un total d'une bonne demi-heure) et deux titres sans réel intérêt (pour une durée d'une dizaine de minutes).

En tout cas, voilà encore un premier album extrêmement encourageant, en espérant peut-être que ce one-man-band saura offrir un deuxième album un peu plus personnel. 

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

PURE WRATH - Ascetic EventideSOLBRUD - VemodSOLBRUD - JaertegnAN OPEN LETTER - An Open LetterPLANETSHINE - Way to NowhereSALE FREUX - VindilisRUNESPELL - Unhallowed Blood OathPURITAS VIRGINUM - Décennie de SouffranceAN AUTUMN FOR CRIPPLED CHILDREN - The Long GoodbyeMACABRE OMEN - The Ancient ReturnsMARE COGNITUM - Phobos MonolithASMUND - Песнь крови

D'autres albums d'ambiance Dépressive/Suicidaire recommandés

LIFELOVER - PulverFORGOTTEN TOMB - Songs To LeaveBETHLEHEM - BethlehemPSYCHONAUT 4 - Have a Nice TripAUTUMN’S DAWN - Autumn's DawnGRIEFLOSS - RuinerTHY LIGHT - Suici.De.pressionMYRD - Myrd dig selvMAKE A CHANGE... KILL YOURSELF - FriUR / SENTIMEN BELTZA / OSTOTS - SplitSHINING - II - Livets ÄndhållplatsCANIS DIRUS - A Somber Wind from a Distant Shore

Partager cette chronique

Autres chroniques