QUINTESSENCE

Le Bourreau de Tiffauges

Le Poitou, terre de black metal. S'il y a bien une région qui s'impose aujourd'hui dans le domaine de l'art noir, c'est bien celle-ci. QUINTESSENCE fait partie de ces groupes officiant dans le fameux « pictavian black metal », style également revendiqué par les excellents MANZER. Le Bourreau de Tiffauges, deuxième album de QUINTESSENCE, sort d'ailleurs sur le label de Shaxul : une grande famille. MANZER nous l'avait fait comprendre, QUINTESSENCE nous le prouve : il semble bien que le bon goût soit très présent dans cette contrée française.

QUINTESSENCE pratique un black mélodique classieux et puissant. A la manière de LES CHANTS DE NIHIL avec son excellent La Liberté Guidant Le Fer, Le Bourreau de Tiffauges met à l'honneur des guitares lead très épiques et efficaces. L'homme à tout faire, Fog, nous assène des blast-beats rapides empreints d'un feeling évident et nous crache des textes en français (bien entendu !) de sa voix black basique mais qui marche bien. La production est ce que l'on peut imaginer de mieux pour un tel black metal : très puissante et audible. Les influences heavy metal sont parfois évidentes (il y a comme une recrudescence en ce moment !), et je ne vais pas m'en plaindre, loin de là. La profusion de mélodie et la rapidité pourrait presque faire penser aux excellents auvergnats d'AORLHAC par moments. On notera également la présence de quelques solos un peu hésitants, dommage car j'aime bien l'idée.

Comme son nom pourrait l'indiquer à certains, l'album retrace schématiquement la vie de Gilles de Rais, un maréchal du XVème siècle condamné à mort par l'Eglise pour sorcellerie, sodomie et assassinat. Un précurseur du black metal, en quelque sorte.

Un tel concept pourrait laisser penser que Le Bourreau de Tiffauges est un album aux ambiances plutôt malsaines. Il n'en est rien, et c'est surtout en ça que l'album pêche à mon sens. Le ton de cet opus est définitivement épique, je trouve cela assez regrettable. A mon sens, un bon concept devrait être suivi par une musique adéquate, dommage que ça ne soit pas le cas. Ce second opus souffre également d'une trop grosse homogénéité : les titres se suivent, et difficile d'en faire sortir un du lot. Ils se ressemblent plus ou moins tous, sans jamais aucun qui ne viendrait couper par rapport aux autres au niveau de l'ambiance ou des riffs. On pourrait à la limite faire ressortir « Le brasier des braves » comme le titre le plus épique de l'album - le seul également qui traite de bataille, étonnamment !

En dehors de ça, Le Bourreau de Tiffauges est un album qui est vraiment très appréciable. Il s'écoute bien entendu sans problèmes, et on peut être assez ébloui par les premières écoutes - dommage que ce deuxième album de QUINTESSENCE s'essoufle un peu avec le temps. Un bon point également pour les dessins magnifiques réalisés par Saint John sur la pochette et dans tout le livret, chacun représentant la tranche de vie racontée par le groupe dans la chanson, du très beau boulot.

par Jankowitch
Le 31/03/2011

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

ANGMAR - Zurück in die Unterwelt CATAMENIA - Winternight TragediesFRIGORIS - WindASMUND - WillFINSTERFORST - Wiege der FinsternisTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeGRAVEWORM - When Daylight's GoneFINSTERFORST - WeltenkraftORDER OF THE WHITE HAND - Veren muistoGOATMOON - VarjotVALLENDUSK - VallenduskELDRIG - Urlagarne

D'autres albums d'ambiance Historique recommandés

N.K.V.D. - VlastTHE MEADS OF ASPHODEL - The Murder of Jesus The Jew SACRIFICIA MORTUORUM - Damnatorium FerrumINFERNAL NECROMANCY - Infernal NecromancyBORGIA - Promo MMVIINAER MATARON - Praetorians

Partager cette chronique

Autres chroniques