FORTERESSE

Thèmes pour la Rébellion

Un nouveau né de FORTERESSE est toujours une bonne nouvelle. Et même si le groupe perdait en intérêt au fil des sorties (sauf Crépuscule d’Octobre, mais il est à part car composé avant), par une orientation trop atmosphérique, moins prenante, je n’ai pas arrêté de le suivre pour autant. Le split Légendes en 2014 m’avait d’ailleurs plus que convaincu, l’esprit belliqueux était-il enfin de retour ? Et bien oui ! Ce nouvel album le confirme, et dépasse même toutes les attentes en la matière.

L’intro met déjà dans le bain, mais nous prépare à peine à la succession de titres plus efficaces les uns que les autres qui va lui succéder. C’est simple, FORTERESSE ne lève quasiment jamais le pied sur près de 43 minutes de musique. Les quelques éléments de Nature en fin de titres ne suffisent pas à reprendre son souffle. Alors que sur les morceaux rapides du passé, quelques breaks venaient souvent aérer les compositions, pour leur donner un élan supplémentaire en dernière partie, ici, c’est d’abord rapide, puis rapide, et encore rapide. BIM. Mange ça coco ! J’exagère à peine. il y a certes des changements de rythmes, des montées en puissances (« Là où nous allons »), des morceaux plus rapides que d’autres (« Le Sang des héros ») mais dans l’ensemble, cet album est là pour nous en coller une bien grosse. Il est d’ailleurs difficile de décrocher face à un tel déferlement. C’est clairement sa force, mais aussi sa faiblesse. 

En effet, une telle efficacité libérée d’un bloc, quasi-homogène, gagnerait en puissance si les « tirs » étaient plus ciblés, moins continus. En clair, ça manque de breaks, de repos du guerrier, de sentiments plus introspectifs et intimes, mais aussi de sommets et de passages transcendants. Quoique, si vous cherchez bien, vous trouverez ces sentiments introspectifs, ils sont juste moins évidents, moins saisissables, mais ils sont là. Toujours est-il que cela reste à ce jour l'album le plus direct et le plus virulent de leur carrière. 

Changement radical sur la forme aussi. Si le groupe, malgré son engagement patriotique, nous avais habitué à des paysages de nature en guise de couverture, ici, la révolte est à l’honneur, et pas qu’un peu ! A l’image de la musique finalement, elle reste cohérente avec leur message : on est là pour tout mettre à feu et à sang.

Pari gagné haut la main, même si j'aurais apprécié plus de nuances.

par Blaise
Le 15/09/2016

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Le 20/12/2016 à 19:12:54

Vraiment devant les précédentes prod je trouve. Je n'ai jamais été fan du groupe, mais cet album est leur meilleur, sans conteste, même si l'on ne tutoie pas non plus le divin.

Le 20/12/2016 à 21:12:01

Vraiment devant les précédents prod je trouve. Je n'ai jamais été fan du groupe, mais cet album est leur meilleur, sans conteste, même si l'on ne tutoie pas non plus le divin.


Grosse claque et meilleur album de l'année pour ma part. Puissant, mélancolique à souhait, haineux, tous les titres sont des chefs d’œuvres...

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

THROES OF DAWN - PakkasherraWINDIR - ArntorWINDIR - 1184WINDIR - LikferdGRAVEWORM - When Daylight's GoneCATAMENIA - EshkataCATAMENIA - Chaos BornMEPHISTOPHELES - Songs Of The Desolate OnesDAWN - Slaughtersun - Crown of the TriarchyALGHAZANTH - Thy Aeons Envenomed SanityTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeNEGATOR - Old Black

D'autres albums d'ambiance Guerrière recommandés

NOKTURNAL MORTUM - To The Gates Of Blasphemous FireLORD BELIAL - Unholy CrusadeHEGEMON - Contemptus MundiNIDEN DIV. 187 - In the Twilight of WarCENDRES DE HAINE - Bellum Omium Contra OmnesBESTIAL WARLUST - Blood and ValourYAOTL MICTLAN - Dentro del Manto Gris de ChaacMARTIRE - MartireZYGOATSIS - Satanic Kultus - Unholy Desecration (S.K.U.D)REVENGE - Scum.Collapse.EradicationCRYSTALIUM - De Aeternitate CommandoFLAMEN - Supremo Die

Partager cette chronique

Autres chroniques