POTENTIAM

Bálsýn

L'Islande, pays de grand froid, de vikings, de jeysers et de volcans aux noms imprononçables est par ces caractéristiques un pays propice au black metal. Pourtant, on connaît très peu de groupes de cette île éloignée, à part les excellents SOLSTAFIR qui commencent à acquérir une certaine reconnaissance. POTENTIAM est un des joyaux de cette contrée ; Bálsýn est leur premier album, sorti en 1999 sur Wounded Love Records.

Comme on pouvait s'y attendre, les musiciens de POTENTIAM jouent du black viking. Les influences parlent d'elles-mêmes : attendez vous à ressentir les mêmes frissons que vous avez certainement ressentis sur Eld d'ENSLAVED ou Jormundgand d'HELHEIM, ou même par moment sur Anthems To The Welkin At Dusk d'EMPEROR, tout cela en version mid-tempo. Fort heureusement, les Islandais ne se contentent pas de ressasser ce passé glorieux, et rajoutent une bonne dose de personnalité à leur musique empreinte des paysages et des climats de leur pays natal.

On notera donc un très bon point : le chant sur Bálsýn est principalement constitué de voix claires. Des chœurs vikings en quelque sorte, très réussis et tellement en accord avec la musique de POTENTIAM. Ceux-ci, accompagnés d'une voix black tout à fait classique, appuient l'ambiance glaciale et introspective de ce chef-d'œuvre qu'est Bálsýn. POTENTIAM maîtrise également l'art du riff caractéristique qui fait mouche, celui dont on se souvient dès l'évocation de l'album, souvent très influencé par les pontes cités précédemment. Un plus par rapport à ces classiques est également la prod ; finie le son caverneux inhérent à ceux-ci, ici tout est très clair et puissant, ce qui rend l'album bien plus facile à écouter, sans pour autant lui retirer un certain aspect authentique. Les claviers qui viennent parfois ponctuer la musique de POTENTIAM ne vont pas sans rappeler les beaux jours d'EMPEROR ou OBTAINED ENSLAVEMENT, ce qui est bien entendu un très bon point.

Bálsýn revêt également un côté assez psyché qui permet d'éviter que cet album soit trop monotone. On retrouve cet aspect sur une chanson en particulier : l'instrumentale « Álfablóð », qui est une sorte de post-punk à l'allure viking majestueuse ; batterie simpliste, riffs tout droit venus de la fin des 80's et trompette à l'appui. On retrouve également une piste totalement ambiante, « My Journey into Darkness », plutôt sympathique même si assez convenue.

S'il y a une seule chose qu'on pourrait opposer à Bálsýn, c'est une certaine répétitivité : le rythme reste le même sur tout l'album, pas d'accélérations, et le style varie au final assez peu, même si les morceaux spécifiques cités précédemment permettent de faire un break. Il n'en reste pas moins que Bálsýn est un excellent album qui mériterait plus de reconnaissance. Pour les amateurs de cet opus, POTENTIAM ont sorti plus tard un excellent EP, Chameleon, marquant un nouveau tournant plus personnel pour la formation islandaise. Vous pourrez retrouver cette sortie dans la compilation Years in the Shadows de 2006.

par Jankowitch, le 20/12/2010

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal pagan recommandés

UTLAGR - 1066 - Blood and Iron in HastingsALDA - :Tahoma:AORLHAC - A la croisée des ventsHELHEIM - Av Norron AettBATHORY - Blood Fire DeathBELENOS - Chemins de souffranceHEGEMON - Contemptus MundiHEIMDALLS WACHT - Der Untergang der alten Welt AASKEREIA - Dort, wo das alte Böse ruhtPANTHEON - Draugrs DaugNYDVIND - Eternal Winter DomainWALDGEFLUSTER - Femundsmarka - Eine Reise in drei Kapiteln

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

BURZUM - Hvis Lyset Tar OssCELTEFOG - Sounds of the Olden DaysFINSTERFORST - ...Zum Tode HinTHROES OF DAWN - Dreams Of The Black EarthKHORS - MysticismVALLENDUSK - Black Clouds GatheringEVILFEAST - Lost Horizons of WisdomCATAMENIA - Location : ColdNJIQAHDDA - Nji. Njiijn. Njiiijn.THROES OF DAWN - PakkasherraTHROES OF DAWN - Binding Of The SpiritCEREMONIAL EMBRACE - Oblivion

Partager cette chronique

Autres chroniques