FÖRGJORD

Uhripuu

Accrochez-vous car je crois que l’on tient ici l’une des tueries de l’année 2017 en matière de true black. FÖRGJORD, après deux albums anecdotiques, et un excellent split avec NEKROKRIST SS, se sort définitivement les doigts du fondement pour nous pondre un album aussi inattendu que grandiose. 

Les débuts de FÖRGJORD n’étaient en effet pas des plus marquants. On sentait du potentiel, ne lui enlevons pas ça, mais celui-ci ne restait justement qu’au stade de potentiel. Si seul le dernier titre était réellement à sauver sur Ajasta ikuisuuteen, leur premier album, le second laissait encore moins de souvenir, et il fallu attendre 2014 et leur excellent split avec NEKROKRIST SS pour enfin entendre des titres réellement marquants, avec une capacité certaine à envouter l’auditeur.

Nous sommes cette fois-ci en 2017, et il n’est pas exagéré, je pense, de considérer ce nouvel album comme leur sommet actuel, tant le niveau des compositions est exceptionnel. D’ailleurs, une seule écoute suffit pour s’en rendre compte. Si vous n’accrochez pas directement, c’est que vous n’êtes pas digne de ce type de BM, tout simplement. J’ai pourtant abordé la première écoute avec réticence, connaissant la faiblesse du groupe sur la durée d’un album entier, ce fut une erreur. Enfin, FÖRGJORD sait ce que les termes déchirant et poignant veulent dire, et sait surtout leur donner forme en musique. Le groupe apporte en effet à sa démarche minimaliste le rendu jusqu’au-boutiste qui lui manquait. Certaines montées en puissance sont purement dantesques, elles nous marquent au fer rouge (" Vahvempi kuin koskaan", "Tie, totuus ja kuolema"). D’autres passages sont en revanche plus lancinants - mais pas moins traumatisants rassurez-vous - le savoir-faire de FÖRGJORD existant déjà dans ce domaine (on l’avait vu sur le split de 2014).

Pour faire simple, tout atteint ici un tel niveau de maîtrise qu’il est difficile d’y trouver de réels défauts, et je ne peux que vous inciter à creuser cet album, digne de certains grands de la scène. 

Au registre des critiques néanmoins, j’aurais tendance à considérer l’interlude et l’intro/outro comme étant dispensables, même si elles ne sont pas mauvaises en soi. Il aurait été préférable à mon avis de rester dans ce tourbillon de noirceur, sans échappatoire possible. Mais d’autres que moi y trouveront certainement un intérêt. Toujours est-il que le niveau d’inspiration est sans commune mesure avec leur passé, et j’ose dire, avec une grande partie des sorties actuelles du genre. La Finlande reste toujours dans le haut du panier en terme de BM, et cet album n’est qu’une preuve supplémentaire en ce sens. Un indispensable de cette année, sans aucun doute.

par Blaise, le 21/02/2017

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

PANPHAGE - JordONDSKAPT - Draco Sit Mihi DuxRIENAUS - SaatanalleWHITE DEATH - White DeathCATACOMBES - "Le Démoniaque"ABSOLUTUS - Pugnare In Iis Quae Obtinere Non PossisDARK SONORITY - KaosrekviemWATAIN - Casus LuciferiPANPHAGE - DrengskaprGLORIOR BELLI - Sundown (The Flock That Welcomes)MAQUAHUITL - Blood of Kings and Ancestral MightCAVERNE - Aux Frontières du Monde

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

RIENAUS - SaatanalleCAEDES CRUENTA - Skies DaimononPLAGA - Magia Gwiezdnej EntropiiPLAGA - Pożeracze SłońcCHAOS INVOCATION - Black Mirror HoursFREITOD - Possessed by the Horns of TerrorFALLAKR - LVCAMON - The WorshipTHROMOS - HauresBLASPHEMY - Fallen Angel of DoomSARKRISTA - The Evil IncarnateINQUISITION - Into The Infernal Regions Of The Ancient Cult

Partager cette chronique

Autres chroniques