F41.0

Bürde

Quatre ans d’absence après leur premier album qui avait fait bonne impression dans le milieu, le one-man-band allemand F41.0 revient avec un nouvel album, cette fois-ci d’une durée raisonnable (soit une dizaine de minutes de plus que le précédent). Le moins que l’on puisse dire, c’est que Hysteriis a encore fait du bon boulot !

Musicalement en effet, les choses n’ont pas beaucoup changé : il s’agit d’un Black à la frontière entre atmosphérique et mélodique, cette fois-ci un peu plus en faveur du second que du premier. Le style présente un Black assez lourd et plutôt lent, mais non dénué de puissance et de subtilités mélodiques. Il y a ici un professionnalisme évident, car le son est bon, la technique suffisante et les structures musicales sont bien peaufinées. Pas de gros boulot dans la construction musicale, mais tout est à sa place et rien ne manque. Le chant entièrement en allemand passe bien, même si la voix n’est pas forcément très Black (à mi-chemin entre la voix Black et la voix claire en fait). Elle suit en tout cas bien avec le style, donc pas de problème.

Dans tout cela, le rendu est bien là : l’inspiration est au rendez-vous, offrant quelques passages un peu moins bon, mais un ensemble globalement d’une qualité évidente. Il n’y a pas de grandes mélodies, mais un grand nombre de petites, qui se distillent bien et avec force, au point de convaincre les plus sceptiques et les plus exigeants sur plan.

Le visuel, en revanche, relève du véritable foutage degueule, si vous me passez l’expression. Non seulement le digipack est un simple triptyque cartonné sans livret (les paroles sont collées sur un fond presque noir à l’intérieur, voilà tout en gros), mais de plus le carton est de mauvaise facture et il y a peu de chance que l’album arrive chez vous sans être écrasé dans son cellophane. Bref, on est à la limite du digisleeve, format qui devrait être interdit par la décence commerciale (en dehors de la seule promotion) ! Ainsi, il est difficile de définir un concept, et son absence rend l'ambiance assez stérile.

Un bon album, encore une fois, très bon même pour certains. Il n’y a pas de défauts, le travail est très honnête et suffisamment inspiré. Alors, certes, il ne brillera pas par son originalité ou son génie, mais il permet de rappeler que faire un bon album sans grande prétention, c’est encore possible en 2017 !


par Baalberith, le 12/05/2018

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

SOL SISTERE - Unfading Incorporeal VacuumGRIFT - ArvetGRIFT - SynerANGELSCOURGE - Seraph ImpalerNUMENOREAN  - HomeENISUM - Arpitanian LandsARKONA (POL) - LunarisVELDES - Ember BreatherCELTEFOG - Sounds of the Olden DaysVINDLAND - Hanter savetSANCTUAIRE - Le Sang sur l'AcierWIEGEDOOD - De doden hebben het goed

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

THE RUINS OF BEVERAST - Unlock The ShrineJANVS - VegaABIGOR - Channeling The Quintessence Of SatanSPITE EXTREME WING - Non Dvcor, DvcoNUIT NOIRE - Lunar DeflagrationNUIT NOIRE - The Gigantic HideoutKESTREL - Weather EyeCIRRHUS - CirrhusNUIT NOIRE - Infantile EspiegleryPESTE NOIRE - L'ordure à l'état purTHE RUINS OF BEVERAST - Foulest Semen Of A Sheltered EliteNUIT NOIRE - Fantomatic Plenitude

Partager cette chronique

Autres chroniques