OSCULUM INFAME

Axis of Blood

Difficile d’oublier un passé aussi glorieux, mais nous voilà bien obligés de le faire pourtant, puisqu’il est évident que le OSCULUM INFAME actuel n’a rien à voir avec l’ancien. En même temps, 18 ans après Dor-nu-Fauglith — encore plus après les démos que certains préfèrent parfois — il semblait en effet plus logique de tourner la page. Combien de retours en carton après un long moment parce que le groupe cherchait justement à faire de l'ancien ? DISSECTION ? IMMORTAL ? MYSTICUM ? La liste est longue. Heureusement, OSCULUM évite cette erreur, et sort un album tout à fait honorable, car à l’approche très différente.

L’EP en 2012 Consuming the Metatron annonçait la couleur d’ailleurs : trois ré-enregistrements de titres anciens complètement méconnaissables, deux titres anecdotiques de 1999, et un récent, plus intéressant, de 2011, « Inner Falling of the Glory of God ». On retrouve ces trois derniers sur cet album, et fort heureusement pour nous, le reste surpasse en qualité ceux-ci. En fait, OSCULUM insuffle une aura sombre et occulte tout à fait crédible, à mille lieues de certaines réalisations factices du genre qui se revendiquent pourtant de cette étiquette, je pense à pas mal de trucs de la scène Nidrosian par exemple.

L’album a en revanche ce type de production un peu massive — ronflantes ? — qu’ont beaucoup de sorties BM actuelles et qui risque d'en déranger certains. En effet, c'est un peu le genre de productions qui permettent de masquer un manque de charisme ou de profondeur dans les compos assez facilement (genre SHINING maintenant voyez). Pourtant ici, je veux bien jouer les mauvaises langues, mais non, il n’y a rien à masquer, le fond est là, le niveau d’inspiration aussi, on s'en rend très bien compte au fil des écoutes. J’en veux pour preuve cette succession terrible de « Let There Be Darkness » / « Inner Falling of the Glory of God » / « White Void » / « Asphyxiated Light », quatre titres d’une profondeur et d'une tension terrible, aux riffs cycliques complètement hypnotique et à la rythmique massive et imposante. Non seulement ils justifient à eux seuls l’acquisition de l’album, mais en plus ce ne sont pas les seuls bons morceaux de l'ensemble ! On note quelques légères touches d’ancienneté comme sur ce « White Void » du meilleur effet, tout en parcimonie. On apprécie en fait l’homogénéité de l’album, sa cohérence et sa profondeur.

Bref, OSCULUM INFAME ne fait plus du OSCULUM INFAME. Il a compris que c’était inutile, que la page était tournée depuis bien longtemps, et que faire du neuf avec du vieux, ça ne marche quasiment jamais (sauf pour BLESSED IN SIN en 2013, bien sûr). C'est malgré tout un album de qualité, plus recherché et fouillé qu'il en a l'air, il devrait trouver en toute logique son public. 

par Blaise, le 04/02/2016

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

PROPAST - Věstnik PreispodnjiGLORIOR BELLI - Sundown (The Flock That Welcomes)CAEDES CRUENTA - Skies DaimononSARGEIST - Feeding the Crawling ShadowsSUBVERTIO DEUS - Psalms of PerditionDUNKELHEIT - Mors AeternaSARKRISTA / SIELUNVIHOLLINEN - SplitSIELUNVIHOLLINEN - SyvyydestäHORNA - Sanojesi ÄärelleRITUALS OF A BLASPHEMER - Mors Inumbratus Supra SpiritusGLORIOR BELLI - Meet Us at the Southern SignINFESTUS - E x | I s t

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

WINTER OF APOKALYPSE - Solitary Winter NightWARLOGHE - Womb Of PestilenceARMAGEDDA - Ond Spiritism - Djefvulens SkalderARMAGEDDA - Only True BelieversHETROERTZEN - Flying Across The Misty GardensDEVILISH ERA - Under The Aegis Of The MegathropistTORTURIUM - Misanthropic Angels Burning WindsOBSCURUS ADVOCAM - Verbia DaemonicusFANISK - NoontideABIGOR - Time is the Sulphur in the Veins of the SaintANTAEUS / KATHARSIS - SplitFREITOD - Possessed by the Horns of Terror

Partager cette chronique

Autres chroniques