DUX

Vintras

Ceux qui s'intéressent un minimum au Black Metal bien de chez nous connaissent forcément ORTHANC, le groupe montrant le visage païen et faisant passer le message politique du maréchal Glaurung qui justement est la tête pensante de DUX. Alors bon certains vont se demander, mais pourquoi un deuxième projet vu la puissance de son projet principal qui ne laisse personne, qui se soit penché dessus, indiférent (en bien ou en mal, mais c'est pas le sujet)? Tout simplement pour exposer sa face la plus sombre et torturée, une sorte de catharsis. Le genre d'exercice transcendé par le black metal, et ce n'est pas ce Vintras qui me fera penser le contraire tant on tient ici une petite perle, un album gorgé d'émotions.

J'avais découvert DUX avec l'excellente démo Ezoterik sortie en 2009, il paraît que le groupe avait sorti une autre démo avant mais je n'ai pas eu la chance de poser les oreilles dessus... Pour commencer, premier bon point, la pâte du groupe déjà bien affirmée sur la démo dont je parlais, est ici transcendée, faudrait être de mauvaise foi pour dire qu'on est en présence d'un énième album de true black générique qui sert à rien, non je le redis, ce disque est une vraie perle rendant un fougueux hommage au vieux Black Metal Français, et plus précisément Toulonnais... Et a tout ce que le Metal a de plus impulsif, un disque rétrograde, régressif. Leur musique est donc minimaliste mais surpuissante, vraiment exemplaire pour ce genre de Black Metal, des mélodies qui viennent t'infecter l'esprit et annihiler le peu d'optimisme qu'il te reste, la haine, rien que la haine, pure et salvatrice, voilà ce qui émane de cet album. 

Le concept est très personnel, axé sur les pulsions et les faiblesses de l'homme, plus précisément celles de la tête pensante du groupe, et les classiques thèmes anti-religieux, pas d'extrémisme politique ici contrairement à son autre projet, mais DUX reste assez sulfureux pour tenir à l'écard les hordes de tocards bien pensants, à moins que ces larves soient masochistes qui sait... Pour terminer cette chronique écrite en roue libre lors d'une énième écoute de ce disque, je vais encore enfoncer le clou en poussant tous les amateurs de true black metal à l'ancienne, puissant et rageur, et aux amoureux de notre scène nationale, à aller se procurer au plus vite cette tuerie à la source chez Hassweg Prods. 

"L'orgie peut commencer, au nom du seigneur!"

par Placenta, le 01/10/2012

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal recommandés

ENTHRONED - Towards The Skullthrone Of SatanENSLAVED - EldKAMPFAR - Fra UnderverdenenNAKKIGA - BelebeltzetaNATTFOG - Mustan Auringon RiittiM8L8TH - Nepokolebimaja VeraDYSTER - Le Cycle SénescentNEKROS MANTEIA - Deus OtiosusARS MORIENDI - Du tréfonds d'un êtreTAAKE - Noregs VaapenMURMUÜRE - MurmuüreNUIT NOIRE - Fantomatic Plenitude

D'autres albums d'ambiance Occulte recommandés

IMMORTAL - Diabolical Fullmoon MysticismLIMBONIC ART - Ad Noctum - Dynasty Of DeathALGHAZANTH - Wreath of ThevetatALGHAZANTH - Vinum Intus NYSEIUS - De Divinatione DaemonumNEHËMAH - Light Of A Dead StarABHOR - Ab Luna Lucenti, Ab Noctua ProtectiSIGH - In SomniphobiaWOLD - FreermasonryABIGAIL WILLIAMS - The AccuserARYOS - Maître des Dominations CérébralesARYOS - Prophétie Acide

Partager cette chronique

Autres chroniques