NYSEIUS

De Divinatione Daemonum

Formation parisienne du début du XXIème siècle, NYSEIUS est resté assez discret jusqu'ici. Peu de sorties, formellement assez classique et à mon avis noyé dans la masse à cause de cela, j'espère que ce nouvel album changera la donne (sans trop d'illusion malheureusement) car j'ai été vraiment surpris par sa qualité.

Le groupe commence en 2004 avec la démo Lueur d'une Lune Morte, très directe et sans remords, puis embraye  6 ans après tout de même  sur Militiae, un album inspiré niveau riffing mais assez basique au demeurant. Du coup 5 ans plus tard, toujours chez ATMF, NYSEIUS met les bouchées doubles et nous sort un album de 11 titres pour 1h06 de musique (contre 4 vrais titres et 35 minutes totales pour le précédent), rien que ça. Bon appétit messieurs-dames ! Mais pourtant ne fuyez pas ! Surtout pas, c'est délicieux.

Oui, NYSEIUS a décidé de faire durer le plaisir et il a bien fait car il nous sert du lourd, du très lourd même, pas genre béton, genre granit. On retrouve bien sûr les dissonances héritées du SMRC de DEATHSPELL OMEGA, comme sur le précédent  cela se voit aussi dans les thématiques abordées  mais musicalement NYSEIUS va plus loin. Il recherche clairement un rendu plus massif et imposant et adopte donc une façon de sonner quasi-monolithique, et ce les trois-quart du temps, avec un martèlement incessant et un mur de guitares en guise de hachoir. Cela s'entend dès le second titre, « Extinction of the Seven Divine Spirits » avec sa fin littéralement écrasante. D'autres titres comme « Job's Revelation » ou « Black God Ascension » atteignent des sommets à ce niveau.

NYSEIUS aère tout de même ses compositions avec des passages plus lents mais tout aussi implacables et inarrêtables, comme le réussi parfaitement INQUISITION par exemple. On retrouve aussi ces râles d'un autre monde, déjà présents avant mais encore plus marquants ici : des sortes de grognements bestiaux vraiment sinistres, rappelant d'ailleurs étrangement un certain Roman Saenko de la grande époque. Avec déjà cette aspect massif, comment ne pas penser à HATE FOREST au début de « Finis Terra Sancta » ? Terrible tout simplement.

Niveau production c'est Hollywood, pas un truc de travers, vraiment rien à dire dessus. La seule critique négative serait peut-être sur le fait d'abandonner ce rendu monolithique des plus jouissif pour quelques passages lancinants moins marquants, mais c'est je pense un ressenti très personnel et d'autres y trouverons sûrement leur compte.

Bref, NYSEIUS prend du galon, il a bossé à fond ses instruments et ses compositions pour atteindre un niveau de savoir-faire difficilement soupçonnable jusqu'alors. Je ne m'attendais à rien de particulier et cet album m'a réellement marqué au point de le préférer à toutes mes écoutes du moment, donc vraiment, chapeau bas ! Je souhaite aux futurs auditeurs le même plaisir !

par Blaise, le 24/03/2015

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

ARMAGEDDA - Only True BelieversARMAGEDDA - Ond Spiritism - Djefvulens SkalderSACRIFICIA MORTUORUM - Damnatorium FerrumHETROERTZEN - Flying Across The Misty GardensONE MASTER - Forsaking A Dead WorldZERVM - Nihil Morte CertivmCHADENN - ChadennARMAGGEDON - I.N.R.I. (I, Nazarene, Recognize My Impurity)ORTHANC - L'Âge de RaisonASGEIRR - Diktat AllianzTORTURIUM - Misanthropic Angels Burning WindsBATHORY - Under the Sign of the Black Mark

D'autres albums d'ambiance Occulte recommandés

DUX - VintrasIMMORTAL - Diabolical Fullmoon MysticismDESOLATION TRIUMPHALIS - Forever Bound To NothingnessNEHËMAH - Light Of A Dead StarARYOS - Les Stigmates d'HécateARYOS / REGNANT AND THRALL - A Célébration to Lilith von SiriusARYOS - Prophétie AcideARYOS - Maître des Dominations CérébralesHÄMYS - AlkemiaSLAEGT - Beautiful and DamnedSIGH - In SomniphobiaWOLD - Freermasonry

Partager cette chronique

Autres chroniques