GRAVEWORM

When Daylight's Gone

When Daylight's Gone est le premier album des Italiens de GRAVEWORM qui a l'avantage d'être de ces albums de début de carrière qui offrent tout le charme que l'on peut aimer chez ces groupes qui finissent par le perdre au fil du temps...

En presque 45 minutes, GRAVEWORM nous plonge en effet dans une musique tout à fait prenante, du premier au dernier morceau, grâce à une construction simple, mais éthérée et bien réalisée, offrant à la fois un grand potentiel mélodique et atmosphérique. Bref, tous les éléments sont réunis pour un fan de Black Metal de ce type. Comparé aux deux grands albums qui suivent, celui-ci est d'ailleurs peut-être davantage mélodique que réellement atmosphérique. En effet, si la chose se discute facilement (certains passages sont clairement plus atmosphériques, comme le 4e morceau) et que les claviers offrent de bonnes nappes prenantes, ils soutiennent d'abord un jeu de guitares équilibré et efficace. Les structures musicales ne sont guère approfondies, mais ne le demandent pas. La linéarité est presque indécelable, en tout cas pour un fan de ce style de Black Metal, et fait partie du jeu.

Deux intérêts du coup. D'abord la qualité des compositions, qui bénéficient de mélodies reconnaissables et très plaisantes dont l'impact émotionnel est soutenu par les claviers, et une ambiance tout à fait agréable, également. Tous les morceaux ne sont pas au même niveau d'inspiration, mais on ne s'ennuie pas une seconde. Ensuite, loin de bénéficier ici d'un concept bien maîtrisé et visible, même si le côté sombre et gothique se ressent, la subtilité de l'atmosphère présente sur cet album ne peut être niée. Il ne manque qu'un peu de travail pour accentuer cela, notamment sur le visuel qui reste ma foi bien pauvre (dans l'édition originelle comme sur la réédition avec l'ep suivant). Par contre, la voix n'atteint pas encore celle présente dans la suite de la carrière du groupe (du moins dans les albums qui suivent) : trop de voix grave, bien que cette dernière ne soit pas mal fichue, au contraire. On aimerait davantage de voix semblables à celle présente à la fin du 3e morceau, même si l'on constate sur cet exemple qu'elle pêche quand même un peu dans les aigus.

Un très bon premier album qui annonce sans problème l'excellente suite de leur discographie des années 1990 !

par Baalberith, le 21/06/2012

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

SOL SISTERE - Unfading Incorporeal VacuumGRIFT - ArvetGRIFT - SynerANGELSCOURGE - Seraph ImpalerNUMENOREAN  - HomeENISUM - Arpitanian LandsARKONA (POL) - LunarisVELDES - Ember BreatherCELTEFOG - Sounds of the Olden DaysVINDLAND - Hanter savetSANCTUAIRE - Le Sang sur l'AcierWIEGEDOOD - De doden hebben het goed

D'autres albums d'ambiance Gothique/Romantique recommandés

HORTUS ANIMAE - Waltzing MephistoCRADLE OF FILTH - Vempire (Or Dark Faerytales In Phallustein)HECATE ENTHRONED - The Slaughter Of Innocence - A Requiem...CRADLE OF FILTH - The Principle Of Evil Made FleshPENUMBRA - The Last BewitchmentMORGUL - The Horror GrandeurTARTAROS - The Grand Psychotic CastleYOUR SHAPELESS BEAUTY - Sycamore GroveGRAVEWORM - Scourge Of MaliceLOVE LIES BLEEDING - S . I . N .ANOREXIA NERVOSA - Redemption ProcessMORGUL - Parody Of The Mass

Partager cette chronique

Autres chroniques