VELVET CACOON

Genevieve

Le public Black Metal est-il à ce point anesthésié par la médiocrité ambiante qu'il puisse trouver dans cette formation le génie que supposent leurs dithyrambes ? Tout chez ce groupe tient de la tragédie burlesque ; de la rocambolesque biographie dont on vous évitera l'étalage au vu de l'hilarité qu'elle pourrait susciter à l'insignifiance de leur ambiant Black Metal.       

Car oui, VELVET CACOON est un de ces énièmes nouveaux projets que l'on estampille d'ambiant Black Metal pour masquer toute l'accablante indigence créatrice que revêtent la majorité des formations oeuvrant dans ce domaine. Et comme il est déjà clairement énoncé, VELVET CACOON ne viendra relever le niveau de cette scène, l'album souffrant de toutes les carences, succombant à l'anémie compositionnelle ici encore compensée à grands renforts d'artifices sonores.

Il n'y a absolument rien sur cet album, rien qui ne puisse susciter un intérêt musical. Les riffs s'enfoncent dans une mièvrerie affligeante, lorgnant du côté d'un XASTHUR, répétés ad libitum et complétés ça et là par quelques frasques synthétiques indigestes. Une batterie au jeu minimaliste et chétif, sans aucune prestance, vient supporter ces déficiences fondatrices dont l'apothéose est monopolisée par le dernier pupitre, la voix. Jamais le chant Black n'a été aussi risible et grotesque, au point qu'on se demande si l'orateur n'a pas subi une cordectomie...

Alors évidemment il fallait bien trouver un remède à toutes ces calamités et une fois n'est pas coutume, lorsqu'on n'a rien d'intéressant à proposer musicalement, on a vite fait d'étouffer son incompétence par l'embrouillement perceptif que permet la médiocrité de la production. Et là c'est bingo ! On est en plein dedans ! Imaginez les bruits que peuvent faire votre frigo, votre chauffe eau et le larsen de votre ampli entrée de gamme réunis, mixez le tout, prenez cet agrégat, collez le sur l'album et vous pourrez vous aussi avoir le son VELVET CACOON !

Finalement il n'y a qu'une chose dont on peut se réjouir, c'est l'annonce récente de la mort du groupe. Voilà, finies les plaisanteries on peut reprendre les choses sérieuses.

 

par Marek, le 28/03/2009

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal recommandés

KESTREL - Weather EyeARS MORIENDI - Du tréfonds d'un êtreDIAPSIQUIR - A.N.T.I.NEKROS MANTEIA - Deus OtiosusMURMUÜRE - MurmuüreNUIT NOIRE - Lunar DeflagrationDUX - VintrasKERMANIA - AhnenwerkNUIT NOIRE - Infantile EspiegleryM8L8TH - Nepokolebimaja VeraIMMORTAL - Diabolical Fullmoon MysticismSHINING - V - Halmstad

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

PENUMBRA - EmanateNAGELFAR - SrontgorrthCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornOLD MAN'S CHILD - Revelation 666 - The Curse Of DamnationDIMMU BORGIR - Enthrone Darkness TriumphantDIMMU BORGIR - Spiritual Black DimensionsDIMMU BORGIR - Puritanical Euphoric MisanthropiaABIGOR - Channeling The Quintessence Of SatanENSLAVED - Axioma Ethica OdiniALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityALGHAZANTH - The Three-Faced Pilgrim

Partager cette chronique

Autres chroniques