LES CHANTS DE NIHIL

Propagande Erogène

 Et bien, on n’arrête plus LES CHANTS DE NIHIL ! Voici déjà un nouvel album après une formation en 2007, un premier album sorti l’année suivante, puis un autre en 2009 repris et agrémenté de nouveaux morceaux en 2010 : La Liberté Guidant le Fer (déjà chroniqué ici-même). Ce dernier m’avait tapé dans l’oreille et j’espérais vite une suite, sans imaginer qu’elle arriverait si tôt. Et en plus bien fournie comme ça avec 54 minutes qui se répartissent en 9 titres : 6 « réels », et trois courts - mais utiles aux ambiances - intro (2mn), intermède (3mn) et conclusion (2mn). Et ces ambiances sont dans le prolongement du précédent avec tout d’abord des textes complètement en français et délaissant toujours autant les thématiques « bateau » du black pour plus s’intéresser à une critique sociale indirecte et une forte érotomanie. Tout est entonné dans un mélange de verbes crus et un effort de poésie supérieur à la moyenne. C’est ce que j’avais présenté auparavant comme un « équilibre improbable ». Ça n’a donc pas changé, mais c’est une mouvance qui s’est étendue à d’autres groupes, plus exposés en 2011 comme PESTE NOIRE ou DIAPSIQUIR.
Exemple :
« Lorsqu’un brûlant fourreau autour de mon organe
S’enrobe et se dérobe, agitant le diaphane
Silhouette soufflant : « Fais de moi ta catin » »
Ou :
« Tout ce que je vous tends, avalez goulument
... l’appétit vient en mangeant !
Sécrétion puissante qui fait fondre les chaînes,
Les chants de l’hymen... Propagande érogène ! »

 J’ai un peu de mal avec ce style d’écriture, mais étant donné que c’est chanté d’une voix black assez traditionnelle et audible que si l’on se concentre ou regarde le livret fourni, cela ne gène pas l’écoute. Par contre certains passages plus compréhensibles sont mémorables comme le « Et même à trois contre un » des « Reines de Verre », ou le dernier cri « J’ai faim » sur « Félonne ».

 Musicalement aussi on retrouve la sauce du précédent essai, avec comme principale référence les regrettés CRYSTALIUM. La faute au martellement de la batterie qui a de forts élans martiaux. Mais ce n’est pas continu et lorsque la musique ralentit, elle laisse la place à des mélodies à l’esprit plus pagan, façon CRISTALYS. Voilà, LES CHANTS DE NIHIL est vraiment à situer entre ces deux groupes aux noms proches : CRYSTALIUM et CRISTALYS ! Mais la force de ce nouvel album est d’être plus constant et d’avoir moins de titres faibles. Les premiers morceaux sont tous réussis, avec chacun une ambiance propre.
 « Dissidence Décadente » commence les hostilités en mettant la barre haute. Du calibre de « Dame Silence », il en combine le refrain entêtant, la rage, les riffs prenants et surtout introduit des choeurs qui viennent asséner le coup fatidique à 3.35. Ce titre est l’un des morceaux qui resteront en mémoire pour 2011. (6/6)
 « Felonne » est plus vicieux. Il propose un début monotone, sans verve et très tortueux, mais il évolue progressivement devenant de plus en plus agréable et jouissif à la 5ème minute. Un titre peu évident qui s’apprécie au fil des écoutes. (4.5/6)
 « Les Reines de Verre » est plus facile d’accès. Il propose dès le début une mélodie voluptueuse qui est envoyée dans les cieux pendant la première minute grâce à un piano à la LIFELOVER qui reviendra sur le refrain. Il est en plus porté par des vocaux marquants qui naviguent entre le guttural et le cri de colère, et savent aussi passer par le susurrement malsain. Il se termine en plus avec des ambiances romangothiques désabusées du plus bel effet ! (6/6)
 « Fête de la Fédération » est encore un titre à la forte personnalité même si pour une fois ce n’est pas le même compositeur. Alors que d’habitude le guitariste / chanteur Jerry s’en charge, c’est ici le « guitariste live » Yohan ‘Aktivist’ qui s’y frotte. La mélodie est bonne, mais ce sont surtout les vocaux qui sont marquants. Ou plutôt les vocalistes. Un casting intéressant puisqu’à la voix de Jerry viennent se relayer celles de Black Messiah et Loïc Cellier. Le premier est connu pour avoir chanté sur Era-Decay de SETH, le deuxième pour être la voix et l’âme de BELENOS et feu-ASYNDESS. Leurs chants sont très différents et se combinent très bien. Chacun amène son univers à ce morceau. La guitare sèche en fond fait aussi son petit effet ! Les amoureux de la scène française vont esquisser un sourire de plaisir en entendant ces 3 timbres. (5.5/6)
Ensuite, on passe l’intermède pour arriver aux deux derniers titres, les seuls à dépasser les 8mn.
 « Propagande Erogène » est le plus proche de CRYSTALIUM sur toute sa première partie où il bourrine sans économies. Il freine parfois momentanément mais sans amener de mélodie claire. Finalement, il faut attendre 3.30 pour que le goût arrive, avec des choeurs similaires à ceux de « Dissidence Décadente ». C’est encore efficace, mais voilà, ça sonne un peu recyclage. Il y a ensuite de bons soli aux alentours des 5mn et un final entrainant. (5/6)
 « Du Feu et des Etoiles » est un morceau un peu en-deça. Il manque quelque chose, surtout après toutes les émotions qui viennent de déferler, et s’approche des morceaux moyens de La Liberté Guidant le Fer. Le groove est là, mais même les claviers sur dernière partie, très « fin de film fantastique » ne change pas la donne. (4/6)
 Alors cet album a de très bonnes choses à faire passser. Il joue sur plusieurs tableaux, comme la couverture le montre, avec ces portes ouvertes sur plusieurs mondes, plusieurs époques, plusieurs lieux. Il n’est pas ultime, mais assurément un album vers lequel on aura envie de revenir même après de nombreuses écoutes.

http://leschantsdenihil.fr/

 

par Sakrifiss
Le 28/11/2011

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

ARYAN ART - ...I Berem Plodovete Na Nasheto NehajstvoFINSTERFORST - ...Zum Tode HinWINDIR - 1184FOREST OF FOG - AbgründeDER WEG EINER FREIHEIT - AgonieHARAKIRI FOR THE SKY - AokigaharaULVEGR - ArctogaiaLES CHANTS DE NIHIL - ArmorWINDIR - ArntorENISUM - Arpitanian LandsGALLOWBRAID - Ashen EidolonVEHEMENCE - Assiégé

D'autres albums d'ambiance Psychologique recommandés

WÜRM - Demo '04BLUT AUS NORD - 777 - Sect(s)ANTAEUS / AOSOTH - Wrath Of The EvangelikumSHINING - VII: Född FörlorareANTAEUS - Cut Your Flesh And Worship SatanCLANDESTINE BLAZE - Falling MornumentsCLANDESTINE BLAZE - Harmony of StruggleLEVIATHAN (USA) - The Tenth Sublevel Of SuicideLURKER OF CHALICE - Lurker Of ChaliceSHOGGOTH - Pandemia Of HatredANTI - The Insignificance Of LifeAMNION - The Return Of Total Desolation

Partager cette chronique

Autres chroniques