SAPAUDIA

Sainte nuit

Jeune groupe français né en 2013, le groupe alpin SAPAUDIA avait fait forte impression avec son premier album deux ans plus tard. D’un style tout à fait particulier, celui-ci était en effet apparu comme un groupe à part dans la scène Black Metal, tout en offrant un rendu général plutôt qualitatif.

Un an après, le one-man-band est devenu un duo, Duc de Sapaudie s’étant associé pour l’occasion au suédois Ravenlord, notamment connu pour avoir été le chanteur de l’ancien groupe WOODS OF INFINITY. Le rapprochement entre les deux groupes ne provoque, il est vrai, aucun étonnement, tant l’approche générale paraît compatible.

C’est ainsi que les morceaux sont écris en suédois et chantés par Ravenlord - hormis un écrit en russe - et la musique composée et réalisée par Duc de Sapaudie. Ce dernier intervenant de temps en temps aussi en voix claire.

Il se dégage sans surprise de l’ensemble une musique plutôt aérée et subtile, très axée sur la mélodie et les atmosphères, ainsi que sur les ajouts de claviers / piano ou de chœurs / passages en voix claire. Le style n’est pas bien complexe, mais se déroule selon un schéma directeur absolument pas linéaire ou répétitif. Dans cet effort sur la variété structurelle, il manque un peu de violence et de haine, pour augmenter le contraste et les nuances, mais le tout est agréable est bien fichu. Le résultat est en effet très intéressant d’un point de vue du rendu des morceaux, qui offrent de nombreux passages agréables, qu’il faut découvrir avec le temps et plusieurs écoutes.

Il y a bien sûr un aspect torturé et mélancolique prononcé qui se dégage de cet album. Le concept « Nuit de Noël » est assez bien rendu et reste tout à fait dans la suite du premier album. Là où notre scène exploite habituellement le concept des forêts et de la neige de manière païenne et sombre, avec une assise mystérieuse voire maléfique, SAPAUDIA a choisi de le faire d’une toute autre manière et l’assume bien dans sa musique.

Dommage que le visuel ne suive pas : la pochette est classique mais bien faite, dans un ton noir et blanc vieilli, en revanche le livret huit pages comme le digipack n’exploitent pas ce filon et se cantonnent au strict minimum, à savoir les paroles sur fond noir, un posing et une image.

Un bon album, sans aucun doute, qui ne devrait pas étonner les fans du premier album. La voix de Ravenlord est bien sûr particulière, mais s’insère assez bien dans l’ensemble, bien que cela génère au final un aspect narratif qui pourrait déranger (heureusement toujours accompagné par de la musique). Il n’en reste que la durée de moins de 35 minutes de l’album ne permet pas d’aller plus loin au niveau de la note.

par Baalberith, le 22/08/2018

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdTHIASOS DIONYSOS - SatyrDRAUGNIM - Horizons LowBORKR - AmberOSCULUM INFAME - Dor-Nu-FauglithMOTHER DARKNESS - One Hundred Years of EmptinessAUSTERE / ISOLATION - BleakDRUDKH - Autumn AuroraKALMANKANTAJA - WaldeinsamkeitENTHRONED - Prophecies of Pagan FireERED WETHRIN - Tides of WarVINTERSORG - Ödemarkens Son

D'autres albums d'ambiance Mélancolique recommandés

SENTIMEN BELTZA  - Zulo beltz eta sakon honetanPROPAST - Věstnik PreispodnjiSALE FREUX - VindilisAN AUTUMN FOR CRIPPLED CHILDREN - Try Not to Destroy Everything You LoveWOLFSHADE - TroubleHELLSAW - TristFEAR OF ETERNITY - Toward the CastleSUI CAEDERE - ThrèneANCIENT - SvartalvheimDEAFHEAVEN - SunbatherVIOLET COLD - Sommermorgen (Pt. I to III)VEIL - Sombre

Partager cette chronique

Autres chroniques