SIGH

Scenes from Hell

 Si le BM était une boisson, ce serait bien évidemment un alcool, comme tout ce qui vient du metal, mais lequel ? Je dirais plutôt la vodka. Pas seulement parce qu'elle est venue du froid, mais parce qu'elle peut susciter les mêmes polémiques. Certains puristes ne la boiront que pure et d'autres affirmeront qu'elle est encore meilleure en cocktail, mélangée à d'autres ingrédients. Le BM a aussi été mêlé à tout et n'importe quoi en près de 20 ans d'histoire. Des dizaines de teintures du black en sont nées. Certains pensent que ce n'est plus du black, comme un cocktail à la vodka n'est pas de la vodka.

 Les Japonais de SIGH ont toujours préféré les cocktails, et ce dès leur premier opus Scorn Defeat (1993 !!!). On retrouvait sur ce classique quelques centilitres de thrash et une pincée de piano. Bon, ça restait tout de même assez soft (ou pur), comme un « Caipiroska ».
Ensuite ils ont ajouté des ingrédients qui ont pris de plus en plus de place à chaque sortie jusqu'à Gallows Gallery (2005), que je surnomme aussi "l'immonde". On y retrouvait l'esprit SIGH avec des mélanges d’instruments et de sons, mais l'ensemble était devenu trop progressif, et avec des vocaux clairs horribles. Le BM avait été bien trop dilué et il n'en restait qu'un léger arrière goût. Ca devenait une « Laetitia » bon pour les amateurs de grenadine, d'abricot et de fruits exotiques... Le magazine Terrorizer en faisait cependant la 14ème meilleure sortie de l'année, une nouvelle récompense après leur 9ème place en 1997 avec Hail Horror Hail (également cité dans les meilleures albums des 90's !), ou leur 10ème place en 2001 avec Imaginary Sonicscape.
A l'époque j'étais persuadé que cela allait les encourager à poursuivre dans cette voie du "toujours plus ouvert, toujours moins de vodka", et la surprise avait été grande en 2007 et avec le plus alcoolisé Hangmans Hymn. Les expériences étaient toujours là, mais moins fantaisistes, plus efficaces aussi. Un petit retour en arrière, surtout dans les vocaux, et un bon dosage qui donnait un goût de « Kampai ».
 Et en 2010, nous retrouvons nos vétérans pour un nouvel album dont le titre commence bien évidemment par S. Le groupe a pris l'habitude de jouer avec les lettres de son nom : S, I, G, H (Scorn Defeat, Infidel Art, Ghastly Funeral Theatre, Hail Horror Hail) et ce Scenes from Hell ne pouvait pas déroger à la règle. Il est composé de 8 titres qui totalisent 43mn sans temps mort, sans introduction ni conclusion ou intermèdes.
 SIGH y a remis une bonne dose de BM, avec des vocaux gutturaux uniquement et des compositions bien démoniaques. Mais évidemment, il y a comme d’habitude une pléthore d'instruments qui y sont ajoutés, même pour faire une très courte apparition ! La liste donne le tournis :
« Guitares, batterie, basse, piano et autres claviers (orgue, minimoog, prophet 5, clavinet, thérémine), glockenspiel, sitar, tablâ, tambûr, saxophones, tambourin, vibraslap, trompette, trombone (du groupe SEAR BLISS entre autres), tubas, flûtes diverses, Hautbois, clarinette, accordéon, violons, violoncelle, vièle... »
 Rien qu'en citant les instruments on égalerait la longueur des chros d’Advodia. Pour poursuivre dans notre comparaison alcoolisée, cet album serait un « Hypercooling ». Mais en fait chaque morceau est à lui seul un cocktail différent dont il est bien difficile de déterminer la totalité des ingrédients. Chaque écoute ne peut donc qu’être une nouvelle découverte et l’important n’est d’ailleurs pas tant la recette que la saveur. Et là, il y a du goût, il y a des délices, il y a du plaisir complet. Et on a toujours envie de réécouter tel ou tel morceau, ne pouvant plus décrocher. SIGH est toujours aussi génial.
 Je ne veux pas raconter tous les morceaux parce que cela demanderait 50 pages de détailler autant de richesse, mais aussi parce que la découverte est un plaisir très important dans cet album. Je me concentre donc sur « Musica in Tempora Belli», un titre de 6mn qui débute violemment avec des accents death et heavy. Au bout de 2mn50 de haine palpable apparaît un premier break au violoncelle et violon, gigantesque. Puis les instruments "classiques au BM" réapparaissent pour un autre moment agressif, mais avec toujours les instruments à cordes dans les parages. Nouveau changement à la 4ème minute avec un rire endiablé tout de suite enchainé par un court et jouissif passage au saxophone, très jazzy qui est conclu par le célèbre "driiiing" du réveil matin dont SIGH n’arrive pas à se débarrasser. Le titre se termine par une déclamation d'une minute… Un morceau qui allie violence et romantisme, comme souvent, et d’ailleurs en adéquation avec la pochette qui réclame elle aussi de l’attention.
 Chaque titre de l'album a ses avantages, mais je garderai surtout en mémoire "L'art de Mourir" pour les excellents mélanges de genre et les apparitions plus poussées de classique. Puis "Vanitas" avec un air qui me rappelle "The Knell" et compagnie du premier album, mais avec un final de 2mn complètement fou. Des cuivres suivis de pur heavy, d'un retour au BM agressif et des synthés qui viennent s'incruster tranquillement pour finir avec d'autres cuivres... Enfin, un mot sur "The Summer Funeral" qui montre qu'on peut faire du BM fanfare sans tomber dans le débile, et qui a lui aussi un superbe final qui pourrait devenir la Bande Original d'un film d'aventure.

 Cet album pourrait paraître trop théâtral au premier abord, mais il ne faut pas le zapper pour cette raison. Ce serait dommage de passer à côté d'un tel travail minutieux et réfléchi. C'est un cocktail mystérieux qui se savoure lentement et qui dévoile ses nuances peu à peu.  

http://www.myspace.com/sighjapan

par Sakrifiss
Le 12/03/2010

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal complexe recommandés

HÄMYS - AlkemiaDEATHSPELL OMEGA / S.V.E.S.T. - SplitC.Y.T - Configuration of a Yearned TwilightOBTAINED ENSLAVEMENT - WitchcraftFANISK - NoontideNOKTURNAL MORTUM - To The Gates Of Blasphemous FireSHINING - VII: Född FörlorareLUDICRA - The TenantANOREXIA NERVOSA - DrudenhausDEATHSPELL OMEGA - KénôseLIMBONIC ART - Ad Noctum - Dynasty Of DeathARTHEMESIA - Deus-Iratus

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

LEVIATHAN (Swe) - Far Beyond The LightCLANDESTINE BLAZE - Deliverers Of FaithULVER - Bergtatt - Et Eeventyr I 5 CapitlerMORKEKUNST - MørkekunstKARGVINT - Once Killed SoulsPEST (Swe) - DauðafærðSHINING - I - Within Deep Dark ChambersSHINING - V - HalmstadMORTUALIA - MortualiaANGANTYR - HaevnMAKE A CHANGE... KILL YOURSELF - Make a change...kill yourselfCRAFT - Void

Partager cette chronique

Autres chroniques