THE WOLVES OF AVALON

Carrion Crows Over Camlan

THE WOLVES OF AVALON, est un nom qui rappelle celui de THE MEADS OF ASPHODEL, et ce n'est pas un hasard puisque c'est le nouveau projet de son mentor : Metatron. L'homme se fait ainsi de plus en plus présent malgré le nombre d'années passées sur un seul projet. Est-ce la maturité qui lui a donné des ailes, il a décidé de proposer un nouveau projet mais aussi de s'incruster sur l'album In Somniphobia des Japonais de SIGH. Et avec ses « Loups d'Avalon », il reprend ses habituelles bagages mais pour explorer des terres assez éloignées de celles qu'on lui connaît, ce qui légitime la création de cette nouvelle entité.

Les « habituelles bagages », ce sont des compositions aérées, inattendues et aux influences variées. Ce sont aussi les vocaux de Metatron, toujours aussi reconnaissables avec ce rendu rêche assez désagréable. Cette voix a peut-être l'avantage de muscler les compos, je trouve qu'elle ne convient pas aux ambiances musicales. Dommage pour le bonhomme puisqu'à part la composition c'est la seule chose dont il s'occupe. Les autres instruments ont tous été confiés à des musiciens plus ou moins membres permanents.

Les « terres éloignées », ce sont des ambiances celtes utilisées avec parcimonie et justesse à la place de celles médiévales qui ont fait la réputation du premier projet. Alors attention ! Quand on dit celte, il ne faut pa penser à AES DANA et ses airs qui font gigoter dans tous les sens. Ici, c'est plus discret. Ce n'est pas le plat principal mais une sauce qui vient parfumer le tout. C'est du celte digne discret et bien intégré.

Le rendu général est bon. Le travail de composition saute aux oreilles. Comme à son habitude, Metatron ne va pas dans le bourrinage, mais aime varier les rythmes au sein même des titres. On peut commencer avec des choeurs féminins, poursuivre avec du death et s'envoler avec un piano ou un air heavy sans en être perturbé.

L'avantage de cet album est d'être plus accessible qu'un THE MEADS OF ASPHODEL et ce dès la première écoute. Certains passages accrochent de suite l'oreille et ce n'est jamais complexe. Il y a une foultitude d'instruments différents et pas mal de vocaux annexes (féminins ou clairs), mais sans prétention. C'est un plaisir de se laisser emporter dans l'imagination débridée de Metatron et on lui reconnaît un vrai talent pour trouver sa personnalité et respecter un fil conducteur dans le mélange des genres.

Le défaut est qu'au contraire, certains passages nous passeront au-dessus. C'est un peu le même résultat qu'avec SKITLIV, il y a tellement de liberté et de chemins explorés que certains ne nous conviennent pas. On trouve alors le temps long et la touche « morceau suivant » trouve son utilité.

Une chose est sûre, il faut apprécier la diversité pour accrocher à cet album.

par Sakrifiss
Le 18/04/2012

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal progressif recommandés

ENSLAVED - RIITIIRSOLSTAFIR - KöldTWILIGHT (USA) - Monument to Time EndNOKTURNAL MORTUM - The Voice of SteelARS MORIENDI - L'Oppression du RienFARSOT. - IIIITHE RUINS OF BEVERAST - Unlock The Shrine

D'autres albums d'ambiance Celtique recommandés

BELENOS - Chemins de souffranceBELENOS - SpicilegeMORRIGAN - CeltsVALUATIR - IHEOL TELWEN - An Deiz RuzBRAN BARR - SidhPROPHECY - Heathen Years

Partager cette chronique

Autres chroniques