REVERENCE / WOLOK / SONS OF FENRIS

Anti Life Terror

Projet ayant longtemps végété, ce split devait à l’'origine regrouper REVERENCE, WOLOK et CREPUSCULE. Finalement c’'est SONS OF FENRIS qui se joindra aux deux inspirateurs de cette réunion, et de celle ci sera expulsée en 2004 cette douloureuse galette au nom univoque, chez Brutal Druid Productions.

Trois titres par groupes, trois groupes à l’'approche différente, trois visions d’'une même décadence musicale. Entrons dans le vif du sujet avec REVERENCE. Le groupe n’'a eu de cesse depuis Winds Of North d'’épurer et de radicaliser son Black Metal, d'’une obédience païenne jusqu'’à l’'intransigeance et la noirceur de "The Flesh's Decadence". Avec ces trois titres, le groupe tranche de façon nette avec cette progression. Ainsi donc, si les repères sont toujours les mêmes, l'’approche a particulièrement changé. Pour exemple, en guise d'’introduction, REVERENCE propose ici un court prélude synthétique, irréel, bien loin du mystique et des mélodies très éthérées de "Forest Of Damned". Le groupe revendique l'influence de RAISON D'ETRE, et elle est indéniable. Cependant, dans cette utilisation de voix féminine, je retrouve grandement la trace d’'un groupe comme CAUL, ce qui est loin de me déplaire.
Et même s"’il faudrait être sourd pour occulter le dernier titre du fabuleux split avec BLUT AUS NORD et ne pas en voir ici le prolongement logique, ce que propose REVERENCE sur Anti Life Terror est loin des dernières oeœuvres du groupe. Il me semble d'’ailleurs que la réalisation la plus proche de celle_ci est bien la première, comme si le groupe avait décidé de repartir sur de nouvelles bases à partir de ce terreau fertile. On pourrait ainsi concevoir une réminiscence d'’un titre comme "The Throne" dans la lenteur du tempo, de la demo Winds Of North elle même pour le chant d'’Ipes, de la fin du titre éponyme de cette même demo pour la (vague) similitude avec le style proposé ici. Mais, et puisqu’'il faut bien parler du split Anti Life Terror, le rendu ici est bien plus synthétique, froid, clinique.

Peu de reproche à faire à ce groupe qui, quoi qu'’il fasse, transcende le style. Néanmoins, le chant pourrait être un peu plus spectral et les guitares, si intéressantes, un peu plus mises en avant. Les riffs sont répétitifs, malsains, encadrés sur le premier titre par quelques claviers délétères absolument géniaux. L’'ambiance est vraiment très prenante mais, c’est aussi un reproche à faire, les titres ne sont pas assez développés. Ainsi reste-t-on sur notre faim après "Redemption In Suicide", de même après le titre suivant, "Spectre Of Negativity". Et pourtant ce dernier est grandiose, le mid tempo est très entraînant, mais également très désespéré. Je n'’ose imaginer ce que donnerait ce groupe si tout ce talent était mieux canalisé et totalement parachevé. Ce titre est censé être repris dans le futur album du groupe (ndr : chronique de 2004). Pour finir, "Endless", parfait mélange de RAISON D'ETRE et d'’AGHAST, groupe encore revendiqué comme influence. Je dois dire que je m'’arrête souvent à ce niveau là lors de mes écoutes.

Néanmoins, passons à WOLOK, qui est la fusion des hommes-orchestres derrière DEVILISH ERA et ZARACH BAAL THARAGH. Et le rendu peut se résumer ainsi : le côté très raw et malsain de ZBT allié à l'’expérimentation et au malsain de DEVILISH ERA. Bref le tout est parfois indigeste, mais recèle quelques très bonnes trouvailles. Le groupe n'’est jamais aussi performant que lorsqu'’il se lance dans des parties quasiment ambiantes, parsemées de riffs malsains et de la voix d'’écorché de Luc Mertz. Par contre quand le rythme se fait plus soutenu, difficile de suivre le poisseux délirant du groupe. Bref un exercice aliénant qui demande un effort pour en déceler l’'essence et qui donc forme une véritable expérience musicale (impossible à l’'écoute du troisième titre d'’en juger autrement). Intéressant, mais éprouvant.

Enfin, SONS OF FENRIS vient clore ce chapitre. Le qualificatif va être expéditif : inintéressant. Le style est bien conventionnel, le rythme est très rapide (malheureusement c’'est une BAR et cela s’'entend), le chant est monotone, sans véritable âme. A vrai dire, sans vouloir descendre gratuitement cette jeune formation, celle-ci a bien mal été avisée de figurer dans ce split. Après deux groupes très intéressants et innovants, cette brusque retombée dans les méandres d’'un underground qui ne produit pas que des bonnes choses n'’en est que plus brutale. Reste que malgré tout, les riffs ne sont pas désagréables, mais en aucun cas une quelconque émotion ne naît en moi. C'’est bien trop répétitif, dans le mauvais côté de la chose, et ce n’'est pas la reprise guère enthousiasmante du "Freezing Moon" de MAYHEM qui va changer mon avis sur cette formation.

Bref un split où se côtoient le bon et le moins bon, ce qui justifie une note mitigée. Néanmoins, indispensable pour REVERENCE, et pour les amateurs d’'expérimentations qui trouveront en WOLOK en groupe à part.

par Cweorth, le 28/03/2009

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal recommandés

DIAPSIQUIR - A.N.T.I.KERMANIA - AhnenwerkNEKROS MANTEIA - Deus OtiosusIMMORTAL - Diabolical Fullmoon MysticismARS MORIENDI - Du tréfonds d'un êtreENSLAVED - EldNUIT NOIRE - Fantomatic PlenitudeKAMPFAR - Fra UnderverdenenNUIT NOIRE - Infantile EspiegleryDYSTER - Le Cycle SénescentNEHËMAH - Light Of A Dead StarNUIT NOIRE - Lunar Deflagration

D'autres albums d'ambiance Psychologique recommandés

LURKER OF CHALICE - Lurker Of ChaliceLEVIATHAN (USA) - The Tenth Sublevel Of SuicideWÜRM - Demo '04ONDSKAPT - Draco Sit Mihi DuxABSOLUTUS - Pugnare In Iis Quae Obtinere Non PossisPURITAS VIRGINUM - Décennie de SouffranceLES CHANTS DE NIHIL - ArmorCLANDESTINE BLAZE - Harmony of StruggleLUDICRA - The TenantTHE SKADEN - You Will Hope I Had DiedANTAEUS - Cut Your Flesh And Worship SatanANTAEUS / AOSOTH - Wrath Of The Evangelikum

Partager cette chronique

Autres chroniques