DEATHCULT (Nor)

Cult of the Dragon

DEATHCULT, groupe norvégien est un projet parallèle de trois membres de TAAKE (Herr Ekkel, Hoest, Thurzur) et a été formé récemment. La première démo, Cruel Rehearsals, est en effet sotie en 2006. S’ensuit l’album Cult of the Dragon au cours de l’été 2007 sorti chez Dark Essence Records qui compte huit titres pour une durée de 37.20 minutes.

En fait, j’ai acquis cet album en ayant seulement écouté le troisième titre "Cruel Celestial Spirit" et en étant tombé sous le charme transcendant de ce morceau qui me donne la chair de poule par sa beauté et qui a le don de me rendre différent de l'être humain basique. Malheureusement, j’ai eu un peu plus de mal avec les autres titres car ils sont plus difficiles d'accès. Cependant, ne faisant pas de chronique avec un minimum de dix écoutes en boucle (merci PostChrist), j’ai fini par assimiler la complexité de cet opus qui s'avère consciencieusement élaboré. Les changements de rythmes sont fréquents pour ne pas dire incessants, ce qui peut perturber au premier abord mais la construction des enchaînements est parfaitement bien agencée. Tout au long des 38 minutes de l'album, aucune longueur inutile, aucune compo à rallonge, aucune compo "bouche-trou", ne viennent ne viennent affaiblir la structure générale de l'album.

Agressivement brutale, moins mélodique mais tout autant torturée et sans contrainte que chez TAAKE, l’ambiance est malsaine au possible, renforcée par des vocaux emplis de haine en gerbes de vomissure sur l’Humanité. Le mal est omniprésent avec un aspect sinistre et glauque, et provoque un ressenti misanthropique impressionnant  qu’un bipède chrétien ou non averti ne pourra vraisemblablement pas supporter.

Le son raw et la prod collent parfaitement à l’idéologie engrangée conçue sur l’humanité actuelle vue sous un angle blackiste. Elle est donc propre tout en conservant l’aspect et l’esprit old school.

Je vous conseille de vous pencher sur les paroles qui en disent long sur l’aura dégagée par cet opus (dépression, ténèbres, haine, violence, mort,…)...

Le viuel du digipack est basique quoique peu courant pour un album Black: fond noir brillant avec écriture dorée. 

 

DEATHCULT n’a pas inventé l’omelette norvégienne mais en a tous les ingrédients musicaux, jusqu’au feu.

Cruel Norvegian Black Metal est une autocitation qui correspond à ravir à cet album.

 A ceux qui pensent que le black norvégien est mort, DEATHCULT nous prouve le contraire avec Cult of the Dragon .

par HaßWeG
Le 28/03/2009

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

CLANDESTINE BLAZE - Fist of the Northern DestroyerCLANDESTINE BLAZE - City of SlaughterDARKTHRONE - A Blaze in the Northern SkyDARKTHRONE - Under a Funeral MoonBATHORY - Under the Sign of the Black MarkGORGOROTH - Under the Sign of HellDARKTHRONE - Transilvanian HungerGRAVEN - Reborn Misanthropic SpiritPESTNACHT - Nosophoros, of Blackness and MisanthropyAUTARCIE - Retour en crassePHLEGEIN - From the Land of DeathNADIWRATH - Circle of Pest

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

CATACOMBES - "Le Démoniaque"VIOLET COLD - Desperate DreamsMORPHINIST - GeopfertMORPHINIST - The Arcane SessionGERM - LossGERM - WishKESTREL - Weather EyeCIRRHUS - CirrhusDEAFHEAVEN - New BermudaMURMUÜRE - MurmuüreKHORS - ColdSPITE EXTREME WING - Non Dvcor, Dvco

Partager cette chronique

Autres chroniques