TORTURIUM

Misanthropic Angels Burning Winds

Ce Misanthropic Angels Burning Winds sorti en 2005 est la vomissure d'un seul homme, War Torech, officiant anciennement dans SATANIC WARMASTER. Réjouissons nous de ce divorce car TORTURIUM n'a rien à envier à son camarade finlandais, l'inverse serait presque probant tant cette première bordée décime tout sur son passage. Et le bougre a eu le temps d'ajuster son tir puisque le projet existe depuis 2002 et a déjà sorti deux démos passées inaperçues ; ce qui n'a rien d'étonnant à la vue du nombre de copies existantes.

Mais évitons de s'appesantir trop longuement sur des banalités et venons en directement au fait : cet album est une de ces tueries révérencielles aux traditions anciennes, ballottant entre un DARKTHRONE et un BURZUM , la folie en appendice.
Passée l' intro le ton est donné, TORTURIUM ne fait pas dans la finesse. On a affaire à du gros calibre, un joyau façonné au marteau et au burin, le genre de galette qui vous explose le caisson à la première salve. Et pourtant l'arsenal est archaïque : son crade, patterns batteuristique primitifs, riffs « thrashisant », basse inaudible et quelques soli, hélas peu inspirés et légèrement brouillons mais collant parfaitement à la musique. On n'échappe pas non plus aux approximations de maîtrise instrumentale et aux fautes d'exécutions, mais qu'importe que le diamant revête quelques défauts, bien au contraire, ce sont le genre de petites imperfections qui renforcent l'aura malsaine et macabre de l'œuvre, cette impression de précipitation, de décharge impromptue dans un climat agonisant aux remugles méphitique. La voix accentue encore cette tension, elle est proche du premier HELHEIM pour le suraigu et de SILENCER pour le sentiment d'aliénation qu'elle dégage et sert parfaitement la musique au point que l'une sans l'autre, l'album perdrait beaucoup en cohérence.
Toutefois on regrettera la pauvreté de l'écrin qui n'incite pas à l'acquisition de ce petit bijou : cover quelconque, logo approximatif, simple livret 4 pages, impression générale d'un artwork légèrement bâclé. Mais on imagine qu'ils ont fait le choix d'une corrélation entre image et son dans un désir de rendu uniforme.
Quoi qu'il en soit, avec ce premier album TORTURIUM s'inscrit directement comme une valeur sûre du raw black.

Affaire à suivre...et de très près.

par Marek, le 28/03/2009

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Le 09/01/2013 à 13:01:24

Je suis pas d'accord avec la chro qui dit que le disque manque de finesse, la finesse y est, juste un peu plus difficile a saisir, c'est vraiment un excellent album qui va plus loin que du banal true black finlandais, à la fois extrêmement haineux et cruel, mais en meme temps plein de désespoir, un disque riche en émotions, le genre de trucs qui écouté dans un état second donne envie de tout détruire. Mais c'est clair qu'il faut impérativement s'y plonger corps et âme sous peine de trouver le disque juste correct et de passer à coté...

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

ARCKANUM - ÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞÞGORGOROTH - Under the Sign of HellDARKTHRONE - Sardonic WrathDARKTHRONE - The Cult Is AliveDARKTHRONE - Transilvanian HungerDARKTHRONE - Under a Funeral MoonDARKTHRONE - A Blaze in the Northern SkyBATHORY - Under the Sign of the Black MarkNYSEIUS - De Divinatione DaemonumCRAFT - VoidMORRIGAN - CeltsBILSKIRNIR - Wotan Redivivus

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

ANGELSCOURGE - Seraph ImpalerRIENAUS - Saatanalle1349 - HellfireWATAIN - Casus LuciferiFÖRGJORD - UhripuuDARKTHRONE - Under a Funeral MoonGLORIOR BELLI - Sundown (The Flock That Welcomes)GORGOROTH - Under the Sign of HellOSCULUM INFAME - Axis of BloodPHLEGEIN - From the Land of DeathFALLAKR - LVCLUCIFERIAN RITES - When the Light Dies

Partager cette chronique

Autres chroniques