ORANSSI PAZUZU

Valonielu

Je dois avouer que je découvre depuis peu ce groupe de black finlandais, bien qu’on en m’en ai parlé plusieurs fois par le passé. A l’occasion de la sortie de Värähtelijä cette année, je me suis penché sur ce groupe fondé en 2007 et qui a depuis sorti quatre albums. 

Valonielu, sorti en 2013, est le troisième album du groupe. A quoi ressemble donc la musique d'ORANSSI PAZUZU ? Il s'agit d'un black metal avant-gardiste alambiqué, souvent mid-tempo, où d'abondants claviers stellaires se disputent aux breaks et interludes instrumentales. Le chant est assez réussi et varié (bien que distillé avec parcimonie), oscillant entre hurlements hachés et longues plaintes. En ce qui concerne l'ambiance, qui est bien présente, on est sur quelque chose de sombre mais pas haineux, plutôt mystérieux, brodé autour d'une thématique spatiale. 

La durée des pistes est très variable, entre quatre et quinze minutes, certaines pistes ressemblant plus à des interludes d'ambiance allongées : elles sont très futuristes et sidérales, mais pas au sens "infini cosmique des trous noirs" : plutôt en mode déambulation dans un vaisseau spatial à la Solaris. On ferme les yeux et on se voit au milieu des tableaux de bord clignotants, à essayer de percer les raisons de la folie qu'on voit dans les yeux des autres membres d'équipage ("Reikä Maisemassa"), ou à contempler des planètes étranges, hostiles, glacées et balayées par le vent ("Ympyrä On Viiva Tomussa"). Les claviers sont d'ailleurs à des années lumières de ce qu'on peut parfois entendre de ridicule (GERM par exemple).

Il se trouve donc pas mal de passages calmes, mais ce ne sont pas des passages où il ne se passe rien : on a le droit à une basse bien audible, des mélodies de guitare, une batterie travaillée et intéressante ; et une multitude d'effets électroniques. Il en résulte que ce que l'album perd en rythme et en agressivité, il le gagne en ambiance sur la durée. J'ai mentionné un côté alambiqué - je devrais plutôt dire varié - on n'est pas du tout dans des syncopes déstabilisantes à la EPHEL DUATH mais les thèmes développées dans les morceaux sont variés et changent parfois du tout au tout - on y trouvera de probables origines dans le Mardraum d'ENSLAVED

La deuxième piste est ma préférée de l'album, notamment a cause de ce riff distordu plein d’écho qui se répète le long de la chanson, ainsi que de cette basse en arrière plan. Le son est vraiment intéressant et les effets assez originaux. En tout cas ça ne sonne pas comme du déjà entendu. L'album présente des passage proprement excellents, comme par exemple la piste "Olen Aukaissut Uuden Silmän", qui vers 3:00 s'envole vers un mouvement et une gradation assez jouissive, avec une accélération de tempo qui explosera sur un passage très black atmosphérique avec une déferlante claviers multiples / hurlement - avec d'enchaîner sur un autre mouvement complètement différent - et de terminer sur d'étranges touches électroniques.

Le niveau de travail est conséquent, entre les mélodies de basse, la batterie, les effets, les claviers, les multiples couches de guitare à certains moments, pas de doute : il y a du boulot. Les compositions sont fouillées, travaillées, il n'y a là rien de laissé au hasard et de "brut de fonderie". Les amateurs de circonvolutions apprécieront, ceux que les millefeuilles ennuient probablement pas. Il y a en tout cas beaucoup de talent déployé tout au long de ces 46 minutes. L'album, malgré les variations, passe d'une traite et on se prend à le réécouter, encore et encore, pour en saisir toutes les subtilités. 

L'ambiance futuriste et sombre se retrouve un peu difficilement dans les paroles (tout est en finlandais, mais les traductions existent), qui sont assez hermétiques : I have opened a new eye / And gazed into the void / I have opened a new space / And it has opened itself in me. C'est nébuleux mais après tout pourquoi pas. Il faut de toute façon accepter cette thématique qui pourrait paraître surprenante dans le black metal de prime abord, mais qu'on retrouve de plus en plus souvent ces dernières années. En tout cas en terme de voyage ou plutôt de téléportation par le biais de la musique, c'est tout à fait réussi et c'est le principal.  

Au rang des satisfactions, on pourra ajouter le fait que pour un album de black metal avant-gardiste ou encore progressif, il ne tombe absolument pas dans un des travers que l'on retrouve quasi-systématiquement dans les sorties post-black ou à influences psychédéliques : la présence quasi-systématique de passage vaporeux, lumineux (DEAFHEAVEN) voire sirupeux (ENSLAVED récent) - point de ça ici : on reste dans l'ambiance sombre et négative du début à la fin. 

Que peux-t-on alors reprocher à cet album ? Pas grand chose, assurément : la production est parfaite, le style original, les compositions variées, les ambiances fonctionnent. Tout au plus, du point de vue black metal, pourrait-on reprocher un certain manque de haine ou de violence, ainsi qu'un côté très maîtrisé qui fait que cela manque un peu de folie - voire un coté métal qui peut déplaire. Pour terminer, une durée un peu courte (46 minutes), alors que dans le style on est plutôt habitué aux albums qui flirtent avec l'heure complète.

Mais ce sont vraiment des reproches anecdotiques face à un album de cette qualité. 

par obsoletedream
Le 04/11/2016

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal avant-gardiste recommandés

ORANSSI PAZUZU - VärähtelijäENSLAVED - Axioma Ethica OdiniPESTE NOIRE - La Chaise-DyablePSYCHONAUT 4 - Have a Nice TripARYOS - Les Stigmates d'HécateARYOS / REGNANT AND THRALL - A Célébration to Lilith von SiriusARYOS - Prophétie AcideGERM - LossSIGH - In SomniphobiaWOLD - FreermasonryWOODS OF INFINITY - Frozen NostalgiaWOODS OF INFINITY - Ljuset

D'autres albums d'ambiance Cosmique recommandés

GRIEVANCE - The Phantom NovelsPLANETSHINE - Way to NowhereBLUT AUS NORD - Memoria Vetusta III: Saturnian PoetryBLÅKULLA  - Darkened by an Occult WisdomCOSMIC CHURCH - YlistysLEVIATHAN (USA) - True Traitor, True WhoreARCKANUM - HelvítismyrkrBLOOD OF KINGU - Sun in the House of the ScorpionIN LUNA - Forgotten LivesMESARTHIM - PillarsMESARTHIM - IsolateFRIGORIS - Nur ein Moment...

Partager cette chronique

Autres chroniques