DRUDKH

They Often See Dreams About the Spring

Après quinze ans d’activité, les dernières années ont fait craindre le pire pour DRUDKH. D’un côté le groupe ne produisait plus rien de vraiment intéressant depuis 2010 (un dernier album en 2015 très moyen qui suivait un autre en 2012 intéressant mais sans plus, et une dispersion dans plusieurs splits) et de l’autre, la naissance récente de leur groupe parallèle WINDSWEPT, qui apparaissait alors comme bien mieux parti pour incarner la vraie musique que l’on était en droit d’attendre de DRUDKH. Ce nouvel album, tout en revenant un peu mieux à la source, parvient pourtant à être de qualité !

Dans un album très carré dans sa structuration (5 morceaux, presque 44 minutes et un temps par morceau entre 7 et 10 minutes en gros), les ukrainiens reviennent en effet à ce qui a fait leur gloire : un Black Metal atmosphérique très axé sur les guitares, organisé autour de quelques riffs moteurs. La trame mélodique est donc ténue, mais marquée, agrémentée d’ajouts guitaristiques réguliers tout autour, générant finalement une certaine complexité au tout à fait judicieuse (il suffit d’écouter la seconde partie du premier morceau). D’un point de vue formel, c’est peut-être leur meilleur album.

Mais surtout, le rendu est là : j’ai presque envie de dire que je n’avais pas entendu aussi bien chez le groupe depuis leur premier album (encore à ce jour leur meilleur) ! Certes, tout n’est pas au niveau des meilleurs passages, mais il est impossible de s’ennuyer dans cet album où chaque morceau offre son lot d’inspiration, avec un dosage subtil de claviers pour parfaire le tout.

Côté visuel en revanche, c’est le calme plat ! La pochette n’a aucun intérêt artistique et le livret 16 pages en papier plastifié désagréable ne permet pas de relever le professionnalisme d’ensemble du produit. Si l’extérieur du digipack est tout noir, à l’intérieur, les dessins en noir et blanc de piètre qualité font penser à une sorte de BD de pacotille. Ajoutons à tout cela une police de caractères en majuscules peu pertinente. Heureusement, le constat concernant l’ambiance est largement meilleur. C’est donc un petit voyage en terres slaves qui s’annonce plaisant.

Un retour en force, tout simplement ! A l’image des deux premiers albums, on est ici dans le seul produit du groupe à mon sens qui soit parvenu à allier ambiance et grande qualité musicale.


par Baalberith, le 11/05/2018

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Le 15/05/2018 à 07:05:20

Un album plus centré sur les riffs en effet, plus saisissant que le précédent, même si je ne serais pas aussi enthousiaste que toi non plus. L'intensité générale n'égale toujours pas les débuts. Ceci dit, depuis la fin du passage à vide, en gros depuis, Eternal Turn of the Wheel, je n'arrive pas à être fondamentalement déçu par DRUDKH, qui maintient un niveau tout à fait honorable. A Furrow Cut Short avait beaucoup tourné à sa sortie, j'en garde un bon souvenir, celui-ci incite également à y revenir, pas forcément pour les mêmes raisons.

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal atmospherique recommandés

AFSKY - SorgLOTH - ApocrypheSUNKEN - DeparturePURE WRATH - Ascetic EventideSOLBRUD - VemodSOLBRUD - JaertegnPLANETSHINE - Way to NowhereSALE FREUX - VindilisRUNESPELL - Unhallowed Blood OathPURITAS VIRGINUM - Décennie de SouffranceAN AUTUMN FOR CRIPPLED CHILDREN - The Long GoodbyeMACABRE OMEN - The Ancient Returns

D'autres albums d'ambiance Slave recommandés

ZGARD - ContemplationTEMNOZOR - Horizons...DUB BUK - Idu Na WyGNIEU - In the Vortexes of Existence AwarenessNOKTURNAL MORTUM - NeChristWĘDRUJĄCY WIATR - O turniach, jeziorach i nocnych szlakachARKONA (RUS) - Ot Serdca K NebuBAGATUR - Skazanie Za Drevnobulgarskoto VelichieVSPOLOKH - Sorrow of the PastSVARGA - Spirit of the LandNOKTURNAL MORTUM - The Voice of SteelZAKLON - Viatry Karacunavaj nocy

Partager cette chronique

Autres chroniques