OV HOLLOWNESS

Drawn to Descend

Depuis sa naissance en 2010 avec une démo qui sera reprise ensuite la même année dans une production complète, OV HOLLOWNESS en est aujourd'hui à son troisième opus.  Toujours mené d'une main de fer par Mark R., et qui plus est sur plus d'une heure et quinze minutes, la musique du Canadien a évolué sur cet album, hélas pas forcément en bien...

Une chose apparaît déjà clairement : la dimension mélodique de la musique du groupe n'a pas diminué : plus subtile, plus fluide, elle n'en est pas pour autant oubliée. Elle s'insère d'ailleurs plutôt bien dans des structures musicales plus aérées, où le rythme général est encore plus que d'habitude, mid-tempo. Au sein de ces structures, on reconnaît quelques riffs typiques de OV HOLLOWNESS, qui ne cèdent pas à la tentation de la démonstration mais s'intègrent davantage dans la trame mélodique générale, aux côtés d'autres riffs, moins évidents quand on connaît bien la discographie du Canadien. On retrouve en effet une approche à la fois plus Metal dans la musique de Drawn to Descend, mais également plus raffinée, flirtant avec les clichés du Black Metal naturaliste par moments. Le tout est servi par un jeu instrumental toujours tout à fait honnête. A plusieurs moments on sent que Mark touche quelque chose (par exemple sur le troisième morceau), mais la chose n'est pas assez flagrante pour accrocher l'oreille sur tous les morceaux et sur de « longues périodes ».

Deux points faibles à noter pour développer un peu le sujet. D'abord le manque d'inspiration : plusieurs mélodies et riffs pertinents se dévoilent çà et là, je l'ai dit, mais on reste globalement sur sa faim. On est de toute façon loin de l'inspiration d'un riff moteur comme sur le morceau « Diminished to the Cold » de Diminished. Deuxième problème : la présence d'une voix claire qui s'avère aussi mal placée qu'inutile : loin d'apporter un plus à la musique, lorsqu'elle est présente elle dénote au contraire à la fois dans le rendu des compositions et dans l'homogénéité de la construction musicale. Cet album sonne donc comme un ensemble fort honnête sur la forme, mais pas assez sur le fond lorsque l'on sait ce que peut faire Mark R.

Dernier point : l'ambiance. OV HOLLOWNESS n'a certes jamais brillé par le passé dans ce domaine, mais on pouvait jusqu'à présent ressentir un univers sombre et un peu psychologique sur les bords. Cette fois-ci, difficile de deviner un concept qui n'existe certainement pas, hormis celui d'une soi-disant fin du monde. Il se dégage pourtant bien une atmosphère un peu éthérée et spacieuse (qui d'ailleurs collerait mal avec le concept du coup !).

Le constat ne peut au final être trop dur : cet album est loin d'être mauvais, il manque juste d'inspiration pour être vraiment digne de l'intérêt que mérite ce groupe !

par Baalberith, le 13/03/2013

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

F41.0 - BürdeDARKENHOLD - Memoria SylvarumASMUND - WillCELTEFOG - Sounds of the Olden DaysVINDLAND - Hanter savetSANCTUAIRE - Le Sang sur l'AcierWIEGEDOOD - De doden hebben het goedSLAEGT - Beautiful and DamnedORDER OF THE WHITE HAND - Veren muistoBAISE MA HACHE - Le Grand SuicidePAGAN BLOOD - Lords of the SeasWYRMS - Morcar Satoric - Les VI Chemins du Crépuscule

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

F41.0 - BürdeDEAFHEAVEN - New BermudaKESTREL - Weather EyeCIRRHUS - CirrhusPESTE NOIRE - L'ordure à l'état purMURMUÜRE - MurmuüreNUIT NOIRE - The Gigantic HideoutNUIT NOIRE - Lunar DeflagrationCATACOMBES - "Le Démoniaque"GERM - LossGERM - WishMISOGI - Tofotukami Wemitamafe

Partager cette chronique

Autres chroniques