SACRIFICIA MORTUORUM

Damnatorium Ferrum

Souvenez-vous de 2007, une année qui a vu la sortie de pas mal d’excellents albums qui continuent à tourner chez beaucoup d’entre nous : WOODS OF INFINITY, LUNAR AURORA, SHINING, DODSFERD, ARKHA SVA… La liste est longue. Il y avait par contre eu peu de choses venant de France et heureusement que SACRIFICIA MORTUORUM nous balançait le miraculeux Maturum Est. Il proposait des titres agressifs mais baignés dans la nostalgie, la rancœur et la déception. Le son, assez sale et lointain, était le plus adapté puisqu’il rajoutait de l’intensité par son imperfection. C’est resté l’un des albums les plus poignants de ces dernières années.

J’attendais donc avec impatience une suite, persuadé que le groupe continuerait dans cette voie. J’ai du coup été bien déçu à la première écoute de Damnatorium Ferrum. Le son avait changé ! Il était devenu bien meilleur, plus professionnel et me semblait castrer les émotions. Il a fallu que je le laisse de côté le temps de faire mon deuil pour enfin me faire une raison et le réécouter…

Et là, ce fut une autre histoire ! Quelle claque ! Cet album aussi est excellent. Derrière la trop bonne production, il y a toujours ces compositions chargées de haine et de sentiments désespérés. On a perdu en spontanéité, mais on a gagné en force. On se sent plus happé par la musique. Les mélodies ainsi que les vocaux maudits viennent vous remuer les trippes à pleines mains.

Exemple très simple, « Nomen Vetustate Abolevit » commence par des riffs corrects qui se transforment au bout d’une minute en mélodie imparable soutenue par la voix rocailleuse de Lord Arawn… Quel pied ! Quelle force ! C’est très bien mené, très malin aussi d’amener les meilleures mélodies de la sorte. On se fait d’ailleurs avoir à tous les coups.

Il y a à chaque morceau un moment inattendu jouissif. Sur « Animus se Abstrahit a Corpore », ce sera le break à 1:30 avec les vocaux hurlant en français et enchainés par la musique tantôt rageuse, tantôt agonisante, ne cessant de changer de rythme. Enorme et jusqu’à la fin…

Il est donc évident que SACRIFICIA MORTUORUM est toujours surpuissant, toujours inspiré. Même si on aurait aimé qu’ils gardent leur son si particulier, on ne peut nier la qualité de cet album.

par Sakrifiss
Le 05/11/2009

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Le 28/08/2016 à 18:08:19

Comme Sakrifiss, et comme beaucoup de monde, j'ai été extrêmement surpris de ce son étonnamment froid et clinique. En fait, on a quasiment le même son que sur l'excellent, mais très (trop ?) "propre" Frigidiis Apotheosia de CELESTIA.

Heureusement, les compos sont toujours excellentes (et le mot est faible), et SACRIFICIA MORTUORUM parvient toujours à nous distiller des ambiances très noires, en nous délivrant un Black Metal empli d'une rage froide et terriblement expressive.

Alors l'album aurait-il été meilleur avec un son plus naturel, je n'en sais rien finalement, mais j'aurais voulu pouvoir écouter cet album avec le son du magique Maturum est, ou un son en tout cas plus organique.

Il n'en demeure pas moins, ce défaut mis à part, que Damnatorium Ferrum est une sortie majeure de 2009. Pour tout dire, il est dans mon trio de tête des meilleurs albums de Black sortis cette année.

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

KRIEGSMASCHINE - Prism : Archive 2002-2004SAD - Abandoned and ForgottenCAVERNE - Chants des Héros OubliésZERVM - Nihil Morte CertivmOLD WAINDS - NordraumGORUGOTH - GorugothCENDRES DE HAINE - Nihil MirariORTHANC - L'Âge de RaisonDODSFALL - Den Svarte SkogenCENDRES DE HAINE - Bellum Omium Contra OmnesODELEGGER - The Titan's TombDARK DOMINATION - Reign of the Fallen One

D'autres albums d'ambiance Historique recommandés

INFERNAL NECROMANCY - Infernal NecromancyQUINTESSENCE - Le Bourreau de TiffaugesNAER MATARON - PraetoriansBORGIA - Promo MMVIITHE MEADS OF ASPHODEL - The Murder of Jesus The Jew N.K.V.D. - Vlast

Partager cette chronique

Autres chroniques