ORDO DRACONIS

The Wing and the Burden

 Arborant à cette époque leurs tronches pleines de maquillage, tirant des têtes de méchants et prenant des photos dans des lieux pas très catholiques, on peut se dire que, soit nos Hollandais pratiquent un Black Metal old school, soit ils ont opté pour le côté Symphonique de notre style préféré. Puis quand on voit le nombre de musiciens (5 mecs) et la jolie pochette rouge, on devine clairement que la musique sera remplie de douces mélopées jouées au synthé.

The Wing and the Burden, sorti en 2001, est le tout premier album du groupe (précédé d'un EP et d'une démo). La pochette rouge flamboyante (ainsi que le contenu du livret) attire vivement l'œil et la curiosité car l'artwork est plutôt soigné (même si un peu kitch). Mettons donc la galette dans la chaîne hifi. L'album commence par une intro au clavier intitulée "Paris 1574". Cela donne un avant-goût du sujet traité dans le premier morceau (intitulé "The Rite of Catherina de Medicis"), qui parle de la supposée Messe de Sang qui s'est tenue à la mort de Charles IX (où un enfant fut décapité dans l'espoir que sa tête parle et donne le remède pour sauver le roi d'alors).

Le morceau commence, les guitares grondent et le clavier souligne les premiers accords du titre. Tout se passe bien jusqu'à ce que le mec se mette à chanter et là, douche froide. C'est juste horrible, voire caricatural ; on sent que le chant est vraiment trop forcé. Même si les voix sont censées être grinçantes dans le BM, ici c'est presque risible. Ceci est accentué par la production de l'album qui place la voix au même niveau que les instruments et inhibe sa potentielle puissance. Du coup on a l'impression d'avoir un mec qui vomit son repas tout au long de l'album. Et c'est vraiment dommage car le groupe s'en sort plutôt bien musicalement. Les compos sont relativement solides et grandioses avec certains passages assez accrocheurs. C'est très varié et plutôt rapide dans l'ensemble même si le groupe arrive à changer de rythme dans ses compos pour éviter une orgie sonore (bien que parfois ce soit quand même le cas).

Les guitares sont très saturées et la production donne plus l'accent aux sonorités aigües inhibant souvent la basse, ce qui donne une impression de confusion assez régulièrement. Malgré tout l'album donne globalement plutôt une bonne impression (si on arrive soit à s'habituer à la voix, soit à l'oublier).
Les thèmes des paroles tournent autour de l'occulte, des rites ou de la sorcellerie et le travail visuel accentue ce côté gothique que l'on retrouve dans la plupart des groupes de Black Métal Symphonique.

En définitive, The Wing and the Burden a des bons et des mauvais côtés. L'album dure près de 50 minutes (9 pistes dont 2 instrumentales) et le groupe a su éviter le piège des titres répétitifs. Seules la voix et la production plombent un ensemble qui aurait pu être presque excellent. Si vous êtes un inconditionnel de Black Sympho, alors vous trouverez sûrement de quoi satisfaire vos oreilles dans cette œuvre, certes loin d'être parfaite mais pas si mauvaise non plus.

par Xaph, le 27/10/2011

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

PENUMBRA - EmanatePENUMBRA - The Last BewitchmentGRAVEWORM - As The Angels Reach The BeautyGRAVEWORM - Scourge Of MaliceGRAVEWORM - Engraved In BlackTVANGESTE - Damnation Of RegiomontumENSLAVEMENT OF BEAUTY - MegalomaniaMOONSORROW - Suden UniMOONSORROW - Voiamasta Ja KumiastraMOONSORROW - KivenkantajaNOKTURNAL MORTUM - Goat HornsOBSIDIAN GATE - The Nightspectral Voyage

D'autres albums d'ambiance Gothique/Romantique recommandés

ZWARTPLAAG - HaatstormBELENOS - L'ancien TempsYOUR SHAPELESS BEAUTY - Sycamore GroveYOUR SHAPELESS BEAUTY - My Swan SongFAR BEYOND - An Angel´s RequiemANOREXIA NERVOSA - Redemption ProcessASGAROTH - Absence Spells Beyond. . .HORTUS ANIMAE - Waltzing MephistoLOVE LIES BLEEDING - S . I . N .LIMBONIC ART - In Abhorrence DementiaHECATE ENTHRONED - Dark Requiems And Unsilent MassacreHECATE ENTHRONED - The Slaughter Of Innocence - A Requiem...

Partager cette chronique

Autres chroniques