N.K.V.D.

Vlast

 NKVD… Quatre lettres qui claquent. Quatre lettres mémorables. Quatre lettres qui abrègent Narodnii komissariat vnoutrennikh diél, la police secrète soviétique active entre 1934 et 1946 et qui agissait sous les seuls ordres de Staline. Elle demeure célèbre pour les millions de morts qu’elle a provoqués lors des purges staliniennes. Ses méthodes étaient évidemment extrêmes, disciplinaires et répressives. NKVD. Quatre lettres choisies avec justesse par ce groupe français (désormais) parisien formé en 2005 et qui avait sorti un EP prometteur en 2007 : Diktatura.
 4 ans après, le concept est similaire sur Vlast. On y parle toujours des dictateurs, ainsi que des hommes et des événements qui ont tourné autour d’eux. Les heures sombres de l’Histoire sont reconstituées avec une agressivité totalitaire et froide. La BAR, qui se prend souvent pour une kalachnikov, tire en continu, implacable et agressive. Par contre, les autres instruments sont plus calmes et plus lourds, apportant une angoisse palpable dans une ambiance brumeuse.
 Ce mélange nous apporte 37mn de violences terrifiantes, mais contrôlées, collant parfaitement au concept de dictateurs. On peut comparer le résultat à du CRYSTALIUM pour la martialité, mais sans les mélodies, remplacées par une noirceur à la The Work Which Transforms God de BLUT AUS NORD. De nombreux samples, souvent des discours viennent renforcer les impressions d’oppression des 8 titres.
 Chacun d’eux se construit de la même manière mais avec de légères nuances dues au sujet abordé, et à la langue employée dans tel ou tel discours. On retrouve donc : 

1. La Gestapo pour « Geheime Staats Polizei »
2. L’URSS pour « Incipit SSSR », titre déjà présent sur le mini album.
3. Un chef de guerre islamiste radical, « Ibn al-Khattab », opposé aux forces russes et qui a organisé des opérations militaires en Tchétchénie.
4. Une opération militaire des Russes en Tchétchénie de 2001 pour « Alkhan-Kala ».
5. Le Roumain Nicolae Ceauşescu sur le morceau « Geniul Din Carpati » (Génie des Carpates).
6. Un titre que je n’ai pas encore saisi, « Krasnaya Paranoia », qui est peut-être une déviation du nom de la ville russe Krasnaya-polyana, proche de Sotchi.
7. La République fédérative socialiste de Yougoslavie sur « Socijalistička Federativna Republika Jugoslavija ».
8. Enfin, « Grozny », la capitale de la République de Tchétchénie.

 Bref, le but de NKVD ne peut pas être de faire de la propagande. Le groupe veut transmettre son intérêt pour les horreurs qui ont eu lieu et qui se poursuivent encore. Sa curiosité est peut-être malsaine, mais qui d’entre nous n’a jamais connu ce genre d’attirance ? En tout cas, il s’est trouvé une identité aussi bien dans les thèmes que dans la musique, reconnaissable immédiatement et ça, c’est déjà une marque de talent. Le seul problème, mais qui n’est pas encore d’actualité sur ce premier album, c’est qu’on a du mal à imaginer plusieurs albums du même acabit. L’avenir nous dira si le renouvellement est possible, et si la lassitude ne l’emporte pas.
http://www.myspace.com/nkgb

par Sakrifiss
Le 04/04/2011

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal brutal recommandés

DARK FUNERAL - Vobiscum SathanasDARK FUNERAL - Diabolis InteriumSETHERIAL - NordANTAEUS / AOSOTH - Wrath Of The EvangelikumANTAEUS - Cut Your Flesh And Worship SatanNEGATOR - Die Eisernen VerseTSJUDER - Desert Northern HellAMNION - The Return Of Total DesolationAIGRO MUCIFELAM - Lost Sounds DepravedSARKOM - Aggravation Of MindSATYRICON - The Age of NeroMARDUK - Warschau

D'autres albums d'ambiance Historique recommandés

QUINTESSENCE - Le Bourreau de TiffaugesTHE MEADS OF ASPHODEL - The Murder of Jesus The Jew SACRIFICIA MORTUORUM - Damnatorium FerrumINFERNAL NECROMANCY - Infernal NecromancyBORGIA - Promo MMVIINAER MATARON - Praetorians

Partager cette chronique

Autres chroniques